laboratoire Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (ATILF)
CNRS Université de Lorraine

Membre de
ILF
FEDER

Mots Académie

(1)RÉSISTER. v. intr. Il se dit proprement d’un Corps qui ne cède pas, ou qui cède difficilement au choc, à la pression, à l’action d’un autre corps, à une force, à un effort quelconque. Le marbre résiste plus au ciseau que la pierre commune. Une viande qui résiste au couteau. Cette pierre résiste à la gelée. Ce vieux château a jusqu’ici résisté à l’injure, aux injures du temps. Vous chargez trop ce plancher, il ne pourra pas résister à un aussi grand poids. La toiture a résisté à la violence du vent.
Il signifie aussi Se défendre, opposer la force à la force. Résister aux agents de la force publique. Une armée à laquelle l’ennemi est hors d’état de résister. Les assiégés ont résisté longtemps, ont résisté courageusement. La place a résisté plus de trois mois. Ce cheval résiste au cavalier.
Il signifie figurément S’opposer aux desseins, aux volontés de quelqu’un, tenir ferme contre quelque chose de fort, de puissant. Résister fortement à quelqu’un. Si ce que vous proposez est dans l’intérêt public, je ne résiste plus. Je lui ai résisté en face. Il ne faut pas résister à son maître. Qui peut résister à la volonté de Dieu ? Résister à la grâce. Résister à la séduction, à la tentation. Résister à ses passions.
Il signifie aussi Bien supporter l’effort, la souffrance, le travail, et il se dit des Hommes et des animaux. Cet homme résiste à toutes les fatigues. Il est en convalescence, mais bien affaibli : s’il a une rechute, il n’y résistera pas. Vous travaillez trop, votre santé n’y pourra résister.
Fam., On n’y peut plus résister se dit en parlant de Quelque incommodité qu’on ne peut décidément pas supporter. La conversation avec cet homme est d’un ennui mortel, on n’y peut plus résister.(1)RÉSISTER. v. intr. Il se dit proprement d’un Corps qui ne cède pas, ou qui cède difficilement au choc, à la pression, à l’action d’un autre corps, à une force, à un effort quelconque. Le marbre résiste plus au ciseau que la pierre commune. Une viande qui résiste au couteau. Cette pierre résiste à la gelée. Ce vieux château a jusqu’ici résisté à l’injure, aux injures du temps. Vous chargez trop ce plancher, il ne pourra pas résister à un aussi grand poids. La toiture a résisté à la violence du vent.
Il signifie aussi Se défendre, opposer la force à la force. Résister aux agents de la force publique. Une armée à laquelle l’ennemi est hors d’état de résister. Les assiégés ont résisté longtemps, ont résisté courageusement. La place a résisté plus de trois mois. Ce cheval résiste au cavalier.
Il signifie figurément S’opposer aux desseins, aux volontés de quelqu’un, tenir ferme contre quelque chose de fort, de puissant. Résister fortement à quelqu’un. Si ce que vous proposez est dans l’intérêt public, je ne résiste plus. Je lui ai résisté en face. Il ne faut pas résister à son maître. Qui peut résister à la volonté de Dieu ? Résister à la grâce. Résister à la séduction, à la tentation. Résister à ses passions.
Il signifie aussi Bien supporter l’effort, la souffrance, le travail, et il se dit des Hommes et des animaux. Cet homme résiste à toutes les fatigues. Il est en convalescence, mais bien affaibli : s’il a une rechute, il n’y résistera pas. Vous travaillez trop, votre santé n’y pourra résister.
Fam., On n’y peut plus résister se dit en parlant de Quelque incommodité qu’on ne peut décidément pas supporter. La conversation avec cet homme est d’un ennui mortel, on n’y peut plus résister.

  Annuaire | Contact | Courriel | Intranet | Plan d'accès | Autres sites | Crédits | Mentions légales