laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER
Accueil > Les actualités > Retour en images sur ... L’éducation à l’interculturel en question(s)

Retour en images sur ... L’éducation à l’interculturel en question(s)

 

 

 

L’objectif de la Journée d’étude Éducation à l’interculturel en question(s)

coorganisée par l’ESPÉ de Lorraine et les laboratoires de recherche ATILF (UL/CNRS) & LISEC le 28 mai 2018 était d’explorer le thème de l’éducation à l’interculturel à travers la théorie, la recherche et la pratique. Tout d’abord, la théorie avec l’invitation faite à :

  • Martine Abdallah-Pretceille, professeure émérite qui a fait dans les années 1980 un travail fondateur du domaine,
  • ensuite la recherche universitaire avec la présentation du projet Diperlang soutenu par l’ESPÉ de Lorraine, co-dirigée par Véronique Lemoine-Bresson et Stephanie Lerat
  • et enfin, la pratique par la présentation d’ateliers pédagogiques d’interculturalité en actes, réalisés par des étudiants du parcours Master 2 PEPA de l’ESPÉ, site de Nancy-Maxéville.

La journée a commencé

avec une conférence en deux temps menée par la conférencière invitée, avec la présence de plus de 40 participants, étudiants, formateurs, universitaires et membres de la communauté enseignante. Dans la première partie de la conférence intitulée De la différence à la diversité, Mme Abdallah-Pretceille a expliqué l’importance d’une conception de l’interculturel en tant que démarche et de la prise en compte des élèves dans leur individualité en résistant à la pratique trop courante de les mettre dans une case a priori. Elle a montré les problèmes que posent les explications déterministes et unicausa fréquemment relevées dans les représentations communes. La première partie a été suivi d’un temps d’échange animé où les idées ont été débattues qui s’est poursuivi autour d’un café préparé avec soin par le service restauration de l’ESPÉ.

Dans la seconde partie de la matinée,

M. Abdallah-Pretceille a présenté de l’Éthique de la diversité et de l’altérité, en évoquant, entre autres, les thématiques de la laïcité et l’éducation civique. La matinée s’est terminée dans une ambiance d’échanges avec des interactions enrichissantes entre les différents participants, enseignantes et étudiantes concernant l’application pratique dans le contexte de l’école.

La pause de midi

s’est faite autour d’un repas convivial proposé par l’ESPÉ où tous les étudiants PEPA étaient conviés. S’en est suivi un après-midi portant sur la recherche et la pratique avec une présentation du projet de recherche Diperlang rassemblant 4 chercheures de 3 laboratoires de recherche : Véronique Lemoine-Bresson et Stephanie Lerat de l’équipe de recherche Didactique des langues et socio-linguistique de l’ATILF (UL/CNRS), Marie-José Gremmo du LISEC (UL), et Virgine Trémion de l’ICP Paris sur la thématique de la formation de et par l’interculturalité.
Cette présentation a permis de contextualiser la suite du programme, à savoir la présentation des ateliers de mise en actes de l’interculturalité par les étudiants.

Bien que la journée d’études ait été programmée en pleine période des oraux du concours CRPE, les étudiants du Master 2 PEPA inscrits dans l’option « Langues et Interculturalité » sont venus en force pour présenter leurs ateliers conçus dans le cadre de l’option et mis à l’épreuve du terrain plusieurs fois auprès d’élèves dans des écoles de Nancy, de Vandoeuvre sur des temps scolaires et périscolaire et à l’école européenne Kirchberg au Luxembourg. M. Abdallah-Pretceille, pionnière de la conceptualisation de l’interculturalité dans les mondes francophones, a pris part aux débats autour des ateliers des étudiants qui ont osé une mise en pratique originale des contenus théoriques co-construits en cours et qui abordaient chacun de leur façon l’interculturalité.

=> Le premier atelier, "Les notions de stéréotypages" créé par Marine Foury, Émeline Mathieu et Nolwenn Courrier, avait comme objectif de questionner les notions de stéréotypages de « l’autre, cet étranger ».

=> Ensuite, Laura Choffe, Lucas Arnoult et Quentin Schmitz ont partagé leur atelier, "Essentialisation et altérisation" qui a été conçu autour de la fable La grenouille et le scorpion.

=> L’atelier "Les effets de la catégorisation" réalisé par Nadriye Toparslan, Julie Vérut, Mahaut Habert, Marion Gérard et Marine Chotel partait du film Zootopia pour explorer le genre et les métiers.

=> Fanny Grassiet, Adèle Mirachi ont partagé leur expérience par rapport à l’atelier qu’elle avait conçu avec Sonia Dirand, "La question des genres" qui portait également sur les assignations fille-garçon, mais dans le cadre des loisirs.

=> Le dernier atelier, élaboré par Lucille Kress, Chloé Fiegel et Vanille Mazoyer « Les émotions d’Anatole » abordait la question des émotions liée aux handicaps à partir d’un album jeunesse, La petite casserole d’Anatole de Isabelle Carrier.

Le retour sur les ateliers a été très positif avec des remarques et des pistes de réflexion pertinentes. M. Abdallah-Pretceille a suggéré aux étudiants de réfléchir à l’éventuelle publication d’un ouvrage avec leur enseignante de l’UE "Langues et Interculturalité", d’une part théorique et d’autre part pédagogique pour satisfaire le véritable besoin de ce genre de ressources pour l’éducation à l’interculturalité dans le monde éducatif.

Les discussions ont continué bien après la fin officielle de la journée d’étude et notamment dans des échanges informelles entre Martine Abdallah Pretceille et les étudiants… Les débats sont à poursuivre et pourraient certainement être repris dès l’année prochaine lors d’une deuxième édition !

 

 

dernière mise à jour : 26/06/2018 - LG/DB
© et source : V. Lemoine-Bresson, Stéphanie Lerat, Anne-Sophie Berne - ESPE
  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales