laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots du TLFI

INSTANT,
- ANTE, adj.


INSTANT,
-ANTE, adj.
A. Vx ou littér.
Imminent, urgent. Le péril est instant. Le besoin est instant (Ac.).
Le Roi allait arriver, et (...) il était instant de se rendre
au chœur
(STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 103). Cette
guerre avec l’Écosse est devenue instante, et va m’ôter tout loisir
(A. DUMAS

père, Catherine Howard, 1834, I, 4, p. 224) :

1. L’espoir,
méfiance (...) à l’égard de nos prévisions. Heureuse méfiance. L’espoir
est un scepticisme. C’est douter du malheur instant.
VALÉRY, Tel quel II, 1943, p. 34.

De l’instant présent.
Il vivait tout entier dans le moment présent et ne concevait rien en
dehors de l’immédiate et instante réalité
(FRANCE,
Révolte anges, 1914, p. 249). Nous pouvons par effort, par une
sorte de
grossissement, ou par une manière de pression de durée, le
diviser
[le langage articulé] de notre vie mentale instante (VALÉRY,
Variété III, 1936, p. 177).

B. Qui sollicite
vivement, d’une manière pressante. Demande, prière instante. À Sétif où
je devais passer la nuit, me rejoignit une dépêche instante
(GIDE,
Si le grain, 1924, p. 596) :

2. La chaire
de philosophie est vacante au collège de Saint-Omer. M. Agnaut, principal
du collège, est précisément le beau-frère de M. Noël. Il l’a présenté
comme candidat. J’appuie donc sa demande près de vous de la manière la
plus instante...
HUGO, Corresp., 1830, p. 482.

Prononc. et Orth. : [],
fém. [-].
Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin XIVe
s. ystant « imminent » (J. FROISSART, Chroniques,
éd. Kervyn de Lettenhove, t. 15, p. 296) ; b) 1re moitié
du XVe s. [date du ms.] tout instant adv.
« à l’instant même » (ID., ibid., t. 11, p.
100, var. du ms. d’Amiens bibl. municipale 486) ; 2. 1550 « qui presse
vivement » (DU BELLAY, L’Olive
ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 1, p. 72). Empr. au lat. instans,
-antis
« présent, pressant, menaçant », part. passé de instare « 
se tenir sur, serrer de près, menacer vivement, être imminent » ; cf. a.
prov. instant « proche, prochain », attesté dès 1296 (d’apr. FEW
t. 4, p. 721a).

 

INSTANT, subst. masc.


INSTANT,
subst. masc.
A. (Très) petit
espace de temps. La pluie a fondu, en peu d’instants, le toit de boue qui
recouvre la terrasse du pavillon, et a inondé le plancher
(LAMART.,
Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 236). Je la verrai passer, elle, dans un
instant, lorsqu’elle reviendra de la messe
(BERNANOS,
Joie, 1929, p. 652) :

1. L’acte de
la volonté le plus simple possible est l’instant indivisible, c’est-à-dire
l’unité du temps...
COUSIN, Hist. philos. mod., t. 1, 1847, p.
211.

SYNT. S’asseoir, attendre, réfléchir, se reposer, rester, se taire
un/quelques instant(s) ; ne pas douter de qqc. un (seul) instant ; ne durer
qu’un instant ; sans perdre un instant ; n’avoir pas un instant à soi/(de)
libre ; ne pas quitter qqn (d’)un (seul) instant ; il n’y a pas/plus un instant
à perdre ; il ne faut qu’un instant pour... ; il y a un/quelques instant(s) ;
c’est l’affaire d’un instant ; s’arrêter pour un/quelques instant(s) ; n’en
avoir que pour un/quelques instant(s) ; au bout d’un/de quelques instant(s) ;
après, durant, en, pendant un/quelques instant(s) ; un instant auparavant, après ;
pas un (seul) instant.

P. ell. [Dans
une conversation] Un instant ! Accordez-moi, attendez un (très) petit
espace de temps. Un instant ! pas si vite ! N’entendez-vous pas le bruit d’un
cheval ?
(MUSSET, Lorenzaccio, 1834, IV, 4,
p. 223). Un instant ! un instant ! fit Suzanne. J’entends quelque chose
d’extraordinaire
(DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.
103) :

2. MADELEINE
 : Georges, je t’en supplie... Georges ! Encore un petit instant !
GEORGES : Traîner servirait à quoi ?
COCTEAU, Par. terr., 1938, II, 9, p. 258.

P. exagér. Espace
de temps d’une durée indéterminée mais paraissant très court. Il y a
toujours eu des hommes pour sentir à certaines heures le creux de toutes
choses. La mélancolie romantique n’est qu’un instant d’une sensibilité éternelle
(BARRÈS, Cahiers, t. 9, 1911, p. 87) :

3. À
quatre-vingts ans ma mère me disait : la vie est un instant. Plus
tard, je crois, elle eut le sentiment d’une durée presque insoutenable, une
sorte d’éternité dont elle était lasse...

CHARDONNE, Ciel, 1959, p. 127.

B. (Petit) espace de
temps précis, situé dans une durée et généralement considéré par
rapport à ce qui le caractérise. Dans les rares instants de richesse,
l’artiste achetait pour son amie une ou deux bouteilles d’un vin fortifiant
dont l’usage lui était prescrit
(MURGER, Scènes
vie boh.,
1851, p. 214). Si vous pouviez passer ces jours-ci un instant
quelconque, rue Caroline
(BARRÈS ds BLANCHE,
Modèles, 1928, p. 34) :

4. Je (...)
ne concevais pas que j’étais le sujet de la querelle entre la fille et la mère !
Que celle-ci, toujours impatiente, voulait que celle-là précipitât l’instant
de la récolte...
RESTIF DE LA BRET.,
M. Nicolas, 1796, p. 49.

SYNT. Instant crucial, décisif, délicieux, fatal, heureux, précis,
privilégié, suprême ; premiers, derniers instants (de quelqu’un, de la vie) ;
attendre l’instant favorable, propice ; passer de bons, de mauvais instants ;
instant(s) de bonheur, de joie, de liberté, de loisir, de méditation,
d’oubli, de réflexion, de repos, de silence ; avoir un/des instant(s) de
distraction, d’hésitation, de lucidité ; l’instant d’avant, d’après ; à/de/dès
cet instant (là), au même instant, à/en un instant donné ; à certains
instants ; à chaque instant/à tous les instants de la vie ; à/dès l’instant
(même) du départ, du réveil ; à l’instant (même) de mourir, de partir ; à/dans/de
l’instant (même) où..., que...
(vieilli ou littér.) ; à compter, à
partir de cet instant.
En partic.,
littér. L’instant.
Le moment présent. Cueillir l’instant, profiter de
l’instant, vivre dans l’instant. N’es-tu pas celui (...) qui peut, s’il le
veut, goûter l’instant frivole Comme un vin Qui rit dedans la coupe !
(MORÉAS,
Pèlerin pass., 1891, p. 84). L’homme, créant le temps, non
seulement construit des perspectives en deçà et au delà de ses intervalles
de réaction, mais, bien plus,
il ne vit que fort peu dans l’instant même.
Son établissement principal est dans le passé ou dans le futur
(VALÉRY,
Variété III, 1936, p. 208) :

5. De l’instant
on veut s’emparer à plein, sans se projeter dans l’avenir ni dans le
passé, domaine de notre impuissance. L’instant paraît la
possession qui ne saurait être ravie, le lieu de la jouissance et de la
force.
DURRY, Nerval, 1956, p. 8.

L’instant présent.
Même sens. Des hommes qui ne raisonnent point leur conduite, et qui
s’abandonnent aux fantaisies de l’instant présent
(SENANCOUR,
Obermann, t. 2, 1840, p. 27). Si nous nous considérons à un moment
déterminé l’instant présent,
coupé du passé et de l’avenir
nous sommes innocents
(S. WEIL, Pesanteur, 1943,
p. 45).

C. Locutions
1. Loc. adv.
a) À l’instant (même), tout à l’instant (vx). Aussitôt,
sur-le-champ. Allez le chercher [l’avoué] sur-le-champ, à
l’instant, et ramenez-le
(BALZAC, Gobseck, 1830,
p. 431). C’est la curée ! (...) Pour mieux vous tirer les espèces on vous
étripe à l’instant même !
(CÉLINE, Mort à crédit,
1936, p. 519) :

6. Les côtés
de la route passaient vite ; une pierre, une touffe d’herbe, un buisson se détachaient
rapidement et venaient caresser mes yeux de quelque forme bizarre tout à
l’
instant empreinte dans ma mémoire...
GOBINEAU, Pléiades, 1874, p. 11.

b) À chaque instant, à tout instant, à tous (les) instants. Continuellement,
très souvent. Je ne pense pas qu’il y ait jamais eu un grand esprit lequel
ait
toujours été à tous les instants athée ou matérialiste (CHATEAUBR.,
Mém., t. 1, 1848, p. 629). À tous instants, ils se jettent à la
face l’affaire Dreyfus
(BARRÈS, Cahiers, t.
5, 1907, p. 105). L’époque étonne à chaque instant les habitudes des
hommes, change leurs mœurs en quelques années, transforme leur sensibilité
(VALÉRY,
Variété IV, 1938, p. 15) :

7. ... depuis
le jour où la terrible infirmité vint ôter un sens à sa mère, elle
(...) déploya la même sollicitude, à tout instant, sans se
lasser (...). Elle fut sublime d’affection à toute heure...
BALZAC, Modeste Mignon, 1844, p. 34.

c) Dans l’instant (même) (vieilli, littér. ou région.).
Aussitôt, sur-le-champ. La fécondation des vivipares vivifie, dans
l’instant même, l’embryon qui en reçoit l’influence
(LAMARCK,
Philos. zool., t. 2, 1809, p. 153). La fillette (...) était tombée
sans un cri ; et dans l’instant elle fut debout, prit sa course
(GENEVOIX,
Raboliot, 1925, p. 91) :

8. Je connois
un lac transparent
Qui n’est jamais ridé par le moindre zéphyre :
Si monseigneur veut, dans l’instant
J’aurai l’honneur de l’y conduire.
FLORIAN, Fables, 1792, p. 109.

d) D’instant en instant. À de petits intervalles de temps,
(presque) continuellement. Un murmure plaintif et continu, interrompu
d’instant en instant par un cri plus fort
(MIOMANDRE,
Écrit sur eau, 1908, p. 273). D’instant en instant, elle allait
regarder dans le nid fiévreux, enlever un nouveau poussin mort pour l’empêcher
de faire mourir les autres
(ALAIN-FOURNIER, Meaulnes,
1913, p. 303) :

9. La
multitude grossissait d’instant en instant. La
ville entière était là, (...) troupeau immense qui débouchait à la fois
de toutes les rues...
,
Aphrodite, 1896, p. 195.

e) D’un instant à l’autre. Bientôt, d’une manière imminente. L’ordre
n’est pas encore signé ; mais d’un instant à l’autre il peut l’être
(SCRIBE,
Bertrand, 1833, II, 3, p. 152). Il est là, dans la maison... Il
peut apparaître, d’un instant à l’autre... Il va venir...
(MARTIN
DU
G., Thib., Mort père, 1929, p. 1315).

f) Par instants, par instant (plus rare). À de petits
intervalles de temps, de temps à autre. La candeur de M. Faîsme semblait
réelle, malgré les éclairs de malice qui fusaient par instants aux coins de
ses paupières
(MARTIN DU G., Thib., Pénitenc.,
1922, p. 687). V. affleurement ex. 8 :

10. Pas bien
loin, les fusées barraient la nuit d’un long boulevard de clarté, et, par
instant, cela s’égayait de lueurs rouges ou vertes, vite éteintes,
pareilles à des enseignes lumineuses.

DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 37.

g) Pour l’instant. En attendant, présentement. Je m’enfuis
(...) sans autre projet que de me dérober pour l’instant aux affreuses
tortures de la peur et de la honte
(TOEPFFER, Nouv.
genev.,
1839, p. 123). V. chut ex. 1 :

11.
Aujourd’hui, (...) prenez un peu de potage. Demain, nous en viendrons à des
restrictions plus sérieuses. Pour l’instant, tenez-vous-en à
ce que je vous ai dit.
ROMAINS, Knock, 1923, II, 1, p. 9.

h) Sur l’instant. Synon. rare de sur le moment. Ce fut un jeu
de me changer en Corneille (...). Ma nouvelle imposture me préparait un drôle
d’avenir ; sur l’instant j’y gagnai tout
(SARTRE, Mots,
1964, p. 141) :

12. La bête
souple du feu a bondi d’entre les bruyères comme sonnaient les coups de
trois heures du matin (...). Sur l’instant, on a cru pouvoir
la maîtriser sans trop de dégâts...
GIONO, Colline, 1929, p. 144.

2. Loc. adj. De tous les instants, de chaque instant (plus
rare). Continuel, incessant. Une étude sérieuse, une attention de tous
les instants
(AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.
243). Les actes (...) sont soumis à une réglementation minutieuse, à un
contrôle de chaque instant
(SARRAUTE, Ère soupçon,
1956, p. 101) :

13. Réponse
à ma pensée secrète avec ces vœux obscurs que je forme sans cesse, réponse
à mon désir de tous les instants : « Comme il est bon d’être
idiot ! »
J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p.
214.

3. Loc. conj. Dès* l’instant que/où.

Prononc. et Orth. : [].
Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) 1377 « très petit
espace de temps » (ORESME, Le Livre du ciel et du
monde,
éd. A. D. Menut, II, 3, p. 298) ; b) XVIe
s. [date des mss] à l’instant (JOINVILLE, St
Louis,
éd. N. L. Corbett, 440, var. mss B et L). Substantivation de instant*,
adj. Fréq. abs. littér. : 21 995. Fréq. rel. littér. : XIXe

s. : a) 29 481, b) 26 101 ; XXe s. : a) 31
226, b) 35 621.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales