ROBOT, subst. masc.

ROBOT, subst. masc.
A. [Dans des œuvres de fiction sc.] Machine, automate à l'aspect humain capable d'agir et de parler comme un être humain. Contrairement à ce que l'on avance souvent, elle [la machine] n'est pas un robot, une sorte d'homme mécanique singeant l'homme naturel (COUFFIGNAL, Mach. penser, 1964, p. 16). Aux figures familières et un peu fatiguées du monstre fantastique la SF [science-fiction] a ajouté de nouveaux venus: mutants, robots, extraterrestres (G. CORDESSE, La Nouv. science-fiction amér., 1984, p. 124).
P. anal. ou p. métaph. Personne qui agit de manière automatique, conditionnée. Nous n'étions rien de plus que des Stücke, terme militaire par quoi le règlement de la Wehrmacht définit ses propres soldats, littéralement « des morceaux », entendez des robots interchangeables, mécaniquement répartis selon les hasards de l'immatriculation (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 49). Ce sont ces deux mêmes réactions de la clientèle avertie et organisée et des autorités publiques très attentives aux techniques productives et aux excès des techniques de vente qui préservent la capacité de discernement des consommateurs et leur évitent d'être transformés en robots de l'achat automatique (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 453).
En compos. ou en appos. Mais l'homme que le TNP veut présenter, ce n'est pas l'homme à la petite semaine des pièces du boulevard, ce n'est pas l'idée faite homme des pièces de propagande, ce n'est pas l'homme-robot des pièces de laboratoire, c'est l'homme dans son intégrité, dans sa substance, l'homme dans sa condition d'homme (SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p. 160). Les tactiques adoptées conservent une certaine souplesse: les équipes, les individus ne constituent pas encore des mécaniques parfaites et nous ne sommes pas encore au siècle des joueurs-robots (Jeux et sports, 1967, p. 1389).
B. Domaine techn.
1. Appareil effectuant, grâce à un système de commande automatique à base de micro-processeur, une tâche précise pour laquelle il a été conçu dans le domaine industriel, scientifique ou domestique. Robot manutentionnaire; robot interplanétaire, spatial; robot calculateur; robot de montage. Ce bref aperçu donne une idée de la complexité des machines transfert, véritables robots de l'industrie automobile moderne (TINARD, Automob., 1951, p. 391). Cette sorte d'inertie ne sera peut-être pas gênante pour les lents robots lunaires, mais elle peut devenir sérieuse pour la commande de l'« alunissage » de la fusée qui, elle, sera rapide (DECAUX, Mesure temps, 1959, p. 38).
2. ,,Appareil électroménager à fonctions multiples, destiné à réaliser diverses préparations de cuisine`` (COURTINE Gastr. 1984). Maints robots de cuisine fonctionnent à l'électricité: grils, moulins à café (Combat, 19-20 sept. 1953, p. 3, col. 1).
3. [Fréq. en compos. ou en appos.] Avion-robot, voiture-robot; robot-manipulateur; robot-mixer. Le sous-marin pourra devenir un type de navire susceptible d'obtenir des effets marquants et souvent décisifs au moyen des torpilles et des engins robots aériens qu'il embarquera (LE MASSON, Mar., 1951, p. 63). Un dispositif qui permet de localiser avec la plus grande précision tous les enregistrements d'une cassette et de manipuler cette cassette à volonté. Bref, le premier stéréo-robot (Le Point, 2 oct. 1978, p. 89, col. 2).
REM. Portrait-robot, subst. masc. Portrait d'une personne recherchée par la police, reconstitué en combinant différents types de physionomies à l'aide des témoignages et des signalements fournis par les témoins. La gendarmerie semble avoir pris au sérieux ce témoignage puisqu'elle vient de diffuser un nouveau portrait-robot correspondant à l'homme décrit par le cafetier (Libération, 27-28 oct. 1984, p. 10). P. anal. Exemple type, description prospective de quelque chose. Un tel groupe devrait être permanent plutôt qu'occasionnel; il se verrait confier la tâche, non de prédire, mais d'imaginer ce que pourront ou devront être les exigences fondamentales de la société, avec une avance d'une génération (...). Il tiendrait à jour un portrait-robot de la société, 25 ans à l'avance (CAPELLE, Éc. demain, 1966, p. 14).
Prononc.: []. Étymol. et Hist. 1924 « machine à l'aspect humain, capable de parler et de se mouvoir » (H. JELINEK, trad. de TCHAPEK, Rezon's Universal Robots, p. 2 et 3); 1936 « appareil capable d'agir de façon automatique pour une fonction donnée » (THIBAUDET, Réflex. litt., p. 378); 1935 fig. (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! p. 152). Mot tchèque robot formé sur robota fém. « travail pénible, corvée », empl. en 1920 par l'écrivain Karel Tchapek [1890-1938] dans sa pièce R.U.R., trad. en angl. dès 1923 (ds NED Suppl.2), pour désigner un androïde capable d'exécuter des travaux à la place de l'homme, v. OTTO JÄNICKE ds Mél. Wartburg (W. von) t. 2 1968, p. 444. Fréq. abs. littér.: 15. Bbg. GALL. 1955, p. 147. SCHERWINSKY (F.). Die Neologismen in der modernen Frz. Science-Fiction. Meisenheim, 1978, p. 68, 100, 143, 153.