laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots du TLFI


DÉAMBULER, verbe intrans.


DÉAMBULER, verbe intrans.
[Gén. suivi d’un compl. de lieu ; le suj. désigne une pers.] Aller au hasard des rues, marcher sans but précis. Synon. errer, flâner. Il visita les fermes, déambulant à travers les terres molles de pluie (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Gueux, 1884, p. 442) :

Elle
se prit alors à errer dans Paris, et un jour qu’elle déambulait
ainsi au hasard elle tomba, au détour d’une route, devant une caserne, à
l’heure où les mendiants viennent chercher la soupe.
HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 127.

P.
ext.
[Le suj. désigne une chose qui se déplace] Des boules d’ouate,
au ras des prés (...) déambulaient
(LA VARENDE, Contes
fervents,
Pinsonnière, 1948, p. 32). Le véhicule qui déambulait était
une véritable (...) automobile fonctionnant au pétrole
(P.
ROUSSEAU
, Hist. techn. et invent., 1967, p. 338).

Rem. Le part. prés. se rencontre sous la forme adj. ; emploi resté
rare. Des militaires, des officiers déambulants (CÉLINE,
Voyage, 1932, p. 76). Une agglomération déambulante d’êtres éteints
(GIONO, Triomphe vie, 1941, p. 9).

Prononc. et Orth. : [],
(je) déambule []. Ds
Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1477-83 (MARTIAL,
Vigiles de Charles VII, fo 2 vo, éd. 1723 ds GDF.
Compl.) ; ca 1500 (Le Livre du Faulcon ds Anciennes
poésies fr.,
éd. A. de Montaiglon et J. de Rothschild, XII, p. 294),
rare av. le XIXe s. Empr. au lat. class. deambulare « se promener ». Fréq. abs. littér. : 72.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales