Présentation (Français)

Présentation

L’ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française) est un laboratoire de recherche en sciences du langage. Cette unité mixte de recherche (UMR 7118) a deux tutelles : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l’Université de Lorraine (UL).

Le laboratoire est né au 1er janvier 2001 de la fusion de l’Institut National de la Langue Française (INaLF-CNRS) et de LANDISCO (Langues, Discours, Cognition – Université Nancy 2), et a été renforcé en 2005 avec l’intégration de l’équipe CRAPEL (Centre de Recherches et d’Applications Pédagogiques en Langues de l’université Nancy 2).

Coté CNRS, l’ATILF est rattaché principalement à l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (INSHS) et secondairement à l’Institut des Sciences de l’Information et de leurs Interactions (INS2i). Au niveau régional il dépend de la délégation CNRS Centre-Est.

Coté Université de Lorraine, l’ATILF est rattaché au pôle scientifique Connaissance, langage, communication, cultures  (CLCS) et à l’école doctorale Sciences Langage Temps Culture (SLTC) – ED 78.

L’ATILF s’appuie sur une « double compétence forte en linguistique et en informatique, qui lui permet de mettre à disposition du public des plateformes et outils nombreux en ligne, dont plusieurs dictionnaires et autres ressources et outils de référence dans nos domaines.

L’ATILF est porteur de l’Équipex (Équipement d’excellence, programme d’investissement d’avenir, PIA) Outils et Ressources pour un Traitement Optimisé de la LANGue (Ortolang), successeur de la plateforme Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), avec 1 811 utilisateurs enregistrés, 450 ressources et 7,9 To de données.

L’ATILF héberge le portail lexical avec 700 000 connexions/jour qui sera réactualisé prochainement.

Ce laboratoire compte 135 membres, 5 équipes de recherche et 4 services de soutien à la recherche dont un centre de documentation appelé Michel Dinet spécialisé en linguistique et didactique des langues.

Les activités de l’ATILF s’articulent dans les 5 équipes de recherche : Lexique | Linguistique historique romane et française | Discours | Didactique des langues et sociolinguistique (Crapel) | Ressources : normalisation, annotation et exploitation.

 

Direction

Alex Boulton

2018 > 2022 | 5 ans
 
Consulter sa page personnelle

 

Projet Scientifique

Le projet scientifique du contrat quinquennal en cours (2018-2022) porte 3 orientations scientifiques majeures :

1/ Lexique
2/ Corpus et ressources
3/ Aspects dynamiques du langage

1/ La thématique du lexique est présente dans de nombreux projets de recherche pour le français mais avec une ouverture vers d’autres langues, en particulier les langues romanes, l’anglais et l’allemand, mais aussi pour certaines langues non indoeuropéennes comme par exemple le russe ou le coréen. Au sein des différentes équipes, le lexique est par ailleurs abordé tant d’un point de vue diachronique que synchronique. L’étude du lexique ne se limite pas aux seules lexicologie et lexicographie, mais concerne au contraire d’autres sous-disciplines de la linguistique et des sciences du langage. Outre la morphologie ou la sémantique lexicale, ou encore la phraséologie, centrées par nature sur le lexique, certaines recherches menées en psycholinguistique, en sociolinguistique, et en didactique des langues au sein du laboratoire, abordent également le lexique sous un angle particulier propre à leurs problématiques. Une ouverture vers l’étude de la terminologie et les langues de spécialité s’est également engagée ces dernières années.

2/ Le champ des corpus et ressources, essentiel pour la production du Trésor de langue française (TLF) à partir des années 1960, poursuit et diversifie son développement. Bien plus qu’une simple question de production d’outils, cette thématique souligne, en amont, le travail de réflexion et de recherche, et, en aval, le fait que ces corpus et ressources génèrent des données conduisant à de nouvelles recherches. Les travaux menés depuis sa création apportent aujourd’hui à l’ATILF comme à la communauté scientifique la possibilité de décrire, de quantifier, de modéliser, d’expérimenter et/ou de valider de façon rigoureuse nombre d’hypothèses linguistiques à l’aide d’exemples authentiques et référencés de manière pérenne, et ainsi partageables avec l’ensemble de la communauté scientifique et, dans bon nombre de cas, avec le grand public. Cette activité importante engendre de nombreuses collaborations en interne et avec des partenaires nationaux et internationaux, appuyées par des financements de taille.

3/ Plusieurs autres dimensions des sciences du langage ou connexes du langage en général forment ensemble une troisième thématique qui s’inscrit dans différentes disciplines et domaines (didactique des langues, sociolinguistique, linguistique diachronique, dialectologie, psycholinguistique) et s’intéresse à différents objets (interactions et oral, discours et interprétation, appropriation des langues, troubles du langage, insécurités langagières, variation linguistique, etc.). Cette thématique transversale, aspects dynamiques du langage, implique une prise en compte de théories telles que celles des systèmes dynamiques, de la complexité, de l’émergence, de la non-linéarité et de la variation.

 

Chiffres mars 2020

© ATILF | Source : Alex Boulton | Photos : LG, Service communication ATILF & Christelle Poirel, Direction de la communication Université de Lorraine