laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots du TLFI

ICÔNE1,
subst. fém.


ICÔNE1, subst. fém.
Dans l’Église d’Orient, peinture religieuse sur panneau de bois, souvent rehaussée de métal précieux ou de pierreries, à valeur symbolique et sacrée. Icône de la Mère de Dieu ; les saintes icônes ; l’art des icônes ; se signer devant une icône ; cierges, bougies, lumières qui brillent devant l’icône. Les peintres (...) des icônes byzantines, avaient comme préoccupation essentielle de diviser une surface donnée en fragments entretenant entre eux des rapports rythmiques (Arts et litt., 1935, p. 30-07). On m’a poussé dans un autre côté de la maison, au milieu des femmes de service, qui récitaient des prières devant l’icône (MARTIN DU

G., Thib., Été 14, 1936, p. 49) :

Bientôt, c’est la télévision qui dans chaque demeure apportera sa présence agissante, tendant à suppléer, dans nos intérieurs modernes, à l’absence de ces autels, de ces chapelles ou de ces icônes où les hommes de jadis, ceux de l’Antiquité comme ceux d’hier, se livraient à une confrontation avec les images, peintes ou sculptées, incarnant leur âme la plus profonde.
HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 383.

P. ext. Représentation
artistique de la divinité ou de sujets à caractère religieux. L’icone
submerge les temples des
XIIe et XIIIe
siècles en Europe, et, dès la fin de l’ère antique, ceux des Indes (Arts
et litt.,
1935, p. 58-05).

Prononc. et Orth. : [iko:n]. Att. ds Ac. 1935. Forme icone ds
Arts et litt., supra ; v. aussi BARRÈS, Cahiers,
t. 11, 1918, p. 362 et DUHAMEL, Passion J.
Pasquier,
1945, p. 73. Cf. CATACH-GOLF.
Orth. Lexicogr. 1971. Étymol. et Hist. 1859 « image sainte
dans l’Église d’Orient » (GAUTIER, Voyage en
Russie,
XV, p. 226 ds ROB.). Empr. au russe ikona
« image »,
du gr. byz.

« id. », dér. du gr. class.
« image, statue, portrait » ; cf. l’angl. icon « id. » 1833
ds NED ; l’a. fr. icoine « image » (ca 1220, G. DE

COINCI, Mir. Vierge, éd. V. F. Kœnig, II Mir.
30, 122 : ycoine) est empr. au b. lat. iconia de même sens
(VIe s. ds NIERM.),
du gr. byz.

plur. de
(cf. KAHANE Byzanz t. 1, 368) ; l’a. fr. ancone
« enseigne des Byzantins » (ca 1208, G. DE
VILLEHARDOUIN, Conquête Constantinople, éd. E.
Faral, § 228) est prob. empr. à l’ital. (KAHANE, loc.
cit.
). Fréq. abs. littér. : 60.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales