laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots du TLFI

COMPLEXITÉ, subst. fém.


COMPLEXITÉ, subst. fém.
Caractère de ce qui est complexe, fait d’être complexe (souvent par rapport à un objet de même nature qui l’est moins). Une complexité croissante ; une extrême complexité ; d’une complexité infernale.
A.

[En parlant d’animés hum.] La complexité d’une personnalité :

1. ... en présence de la complexité d’un homme moderne, la logique a bientôt fait de perdre ses droits. Cet homme moderne, en qui se résument tant d’hérédités contradictoires, est la démonstration vivante de la théorie psychologique qui considère notre « moi » comme un faisceau

de phénomènes sans cesse en train de se faire et de se défaire, si bien
que l’unité apparente de notre existence morale se résout en une
succession de personnes multiples, hétérogènes, ...
P. BOURGET, Essais de psychol. contemp., 1883,
p. 121.

B.
[En parlant d’entités abstr.] La complexité d’une civilisation, des
phénomènes
 :

2. Le « progrès », s’il existe ailleurs que dans l’outillage de l’homme, n’a rien de commun avec l’art qui peut certes acquérir d’âge en âge une complexité plus large et utiliser le perfectionnement de l’outillage pour explorer des sensations nouvelles et vivre des drames nouveaux, mais dont chaque manifestation collective ou individuelle se suffit et dresse sur la route des peuples les seules bornes vraiment visibles et expressives de leur tâche que nous y reconnaissions.
É. FAURE, L’Esprit des formes, 1927, p. 265.

Péj. Caractère de ce qui est compliqué, difficile à analyser,
à comprendre. La complexité d’une définition :

3. Les choses sont par elles-mêmes mélangées et pleines de confusion ; la complexité des faits est telle qu’on s’y perd.

A. FRANCE, Les Dieux ont soif, 1912, p.
169.


P. méton.

Rare. Ensemble complexe de. Une complexité de facteurs.


Au plur. Ce qui est complexe :

4. Ce code, si l’on en jugeait par l’entêtement soudain qu’elle mettait à ne pas vouloir faire certaines commissions que nous lui donnions, semblait avoir prévu des complexités sociales et des raffinements mondains tels que rien dans l’entourage de Françoise et dans sa vie de domestique de village n’avait pu les lui suggérer ; ...
PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 29.

Rem. La docum. atteste les composés néologiques complexité-conscience
et centro-complexité. La loi expérimentale de complexité-conscience
(TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène humain, 1955,
p. 338). La loi universelle de centro-complexité (TEILHARD
DE CHARDIN
, Le Phénomène humain, 1955, p. 341).

C.
[En parlant d’inanimés concr.] Il est évident que la complexité
d’une machine à vapeur, relativement à un levier, n’est pas une question de
point de vue
(RUYER, Esquisse d’une philos. de
la struct.,
1930, p. 34).
Prononc. et Orth. : [].
Ds Ac. 1835-1932 Étymol. et Hist. 1755 (MORELLY,
Code de la nature, publié par Gilbert Chinard, s. 1., 1950, p. 158 : [
] la partie la plus imparfaite de la Philosophie, étoit la Morale, tant à
cause de la complexité embarrassante de ses idées, que par
l’instabilité de ses principes, par l’irrégularité de sa méthode qui ne
peut rien réduire en démonstration). Dér. de complexe* ; suff. -ité*.
Fréq. abs. littér. : 547. Fréq. rel. littér. : XIXe

s. : a) 24, b) 508 ; XXe s. : a) 947, b) 1
463. Bbg. GOHIN 1903, p. 271.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales