laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots du TLFI

TACTILE,
adj.


TACTILE, adj.
A. Qui concerne le sens du toucher, relatif au toucher. Expérience, stimulation tactile ; facultés, impressions, sensations tactiles. La sensibilité visuelle et tactile de notre espèce (Arts et litt., 1935, p. 58-6). C’est la disposition anatomique de sa peau et de son appareil tactile, de ses muscles et de ses os, qui a permis à la main de fabriquer les armes et les outils (CARREL, L’Homme, 1935, p. 112).

ZOOL. Poils tactiles. Poils qui servent au
tact, chez certains animaux. Une sorte de langage tactile ou (...) une
intuition magnétique, (...) intuition dont le siège pourrait se trouver dans
ces mystérieuses antennes qui palpent et comprennent les ténèbres et qui,
d’après les calculs de Cheshire, sont formés chez les ouvrières de douze
mille poils tactiles et de cinq mille cavités olfactives
(MAETERL.,
Vie abeilles, 1901, p. 113).
Communication tactile. ,,Communication par
le toucher (ex. : poignée de main, accolade, baiser, tape, gifle, etc.)`` (REY
Sémiot. 1979).

Empl. subst. masc. sing. à valeur de
neutre. Le prétendu « tactile pur » que j’essaye de retrouver en
m’adressant aux aveugles n’est-il pas un type d’expérience très particulier,
qui n’a rien de commun avec le fonctionnement du toucher intégré et ne peut
pas servir à analyser l’expérience intégrale ?
(MERLEAU-PONTY,
Phénoménol. perception, 1945, p. 252). Du tactile, il était passé
au visuel, du concret, à l’immatériel
(HUYGHE, Dialog.
avec visible
, 1955, p. 158).

B. Qui est perçu par le toucher. Qualités,
propriétés tactiles. Ainsi l’Italien qui durant toute son enfance vit en
contact très étroit avec sa mère, continue à l’âge adulte à communiquer
de la même façon avec le monde extérieur. Il utilise davantage qu’un autre
son sens du toucher. L’attitude et les gestes de son corps sont influencés
par la richesse de son « espace tactile »
(Le Sauvage, janv.
1976, p. 39, col. 3).
REM. Tactilité, subst. fém. Sensiblité aux propriétés tactiles. Un
homme (...) qui passait toutes les journées à se poncer les doigts : arrivé
à une tactilité si parfaite et si supérieure aux aveugles, que ses doigts
lui disaient les cartes
(GONCOURT, Journal,
1859, p. 640). Ce qui l’enivrait (...) c’était de toucher à peine, de
palper infiniment, peu, de promener çà et là (...) son appareil de tactilité

(BLOY, Hist. désobl., 1894, p. 101).
Prononc. et Orth. : [taktil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol.
et Hist. 1.
1541 (?) « qui est, ou peut être perçu par le toucher »
(J. CANAPPE, Tables anatomiques, fo

102 ro ds GDF. Compl. : qualitez tactiles) ;
2. a) 1762 « qui concerne le sens du toucher » (J.-J. ROUSSEAU,
Émile, l. II ds Œuvres compl., bibl. de la Pléiade, t. 4, p.
392 : l’organe tactile) ; b)1901 zool. poils tactiles (MAETERL.,
Vie abeilles, p. 113) ; c) 1983 informat. écran tactile (Le
Monde
, 25 mai, p. 14, col. 4). Empr. au lat. tactilis « tangible,
palpable », dér. de tactum, supin de tangere « toucher » (cf.
tact, tangent, tangible)
 ; suff. -ilis. Fréq. abs. littér. :

264. Fréq. rel. littér. : XIXe s. :
a) 124, b) 166 ; XXe s. : a) 247, b) 778. Bbg.
QUEM. DDL t. 17, 28.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales