TLFi | Trésor de la Langue Française informatisé

Trésor de la Langue Française informatisé

Le TLFi est la version informatisée du TLF, un dictionnaire des XIXe et XXe siècles en 16 volumes et 1 supplément qui contient : 100 000 mots avec leur histoire, 270 000 définitions, 430 000 exemples.

Le TLFi se distingue des autres dictionnaires électroniques existants par la finesse de la structuration des données. Son interface simple offre 3 niveaux de consultation : 1. recherche simple, 2. recherche assistée, 3. recherche complexe.

Avertissement : La rédaction du TLF est terminée depuis 1994 et la plupart des contributeurs ont quitté le laboratoire. Il n’a pas vocation à être mis à jour. Cette ressource, qui ne fait pas l’objet d’une veille lexicographique, est donc close « en l’état ». Il est donc tout à fait naturel que les définitions qui s’y trouvent ne rendent pas compte des évolutions de la société.

Citation : La présente ressource est produite et diffusée par l’ATILF à des fins de consultation pour l’enseignement et la recherche, à l’exclusion de toute exploitation commerciale. La citation d’un extrait de la ressource au sein d’une publication scientifique est autorisée sous condition de porter la mention suivante :

TLFi : Trésor de la langue Française informatisé | http://atilf.atilf.fr/tlf.htm | ATILF / CNRS – Université de Lorraine.
Histoire du TLF et du TLFi

Les grandes étapes du TLF et du TLFi de 1957 à 2004

Le Trésor de la Langue Française informatisé (TLFi), est la version informatisée du Trésor de la Langue Française (TLF), dictionnaire des XIXe et XXe siècles en 16 volumes. En voici, pendant plus de quarante ans, les grandes étapes :

1957 : Le recteur Paul Imbs a pour mission de remplacer le Littré tombé dans le domaine public par une œuvre entièrement originale tant par sa structure et sa conception que par ses fondements.
1960 : Il fonde le Centre de recherche pour un Trésor de la langue française (qui deviendra l’INALF) avec pour mission de réunir la documentation, d’assurer la rédaction et la publication du TLF. Un vaste ensemble documentaire informatisé bibliographique, lexicographique et textuel est constitué. Ce dernier fonds, source essentielle de l’illustration en exemples des articles du dictionnaire, constitue également la base de données textuelles françaises, Frantext, mondialement diffusée.
1964 : Date du dernier texte saisi pour le XXe siècle. Les rédacteurs du TLF disposent désormais en permanence d’une source d’exemples d’une ampleur et d’une valeur inestimables.
1971 : Publication du premier tome.
1994 : Publication du seizième et dernier tome du TLF.
1990-1991 : Lancement de la première étude d’informatisation du TLF dans les locaux du laboratoire nancéien de l’Institut National de la Langue Française (INALF – CNRS), devenu aujourd’hui laboratoire ATILF Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française (laboratoire associé au CNRS et l’Université de Lorraine).
1992 : Acquisition des bandes de photocomposition des tomes 9 à 16 et premiers essais d’informatisation du tome 14 au laboratoire.
1993 : Début des travaux au service informatique, un prototype fonctionne sur le volume 14.
1995 : Colloque international à Nancy « Autour de l’information du Trésor de la Langue Française ».
1996 : Traitement des archives de photocomposition des tomes 9, 10 et 14 à 16 par un prestataire.
1996-98 : Constitution de l’archive informatique pour les tomes 1 à 8 par un prestataire. Traitement des archives de photocomposition des tomes 11, 12, 13 au laboratoire.
1998 : Consultation en accès libre sur le site de l’ATILF, d’une maquette comprenant les tomes 9, 10 et 14 à 16.
1999 : Consultation en accès libre, sur ce même site, d’une maquette comprenant le tome 16.
2000 : Relecture et vérification des balises de la totalité des tomes par un prestataire. Amélioration du logiciel : hypernavigation.
2001 : Achèvement des travaux : intégration des corrections, vérifications….
2004 : Le cédérom du Trésor de la Langue Française paraît en novembre chez CNRS Éditions

Lire la préface du TLF de Paul Imbs (1971)
Lire la préface du TLFi de Jean-Marie Pierrel (2004)

Abréviations du TLF et du TLFi
Supplément du TLF
Le volume de Supplément, fortement attendu comme une mise à jour du Trésor de la Langue française (TLF), a été rédigé de 1992 à 1997. Il enrichit la nomenclature du TLF de 10 000 entrées environ, soit en complétant des familles de mots parus dans le TLF, soit en mettant à jour des données contenues dans le TLF pour des mots bien installés en langue depuis 1965, soit en introduisant des articles nouveaux. Ainsi loft, implanté trop récemment dans la langue pour être présent dans le TLF, figure dans le Supplément :

LOFT, subst. masc.

Ancien local à usage artisanal, industriel, ou commercial, transformé en habitation ou studio d’artiste. Certains ateliers d’artisans, garages, garde-meubles, scieries (Faubourg Saint-Antoine et banlieue) sont de cette manière devenus des « lofts made in France » (Elle, 19 juill. 1976, p. 52, col. 1). Bien qu’il soit rarement dans son appartement parisien, partageant son temps entre un loft new-yorkais, un château en Dordogne et un mas non loin de Nice, Hutting est revenu à Paris pour la réception des Altamont (G. Perec, La Vie mode d’emploi, 1978, p. 65.). La grande terrasse déserte qui longeait le loft de la rue Saint-André-des-Arts rejoignait le toit de l’immeuble, et cet immense plateau devint son jardin (J. Kristeva, Les Samouraïs, 1990, p. 131). On allait visiter des lofts d’architecte et des duplex ou triplex à terrasse, des surfaces à aménager sous les toits, des maisons biscornues au fond des jardins ouvriers et des cours pavées (A.-M. Garat, Dans la pente du toit, 1998, p. 128).

 

**Prononc. : [lɔft]. Étymol. et Hist. Empr. à l’angl. loft, du vieil-angl. loft originaire de l’a. nord. et désignant le ciel, l’espace aérien puis, en m. angl., un local situé dans la partie supérieure d’une maison comme p. ex. un grenier, d’où son empl. pour désigner des locaux de stockage ou de travail situés dans des étages, spéc. aux États-Unis (v. NED 1991 [2e éd.] et DAE). Att. en 1976 (Elle, 19 juill., p. 51 et 52).

Le Supplément reste fidèle au TLF : les articles sont bâtis sur le même schéma, avec toutefois une légère différence dans la rubrique historique, l’étymologie précède désormais l’histoire du mot.

L’informatisation des données du Supplément ne peut pas se faire automatiquement, car une mise à jour des données s’avère nécessaire afin de ne pas publier des données périmées depuis 1997. La richesse et la constante évolution de la base Frantext permet d’ajouter des exemples à des mots existants surtout lorsque ceux-ci ne sont illustrés que par une référence à un dictionnaire. Parfois un complément de sens est nécessaire.

Consulter le Supplément du TLF

Révision des données : Jean-Luc Benoît, Pascale Bernard, Marie-Jo Mathieu
Développement informatique : Gilles Souvay

Cédérom du TLFi
La version cédérom PC du TLFi est parue chez CNRS Editions sous forme d’un coffret en novembre 2004, ainsi que la version MAC du TLFi en novembre 2005.Le cédérom n’est désormais plus distribué ni maintenu.Avec l’évolution d’internet (coût, accès permanent, hauts débits…) l’usage d’un cédérom semble être obsolète.
TLF-Étym

TLF-Étym : Révision sélective des notices étymologiques du TLFi

Le sigle « TLF-Étym » renvoie au projet de révision sélective des notices étymologiques du Trésor de la Langue Française informatisé que mène l’équipe Linguistique historique française et romane de l’ATILF.

Accès au TLF-Étym

Contact :

Dictionnaire du Moyen Français
À la fin de la rédaction du TLF, une équipe a entrepris de poursuivre le travail en s’intéressant à la langue médiévale et plus particulièrement à la période moyen français, avec pour bornes chronologiques 1330-1500.

Le résultat de ce travail est lui aussi un dictionnaire électronique accessible librement : le Dictionnaire du Moyen Français (DMF)

Accès au DMF

Contact :

Frantext
Les articles du Trésor de la Langue Française sont illustrés par des exemples issus d’ouvrage qui ont été numérisés à partir des années 1960. On peut consulter ces textes dans la base de données Frantext.

Bien que le TLF soit achevé, la base continue à s’enrichir et contient plus de 5000 références du Xe au XXIe siècle.

Accès à la base Frantext

Contact :

Thèse de Ruth Radermacher

Ruth Radermacher a soutenu sa thèse intitulée « Le Trésor de la Langue Française. Une étude historique et lexicographique », en 2004 à Strasbourg, sous la direction de Martin Glessgen et Wolfgang Schweickard.

Télécharger la thèse de Ruth Radermacher

Crédits

Diffusion

ATILF – CNRS & Université de Lorraine
B.P. 30687
54063 NANCY Cedex

Contact :