laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots du TLFI

PASSE-PARTOUT, subst. masc. et adj. inv.


PASSE-PARTOUT, subst. masc. et adj. inv.
I. A. Subst. masc.

1. a) Clef susceptible d’ouvrir plusieurs serrures différentes dans
un même bâtiment. Louise décida une visite dans la chambre de son
locataire. Il gardait toujours sa clef (...) mais elle avait un passe-partout

(DABIT, Hôtel Nord, 1929, p.193) :

1.
... Valjean s’arrêta. Comme les oiseaux fauves, il avait choisi le lieu le
plus désert pour y faire son nid. Il fouilla dans son gilet, y prit une
sorte de passe-partout, ouvrit la porte, entra, puis la referma avec
soin, et monta l’escalier, portant toujours Cosette.

HUGO, Misér., t.1, 1862, p.522.



P. métaph. ou au fig. Dans notre poche nous ne découvrons aucune
clef : c’est vrai. Aucun passe-partout capable d’ouvrir, indistinctement, les
vingt et une portes des vingt et une civilisations
(L.
FEBVRE
, De Spengler à Toynbee, [1936] ds Combats, 1953,
p.143). [Mes parents] ne vivaient que pour moi (...) j’étais (...)
leur porte-bonheur et leur passe-partout
(VILMORIN,
Migraine, 1959, p.173).

Rem. Abrév. passe, subst. masc. Avec le passe dont (...)
[l’ancien] s’est rendu possesseur et qu’il a toujours dans sa poche,
il se faufile partout dans le pavillon des conscrits
(LÉVY-PINET
1894, p.48).

b) Vieilli. Clef de la porte extérieure d’une maison dont chacun
des habitants possède un exemplaire. À Londres chacun, ayant un
passe-partout de la porte extérieure, rentre à l’heure qu’il veut
(NERVAL,
Bohême gal., 1855, p.134). Obéissant à l’habitude, au lieu de
sonner, elle se servit de son passe-partout pour entrer dans la cour et elle
se dirigea vers la porte d’entrée de la maison
(PONSON DU
TERR.
, Rocambole, t.3, 1859, p.479).

2. a) Grande scie à bois, sans cadre, à lame généralement plus large au
milieu, munie à chaque extrémité d’un manche en bois et dont l’usage requiert
deux hommes. Ils attaquent le tronc en biseau (...), ils font sauter de
larges éclats qui s’enfoncent dans le sol. Après quoi, agenouillés, ils scient
le reste, le pivot, au passe-partout
(PESQUIDOUX,
Livre raison, 1928, p.47).
En
appos. L’abatage
[d’un arbre] à la main au moyen de cognées et
de scies passe-partout est (...) classique
(BALLU,
Mach. agric., 1933, p.27).

b) Petite scie de menuisier. En appos. Trois trous de mêche forment
le haut du trèfle, la queue est facilement faite avec la scie passe-partout,
le ciseau et la râpe
(NOSBAN, Manuel menuisier,
t.2, 1857, p.230).
c) ,,Petite scie à dents (pour les pierres tendres) ou sans dents (pour
les pierres dures), très flexible utilisée pour exécuter des sciages de peu de
longueur`` (NOËL 1968).

d) Scie utilisée pour fendre et séparer la glace qui peut entourer un
navire (d’apr. BONN.-PARIS
1859).
3. a) Brosse utilisée par les boulangers pour enlever la farine
des pains. (Dict.XIXe et XXes.).

b) Brosse utilisée pour brosser les chevaux et nettoyer par exemple les
voitures. [Le laveur du garage] empoigne énergiquement le jet et le
passe-partout et lave, lave, lave sans répit à grande eau
(SIMONIN,
J. BAZIN
, Voilà taxi ! 1935, p.51).
4. Encadrement pour un contenu interchangeable.

a) Cadre à fond amovible dans lequel on peut placer successivement des
dessins, des gravures, des photographies de même format. Un jour qu’il
accrochait à un clou de hasard un petit passe-partout pour photographie (...)
ses yeux remarquèrent pour la première fois (...) une gravure
(VERLAINE,
OEuvres compl., t.4, Mém. veuf, 1886, p.279). Photographies (...)
où, de passe-partout en passe-partout, le même héros des garnisons prend du
galon et du ventre
(ARAGON, Beaux quart.,
1936, p.189).



En appos. Cadre passe-partout (Lar. encyclop.).
b) Encadrement de carton dans lequel on peut placer un dessin. Le
vieux cadre doré où ses augustes ancêtres s’étaient succédé comme les modèles
dans le passe-partout d’un élève en peinture
(SAND,
Hiver à Majorque, 1842, p.60). Restaurée et aplanie, [la
carte
] est seulement retenue sur son support par un passe-partout en
carton épais fixé au bois par de petites vis de cuivre
(CAIN,
Transform. B. N., 1959, p.29).

c) GRAV. Planche gravée dont le centre évidé permet d’y placer
une seconde planche à laquelle la première sert de bordure. (Dict.XIXe
et XXes.).
d) IMPRIMERIE

Ornement de bois ou de fonte dont le centre évidé permet de recevoir la
lettre ou le motif que l’on désire placer en tête d’un ouvrage ou de l’une de
ses parties. Voir MOMORO, Impr., 1793, p.250.


,,Cliché formant encadrement et dans lequel on peut placer un texte`` (COMTE-PERN.
1974).

B.
Adj.,
CH. DE FER. Gabarit passe-partout
. ,,Gabarit de chargement d’un véhicule,
lui permettant de circuler, en France, sur toutes les lignes de chemin de
fer`` (Lar. encyclop.).
II.
Au
fig.
(Ce) qui convient indifféremment à toutes les situations, à tous les
usages.
A.

Adj.
Laïus, langue, littérature, questionnaire, texte passe-partout ; sentence
passe-partout
 ; décor, motif passe-partout ; sourire passe-partout. Le
style américain (...) était le vocable passe-partout employé par le vieux pour
qualifier à la fois le jazz (dites mieux : jazz-band), l’architecture moderne,
la peinture cubiste
(H. BAZIN, Vipère, 1948,
p.160). Une robe « passe-partout », donc simple, en jersey (Le Figaro,
22 nov. 1951, p.10, col. 7) :

2.
... quand il va aborder l’étude d’une (...) époque ou d’un milieu,
l’historien (...) n’a pas à sa disposition un programme de recherche fixé
a priori
et en quelque sorte passe-partout : ce programme, c’est à
lui de le fixer...
MARROU, Connaiss. hist., 1954, p.63.

B.
Subst.
masc. La phrase était au milieu du petit discours ; le commencement et la fin
pouvant servir pour tout le monde ; c’était ce qu’on nomme un passe-partout

(HALÉVY, Mariage amour, 1881, p.139). Si le
verbe « appartenir » est traître, le verbe « contenir » l’est encore davantage
(...). La confusion est à son comble avec le passe-partout universel qu’est le
verbe « être »
(WARUSFEL, Math. mod., 1969,
p.39) :

3.
Parfois l’homme s’est borné à suivre les conseils de la nature ; plus souvent
il a agi en vertu de systèmes préconçus, véritables passe-partout,
solutions universelles, qu’il a prétendu imposer à la cité, sans tenir
compte ni des données topographiques, ni de la fonction.
P. LAVEDAN, Urban., 1926, p.63.



Subst. fém., littér. Et la mort qui guettait, la vorace, la
passe-partout
(ARNOUX, Rhône, 1944, p.166).
Prononc. et Orth. : [],
[pa-]. Ac. 1694 : passe par tout ; dep. 1718 : passe-partout.
Étymol. et Hist.A. 1. 1567 « clef pouvant ouvrir plusieurs portes » (DELORME,
Archit., I, 18 ds GDF. Compl.) ; 2.
1624 « sorte de scie » (J. de la société d’archéol. lorr., 1881, p.203) ;
3. 1690 terme de graveur (FUR.) ; 4. 1877
« brosse des boulangers » (LITTRÉ, Suppl.). B.
1.
1881 subst. « ce qui convient partout » (HALÉVY,
loc. cit.) ; 2. 1920 adj. « qui convient partout » (BREMOND,
Hist. sent. relig., t.4, p.17). Comp. de l’élém. passe* et de

partout*. Fréq. abs. littér. : 58.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales