historique 2011 – 2018 séminaires

Historique 2018 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Semantic resonance : nonliteral meaning and linguistic creativity

Patrick Hanks (University of Wolverhampton)

11 décembre 2018 | 17h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Until publication of Lakoff and Johnson (1980), it was assumed that meaningful use of language was governed by the rules of logic as determined during the European Enlightenment by thinkers such as Descartes and Leibniz.
 
Lakoff and Johnson drew attention to the fundamental role of metaphor in linguistic meaning, but they did not account satisfactorily for linguistic creativity. The cognitive metaphors described by Lakoff and Johnson are important, but they are in fact no more than secondary conventions.

In this talk, I show how normal, conventional uses of words are exploited in three different ways. What they have in common is that they resonate semantically with literal, conventional meaning in three different ways. There are three kinds of semantic resonance:
1) linguistic resonance, including freshly created metaphors but also many other kinds of unconventional phraseology;
2) intertextual resonance, including quotations from literature, but also the human habit of picking up innovative phraseology from other people;
3) experiential resonance – the nonliteral semantic (or rather, semiotic) associations of words such as summer and spider.
 
The three types of semantic resonance will be illustrated by a discussion of the meaning of a short passage near the beginning of TS Eliot’s poem The Wasteland. It is important to emphasize, however, that resonance is not merely a literary device; it is a fundamental mechanism that enables meaningful communication using words.

The theory of norms and exploitations (TNE; Hanks 2013) argues that meaningful use of language is governed by two different sets of rules: one set governs the normal, conventional, grammatically well-formed use of words. A second set of rules governs the creative exploitation of linguistic norms. Both sets of rules are probabilistic, not deterministic. They can be discovered by large-scale corpus analysis.

Hanks, Patrick. 2013. Lexical analysis: norms and exploitations. MIT Press.
Lakoff, George, and Mark Johnson. 1980. Metaphors we live by. University of Chicago Press.

 

[!] LECTURE PRÉPARATOIRE:
T. S. Eliot The Waste Land
Au moins la première section.
[https://www.poetryfoundation.org/poems/47311/the-waste-land]

Séminaire ATILF

Arabic diglossia – grammatical differences between varieties and modalities

Lior Laks (Université de Bar Ilan, Israël)

23 novembre 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Arabic is typically diglossic (Ferguson 1959) where two varieties co-exist: Colloquial Arabic and Modern Standard Arabic. While a separation between their functions is a defining feature of diglossia, code switching characterizes the speakers’ linguistic behavior (Badawi 1970). Grammatical differences between varieties exist in all domains (Eid 1990, Maamourin1998, Ibrahim 1983, Saiegh-Haddad 2012, Saiegh-Haddad & Henkin-Roitfarb 2014, among others).

This talk will address morphological and morpho-syntactic differences between Colloquial Arabic (Palestinian and Jordanian dialects) and Modern Standard Arabic in different domains like the distribution of verbal patterns, derived action nominals and the usage of morphological case markers (and lack thereof). Such differences will be examined in narrative text production (spoken and written).

 

References
Badawi, E. (1973). Levels of Modern Arabic in Egypt. Cairo: Dar Al-Ma’arif. [In Arabic] Ferguson, C. (1959). Diglossia. Word 15, 325-340.
Eid, M. (1990). Arabic linguistics: The current scene. In M. Eid (Ed.), Perspectives on Arabic Linguistics I. Amsterdam: John Benjamins, 3-38.
Ibrahim, M. (1983). Linguistic distance and literacy in Arabic. Journal of Pragmatics 7, 507-15.
Maamouri, M. (1998). Language education and human development: Arabic diglossia and its impact on the quality of education in the Arab region. World Bank, Mediterranean Development Forum.
Saiegh-Haddad, E. (2012). Literacy reflexes of Arabic diglossia. In M. Leikin, M. Schwartz & Y. Tobin (Eds.), Current Issues in Bilingualism: Cognitive and Sociolinguistic Perspectives, 43-55. Dordrecht: Springer.
Saiegh-Haddad, E. & R. Henkin-Roitfarb (2014). The structure of Arabic language and orthography. In E. Saiegh-Haddad & M. Joshi (Eds.), Handbook of Arabic Literacy: Insights and Perspectives, 3-28. Dordrecht: Springer.

Séminaire ATILF

Phrases, mots, mots-phrases : présentation du concept de locutif

Nicolas Mazziotta (Université de Liège)

20 novembre 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Séminaire ATILF

Development of multilingual network resource for comparative and contrastive representation of fire science terminology

Tatiana Sofronova (Université d’État de Krasnoyarsk)

16 novembre 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
The topic of my presentation is related to the topic of my postdoc fellowship. The project goal is the development of a multilingual network resource for a comparative-contrastive representation of fire science terminology at the high modern technological level. This resource is meant to:

1) combine features of translation, explanatory, encyclopedic, ideographic and student’s dictionaries;
2) help to treat each national fire science terminology with care preserving the uniqueness of each system of knowledge;
3) enable comparison of different countries’ scientific terminologies for their harmonization (at the level of systems through terminology comparison and at the level of individual terms through terminology contrasting);
4) suggest joint ways of solving translation issues by terminology translators and fire science experts;
5) reflect diachronic development of a scientific notion behind a term and existing approaches to its explanation;
6) be open for updating and editing;
7) provide potential involvement of fire science terminologies from different languages and countries to this project.

 

Such an electronic resource could become the basis for a large international project on development of a multilingual network resource on similar informational and technological but more rigorous scientific principles as Wikipedia or Wiktionary.

Séminaire ATILF

Réflexions et perspectives de recherche pour une didactique de l’espagnol de spécialité adaptée aux besoins du public-cible

Marcelo Tano (Président du Groupe d’Étude et de Recherche en Espagnol de Spécialité)

26 octobre 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Mes récentes recherches visent à clarifier la situation de la langue espagnole dans les formations françaises d’ingénieurs. À partir du moment où la formation poursuit des objectifs spécifiques, la question de la méthodologie d’enseignement-apprentissage la mieux adaptée doit être posée. Cette problématique exige la consultation des acteurs impliqués dans le processus afin de connaître leurs besoins langagiers réels. Si beaucoup a déjà été dit sur ce genre d’analyse, il manque pourtant des indications sur les variables pertinentes pour passer au crible les exigences de ce public cible. En faisant dialoguer cadres théoriques et expériences de terrain, deux modèles ad hoc d’instruments d’enquête, de type quantitatif et qualitatif, à destination des ingénieurs et des élèves-ingénieurs sont proposés. Les résultats obtenus montrent que les avis convergent sur un nombre considérable de points et, notamment, sur la manière la plus appropriée pour enseigner et apprendre l’espagnol. La méthode préconisée doit être active et viser les aspects pragmatiques de la langue à partir d’un travail en équipe, privilégiant la collaboration entre pairs, dans une perspective communicative et actionnelle priorisant les tâches d’expression et d’interaction basées sur une approche « projet ». L’analyse des implications didactiques de cette demande conjointe permet de conclure qu’elle peut être satisfaite en adoptant la démarche de l’« apprentissage par problèmes ». Un protocole de déroulement de cette approche innovante est présenté dans le but de transférer les avancées scientifiques de nature à renouveler la pédagogie universitaire.

Séminaire ATILF

Interactions télétandem et développement de la compétence de communication. Une approche empirique complexe et trois hypothèses de recherche

Marco Cappellini (LPL – Aix Marseille Université, CNRS)

19 octobre 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Par télétandem, on entend l’adaptation dans un environnement de visioconférence poste à poste de la méthode tandem (Helmling, 2002), où deux apprenants de deux langues maternelles différentes s’entraident dans l’apprentissage de leurs langues respectives. Le télétandem a pu être caractérisé comme un dispositif complexe, ce qui implique la nécessité d’approches pluri- ou interdisciplinaires afin d’atteindre une compréhension holistique des dynamiques d’apprentissage à l’œuvre. Ma présentation se divisera en trois temps. Dans un premier temps, j’illustrerai les éléments du dispositif (Rivens Mompean & Cappellini, 2015) afin de contextualiser mon centrage sur les interactions dans le binôme télétandem et entre apprenants dans un groupe. De plus, je caractériserai brièvement ma conception de la compétence de communication en l’articulant en composante langagière, composante interculturelle, composante discursive et interactionnelle, composante multimodale. Dans un deuxième temps, j’aborderai les résultats de quelques études empiriques (Cappellini, 2016 ; Cappellini & Macré, soumis) permettant d’une part de caractériser les interactions télétandem, d’autre part d’en comprendre les apports et les limites pour le développement de la compétence de communication et de l’autonomisation des apprenants. Dans un troisième temps, j’expliciterai trois questions de recherche explorées actuellement autour de l’articulation entre aspects cognitifs et socioculturels de l’apprentissage en télétandem.

 

Bibliographie
Cappellini, M. (2014). « Affordances et positionnements d’expertise culturelle dans un tandem par visioconférence ». In I. Colon de Carvajal & M. Ollagnier-Beldame (dir.). Actes du colloque Interactions Multimodales Par Ecran. Disponible en ligne : http ://impec.ens-lyon.fr/actes-du-colloque-impec-2014-en-ligne-208378.kjsp

Cappellini, M. (2016). « Roles and scaffolding in teletandem interactions: A study of the relationship between the sociocultural and the language learning dimensions in a French-Chinese teletandem ». Innovation in Language Learning and Teaching, vol. 10 n° 1, pp. 6-20.
Cappellini, M. & Rivens Mompean, A. (2013). « Positionnements culturels dans un tandem sino-français par visioconférence ». Synergies Chine, vol. 8, pp. 137-149, disponible en ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine8/Article12Cappellini_Rivens.pdf
Hall, J. K., Hellermann, J. & Pekarek Doehler, S. (dir.) (2011). L2 Interactional Competence and Development. Bristol : Multilingual Matters.
Helmling, B. (dir.) (2002). L’apprentissage autonome des langues en tandem. Paris : Didier Hatier.
Michel, M., & Smith, B. (2018). Measuring lexical alignment during L2 peer interaction via written synchronous computer-mediated communication: An eye-tracking study. In S. M. Gass, P. Spinner, & J. Behney (Eds.), Salience in Second Language Acquisition (pp. 244-267). London: Routledge.
Pickering, M. J. & Garrod, S. (2004). Toward a mechanistic psychology of dialogue. Behavioral and Brain Sciences, 27(2), 169-190.
Rivens Mompean, A. & Cappellini, M. (2015). Teletandem as a complex learning environment. DELTA: Documentação de Estudos em Lingüística Teórica e Aplicada, 31(3), 633-663.
Telles, J. A. (dir.) (2009). Teletandem. Um contexto virtual, autônomo, colaborativo para aprendizagem das linguas estrangeiras no século XXI. Campinas, SP : Pontes Editores.

Séminaire ATILF

Les réseaux de constructions : de la théorie à l’empirie

Guillaume Desagulier (MoDyCo – Université Paris 8, CNRS, Université Paris Nanterre – Institut Universitaire de France)

29 juin 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
La modélisation des assemblages symboliques de forme et de sens (les constructions) sous la forme de réseaux fait partie intégrante du programme des grammaires de constructions : « It is argued that constructions form a network and are linked by inheritance relations which motivate many of the properties of particular constructions. The inheritance network lets us capture generalizations across constructions while at the same time allowing for subregularities and exceptions. » (Goldberg 1995, p. 67)

Le concept de réseau dynamique est largement consigné au statut d’abstraction théorique en linguistique cognitive de première génération. Il ne commence à recevoir de fondations empiriques que récemment. Ainsi, Ellis et al. (2014) et Gries et Ellis (2015) parviennent à quantifier les traits sémantiques distinctifs de constructions Verbe-Argument telles que les causatives en into de manière à projeter les verbes qui interviennent dans ces constructions sous la forme d’un réseau. En somme, grâce à la théorie des graphes, le réseau de constructions a l’occasion de dépasser le simple statut de métaphore.

Ce séminaire comprend deux moments. Dans un premier temps, je rappelle les fondements de la théorie des graphes et décris les graphes « petit-monde » propres aux phénomènes linguistiques. Je dresse ensuite l’inventaire des méthodes distributionnelles traditionnelles qui permettent de visualiser un réseau constructionnel à partir d’un corpus. Ces méthodes reposent principalement sur les collocations. Elles font intervenir des données de fréquences ainsi que des mesures d’association symétriques et asymétriques. J’illustre cette approche à l’aide de trois études de cas en anglais : l’alternance dative, A as GN (Desagulier 2015) et it be A to Vinf that.

Visualiser les réseaux constructionnels sur la base de tableaux de données à l’aide de la théorie des graphes est une procédure relativement aisée. Les constructions sont pré-identifiées et les données pré-classées. Le graphe synthétise les données. Cette méthodologie suit, peu ou prou, une démarche exploratoire, à la manière de ce que proposent les méthodes de clustering. Plus ambitieuse et autrement plus difficile est la détection de réseaux de constructions à partir de grands corpus.

Dans un second temps, je pose les bases de ce programme de recherche en m’appuyant sur les avancées récentes en matière d’apprentissage profond, notamment les vecteurs lexicaux (Mikolov, Chen et al. 2013; Mikolov, Sutskever et al. 2013; Mikolov, Yih et al. 2013; Pennington et al. 2014). Fondés sur l’hypothèse distributionnelle (Harris 1954; Miller et Charles 1991), ces vecteurs sont le produit de modèles de sémantique distributionnelle s’articulant sur des réseaux de neurones artificiels. Les vecteurs lexicaux de nouvelle génération ont fait leur preuve quant à l’étude du sens de mots isolés. Toutefois, leur application aux unités polylexicales ne va pas de soi. J’aborderai les obtacles à la reconnaissance et la vectorisation des constructions, préalable à leur visualisation sous forme de réseaux. Je proposerai quelques pistes d’exploration ainsi qu’un outil de visualisation des unités polylexicales (DepVis).

 

Références
Desagulier, Guillaume (2015). “A lesson from associative learning : asymmetry and productivity in multiple-slot constructions.” In : Corpus Linguistics and Linguistic Theory. doi : 10.1515/cllt-2015-0012.
Ellis, Nick C., Matthew Brook O’Donnell et Ute Römer (2014). “The processing of verb-argument constructions is sensitive to form, function, frequency, contingency and prototypicality”. In : Cognitive Linguistics 25.1, p. 55-98.
Goldberg, Adele E. (1995). Constructions : a Construction Grammar Approach to Argument Structure. Chicago : University of Chicago Press.
Gries, Stefan Thomas et Nick C. Ellis (2015). “Statistical measures for usage-based linguistics”. In : Language Learning 65.S1, p. 228-255. doi : 10.1111/lang.12119.
Harris, Zellig S. (1954). “Distributional structure”. In : Word 10.2-3, p. 146-162.
Mikolov, Tomas, Kai Chen et al. (2013). “Efficient Estimation of Word Representations in Vector Space”. In : CoRR abs/1301.3781. url : http://arxiv.org/abs/1301.3781.
Mikolov, Tomas, Ilya Sutskever et al. (2013). “Distributed representations of words and phrases and their compositionality”. In : Advances in Neural Information Processing Systems, p. 3111-3119.
Mikolov, Tomas, Wen-tau Yih et Geoffrey Zweig (2013). “Linguistic regularities in continuous space word representations”. In : Proceedings of NAACL-HLT, p. 746-751. url : http://www.aclweb.org/anthology/N/N13/N131090.pdf.
Miller, George A. et Walter G. Charles (1991). “Contextual correlates of semantic similarity”. In : Language and Cognitive Processes 6.1, p. 1-28.
Pennington, Jeffrey, Richard Socher et Christopher D. Manning (2014). “GloVe : Global Vectors for Word Representation”. In : Proceedings of the 2014 Conference on Empirical Methods in Natural Language Processing (EMNLP 2014), p. 1532-1543. url : http://www.aclweb.org/anthology/D141162.

 

Télécharger la présentation

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Why and how synchronic and diachronic lexicology and lexicography meet

Éva Buchi (ATILF/CNRS – Université de Lorraine) et Carlos Valcárcel Riveiro (Universidade da Vigo)

13 juin 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

The content and structure of entries in etymological and historical dictionaries

Steven N. Dworkin (University of Michigan)

11 juin 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Adjectives and adverbs in the Dutch-French lexicography (1527-1700) : between conventionality and reality

Elizaveta Zimont (Université de Liège/FNRS)

8 juin 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
The Dutch-French lexicographical tradition, which originated in the XIVth century in Bruges (presently West Flanders, Belgium), appears to be one of the oldest vernacular bilingual traditions in Europe. The earliest known printed Dutch-French lexicographical work, Vocabulaire by Noël de Berlaimont, was published in 1527, predating by several years the first French grammars (Palsgrave 1530, Sylvius 1531) and by more than half a century the first Dutch grammar (Spieghel 1584). Hence, when authors or compilors of the earliest Dutch-French vocabularies and dictionaries had to handle contrastive gammar issues, there were no pre-existing grammar works to draw on. This lecture will focus on the contrastive treatment of late Middle Dutch and late Middle French adjectives and adverbs in printed Dutch-French lexicographical works (1527-1700). By paying special attention to the lemmatization techniques and the entry presentation conventions, I attempt to shed light upon the underlying preconceptions about grammar, especially morphology, and the way they relate to the linguistic reality. Further comparison with some contemporary grammar writings (Meurier’s Grammaire françoise 1557, Spieghel’s Twe-spraack 1584) and vernacular-to-Latin dictionaries (Estienne, Kiliaan) will help me to asses to what extent these preconceptions and lexicographical techniques are specific to the bilingual Dutch-French vernacular tradition.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

The geometry of lexical models

Alain Polguère (ATILF/CNRS – Université de Lorraine)

6 juin 2018 | 17h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
The topic of this presentation is the global structure of natural language lexicons and of their formal representation. More precisely, I will question the overall geometric organization of lexical models (linear textual models such as dictionaries, hierarchical taxonomies, multidimensional networks, …). I will first examine the general problem of representing lexical knowledge, highlighting the importance of adopting a geometric metaphor for lexicons that is suitable for lexicology and its applications. This leads to the specification of the very nature of lexicons that have to undergo geometrization by reanalyzing the overused notion of mental lexicon. Two instances of mental lexicons will be distinguished – the logical lexicon vs. the physiological lexicon –, identifying the former as the actual object of study of lexicology and lexicography. After examining the most common metaphors of the logical lexicon, I present Lexical Systems: formal lexical models whose structural backbone is based on Meaning-Text lexical functions.

Conférence dans le cadre du 5e workshop franco-allemand

Entre routine conversationnelle et marqueur de discours : les usages de pardon dans certains français africains

Martina Drescher (Universität Bayreuth)

5 juin 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Résumé
Entre routine conversationnelle et marqueur de discours : les usages de pardon dans certains français africains
La dynamique du français en Afrique touche non seulement son lexique et sa grammaire, mais aussi son dispositif énonciatif, ses modes d’organisation du discours et, de façon générale, son niveau pragmatico-discursif. Partant de données recueillies au Cameroun et au Burkina Faso, l’étude se focalise sur les emplois interjectifs de pardon, qui semble évoluer d’une routine conversationnelle conversationnelle destinée à la gestion de l’interpersonnel vers un marqueur de discours avec des fonctions plus proprement discursives. Ces glissements dans le sens pragmatico-discursif de pardon vont de pair avec un élargissement de son champ fonctionnel. Équivalent de s’il vous plaît dans de nombreux contextes, il s’annexe ses valeurs d’emphase et de focalisation tout en contribuant à la structuration de l’énoncé. Sans prétendre à l’exhaustivité, la présente étude vise une première systématisation des fonctions discursives de pardon dans les français camerounais et burkinabé. Pour conclure, elle revient sur la question de savoir si ces modifications fonctionnelles de pardon sont dues à des interférences avec les langues de contact ou si elles renvoient plus globalement à des conventions de politesse et partant à une culture différente.

 

Abstract
Between conversational routine and discourse marker: Some uses of pardon in African varieties of French.
The dynamics of French in Africa concerns not only its lexicon and its grammar, but also its enunciative and discourse organizational devices, and more generally, its pragmatic and discursive level. Based on data collected in Cameroon and in Burkina Faso, this study focuses on the interjectional uses of French pardon, that seems to evolve from a conversational routine maintaining interpersonal relations to a discourse marker fulfilling rather discursive functions. These shifts in the pragmatic and discursive meaning of pardon come along with an extension of its functions. Being an equivalent of s’il vous plaît in numerous contexts, it annexes its emphasis and focalization qualities, but contributes also to the structuring of the utterance. Without pretending to be exhaustive, the present study aims at a first systematization of the discursive functions of pardon in Cameroonian and Burkinabe French. The conclusion comes back to the question whether these functional shifts are due to interferences with contact languages or whether they point more globally to different politeness and thus cultural conventions.

Séminaire ATILF

Métrique contemporaine, de la description à la statistique

Gérald Purnelle (Université de Liège)

1er juin 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Comme de la linguistique, la métrique est une science qui se prête particulièrement bien à la statistique. La description du vers et de la rime appelle une description de la forme régulière fondée sur des principes rigoureux, et peut appeler l’application de méthodes statistiques. Du vers latin aux poètes français contemporains, en passant par Apollinaire, Verhaeren, Cocteau, Bonnefoy, Jaccottet ou Roubaud, plusieurs exemples montreront une diversité d’objets, de questions et d’approches.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Search strategies and user behavior in online language resources. An observation study with learners of German

Martina Nied Curcio (Università degli Studi Roma Tre) et Sascha Wolfer (Institut für Deutsche Sprache (IDS) Mannheim)

30 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
In the past two decades, more and more dictionary usage studies have been published, but most of them deal with the question what users appreciate about dictionaries, which dictionaries they use and which information they need in specific situations. However, language teachers and lecturers of linguistics often have the impression that students use too few high-quality dictionaries in their every-day work. Against this background, we started an international cooperation project to collect empirical data with the aim to come closer to what students actually do when they correct language problems. Therefore, we created a new multi-methodological setting that allows us to combine quantitative with qualitative analyses. Portuguese, Spanish and Italian learners of German had to deal with erroneous German sentences. All their actions (editing and researching) were recorded with a screen capture software. Additionally, they were instructed to “think aloud”. This was also recorded and transcribed. This data was then integrated to allow for combined analyses of all data sources.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Corpus-based collocation identification

Stefan Evert (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg)

24 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Term candidate extraction and relation extraction with standard corpus linguistic tools

Ulrich Heid (Universität Hildesheim)

22 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G04

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Have corpora improved English learner’s dictionaries ?

Michael Klotz (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg)

18 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Usage patterns and meaning

Patrick Hanks (University of the West of England/University of Wolverhampton)

18 mai 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Dictionaries and societies in Britain and the USA

Henri Béjoint (CRTT/Université Lumière-Lyon II)

16 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G04

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

’Napoleon had a beautiful white hand’ : phraseology in a nineteenth-century English-French dictionary

Stefania Nuccorini (Università degli Studi Roma Tre)

14 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Phraseology has long been associated with lexicography (Knappe 2004), and especially with bilingual dictionaries, which have traditionally had a didactic perspective (Moon, 2000). The two-volume Royal Phraseological English-French, French-English Dictionary by John Charles Tarver (1845-1849) can be considered an influential member of the mid-nineteenth century family of bilingual dictionaries with respect to its clearly stated pedagogical objectives and its “peculiar character” (1845: 5), i.e. its lexicological and lexicographical approaches to phraseology in the sense of word combinations.

As an independent researcher and an experienced teacher of French at Eton, Tarver was well aware of foreign language learners’ needs and he purposefully compiled his dictionary to help them avoid the common pitfalls hidden in the cross-linguistic and cross-cultural use of word combinations in “the two most important languages in Europe” (1845: 6). He first published the English-French part of his dictionary in which he included “an extensive phraseology to illustrate the proper manner of using the words, according to grammar and custom” (1845: 7), and a few years later the French-English part. The lecture will exemplify the treatment of phraseology in Tarver’s dictionary, and analyse the features that single it out as a forerunner of future research on the didactic, lexicological and lexicographical relevance of collocations.

 

Knappe, Gabriele. 2004. Idioms and Fixed Expressions in English Language Study before 1800. A Contribution to English Historical Phraseology. Frankfurt am Main–London: Peter Lang.
Moon, Rosamund. 2000. Phraseology and Early English Dictionaries: The Growth of Tradition. In Ulrich Heid, Stefan Evert, Egbert Lehmann, & Christian Rohrer, eds. Proceedings of the Ninth EURALEX International Congress, EURALEX 2000. Stuttgart: Universität Stuttgart, 507–516.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

The Text Encoding Initiative (TEI) as a tool for lexicographers

Bertrand Gaiffe (ATILF/CNRS – Université de Lorraine)

11 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Texts people use on computers may appear in many different formats. It may be word file, epubs, raw text files to name only a few. Most of these formats are linked to particular tools. In this talk, I will present the TEI (Text Encoding Initiave) that abstract the text structure. As we will see, the TEI aims at representing the structure of such texts as novels or dramas as well as such specific texts as dictionaries.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Lexicography of language contact : the German Loanword Portal

Stefan H. Engelberg (Institut für Deutsche Sprache (IDS) Mannheim)

11 mai 2018 | 11h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Lexicography of language contact usually adopts the perspective of the target language in borrowing processes: loanword dictionaries lemmatize the words that have been borrowed into the target language and add information from which language the words have been borrowed. In a current project on German as a contact language, the inverse perspective is taken: lemmatized are those German words which have been borrowed into other languages. However, the aim of the project is not to compile a single dictionary that covers all the borrowings from German into other languages. Instead we have created a dictionary portal that turns dictionaries that already exist (mostly bilingual dictionaries, e.g., “Dictionary of German loanwords in Polish”) or are currently being compiled (e.g., “Dictionary of Words of German Origin in Tok Pisin”) into a large dictionary net. By inverting the lemma-etymon relation of included dictionaries and creating a list of German metalemmata, it is possible to access all the information from the perspective of the source language German.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Introduction to distributional semantics : something to glean for the lexicographer ?

Denis Paperno (Loria/CNRS)

9 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Recent developments in the Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW)

Yan Greub (ATILF/CNRS – Université de Lorraine)

4 mai 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
The FEW (Französisches Etymologisches Wörterbuch, or ‘French Etymological Dictionary’) is an extremely large and complex dictionary. As a matter of fact, its scope is not only French, but also Occitan, Francoprovençal and Gascon, in their complete dialectal variety, from the first evidences in the 9th century to the contemporary varieties. The aim of registering and etymologizing a such huge material (about 5 million lexico-semantic units) leads to difficult organizational problems, and consequently to problems of access to the lexical material described in the dictionary. This lecture will present them, as well as the tools that are being developed in order to mitigate them.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

On the use of lexicon for Natural language processing (NLP)

Mathieu Constant (ATILF/CNRS – Université de Lorraine)

2 mai 2018 | 16h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
In this talk, we will present some classical natural language processing tasks, namely part-of-speech tagging, lemmatization, multiword expression identification and word sense disambiguation. In particular, we will show some strategies to use lexicon-based information on top of statistical methods.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Zur Typologie der elektronischen Wörterbücher und Portale. Die Begriffe multilingual und plurilingual im Fokus

María José Domínguez Vázquez (Universidade de Santiago de Compostela)

27 avril 2018 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Es genügt, im Internet ein keyword wie diccionario multilingue oder multilinguales Wörterbuch einzugeben und es erscheint auf dem Bildschirm ein vielfältiges Angebot. Darunter zerfallen aber ganz unterschiedliche Produkte, die sich meiner Meinung nach nicht immer als multilingual oder sogar als Wörterbücher kennzeichnen lassen. Das ist der Ausgangspunkt des Vortrags.
 
Nach einem Gesamtüberblick über die Merkmale, die ein Ressource als elektronisches Ressource ausmacht, setze ich mich mit den Begriffen „multilingual“ und „plurilingual“ auseinander, die sich auf dem lexikographischen Gebiet nicht als unproblematisch erweisen. Der dritte Schwerpunkt bildet die Beschreibung von idealen elektronischen multilingualen Valenzwörterbüchern, die heutzutage kaum vorliegen.

Séminaire ATILF

Le paradigme de l’« enaction » : les sciences cognitives au service de la didactique des langues et des cultures

Virginie Privas-Bréauté (ATILF / CNRS – Université de Lorraine)

20 avril 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Il est écrit dans le cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL 2001) que l’apprenant doit être acteur de son apprentissage. J’ai alors pensé que le théâtre pouvait être un dispositif possible pour l’amener à s’entraîner à devenir un acteur social utilisant la langue de manière autonome. C’est de cette hypothèse que je suis partie afin d’introduire dans mes cours d’anglais le théâtre et le jeu dramatique dans un premier temps, puis les jeux vidéo, ou, plus précisément les mondes virtuels, par la suite. Effectivement, en sollicitant son corps (d’abord) puis sa voix, il me semblait que l’apprenant de langue vivante 2 (dans mon cas l’anglais) imitait l’apprenant de langue vivante 1 (langue maternelle) et fixait son apprentissage plus durablement. Les recherches en neurosciences et l’émergence du paradigme de l’enaction (Varela 1993, 1996) par Francisco Varela, chercheur en neurobiologie au CNRS dans les années 1980, sont venues confirmer mes intuitions. Pour ce séminaire, j’expliquerai mon cadre théorique avant d’analyser les résultats de mes observations à partir des nombreuses expérimentations que j’ai conduites sur le terrain (auprès d’apprenants en anglais, depuis le premier degré jusqu’à l’enseignement supérieur). Je démontrerai ainsi que le paradigme de l’enaction parvient à expliquer pourquoi l’apprenant acquiert de meilleures compétences langagières et générales par le jeu.

 

Bibliographie
Aden, Joëlle. “Langues et langage dans un paradigme enactif”. Recherches en didactique des langues et des cultures, 14.1, 2017. http://rdlc.revues.org/1085 ; DOI : 10.4000/rdlc.1085.

Aden, Joëlle. “La créativité artistique à l’école : Refonder l’acte d’apprendre”. Synergies Europe n°4, 2009, pp. 173-180.

Bourguignon, Claire. “De l’approche communicative à l’approche ‘communic-actionnelle’: une rupture épistémologique en didactique des langues-cultures”. Synergies Europe n°1, 2006, pp.58-73. http://gerflint.fr/Base/Europe1/Claire.pdf.

Cormanski, Alex. Le corps dans la langue. Les techniques dramatiques dans l’enseignement/apprentissage des langues. Thèse de doctorat, Université de la Sorbonne nouvelle, Paris 3, 1993.

Conseil de l’Europe. Cadre européen commun de référence pour les langues. Division des politiques linguistiques, 2001.

Page, Christiane. Eduquer par le jeu dramatique, pratiques théâtrales et éducation. Collection Pratiques et Enjeux Pédagogiques. ESF Editeurs, 2001.

Tardieu, Claire. La Didactique des langues en 4 mots-clés : communication, culture, méthodologie et évaluation. Ellipses, 2008.

Trocmé-Fabre, Hélène. “Né pour créer du sens avec Francisco Varela”, 1994. http://www.canal-u.tv/video/cerimes/ne_pour_creer_du_sens_avec_francisco_varela.12824.

Varela, Francisco. Invitation aux sciences cognitives. Traduction de Pierre Lavoie, Editions du Seuil, 1996.

Varela F., Thompson E., Rosch E. L’inscription corporelle de l’esprit, Sciences cognitives et expérience humaine. Traduction de Véronique Havelange, Editions du Seuil, 1993.

Zafeiriadou, Nelly. “Drama in language teaching: challenge for creative development”. Issues, n° 23. TELT State School Advisor, Prefecture of Drama, 2009, pp. 4-9.

 

Télécharger la présentation

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Web design for online dictionaries

Annette Klosa (Institut für Deutsche Sprache (IDS) Mannheim)

18 avril 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
„Good design, when it’s done well, becomes invisible. It’s only when it’s done poorly that we notice it.“ (Jared Spool) – But what is good design for online dictionaries? This lecture will try to give some answers based on general rules for web design, on the findings from usage studies and on the analysis of existing dictionaries on the Web.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Explanatory Combinatorial Dictionaries : a practical introduction

Igor Mel’cuk (Observatoire de linguistique Sens-Texte/Université de Montréal)

12 avril 2018 | 15h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
I intend to illustrate the organization of an Explanatory Combinatorial Dictionary [ECD] by analyzing in detail the lexical entry for a particular sense of the verb ESCAPE. I will proceed in five steps.
 
1. Polysemy of ESCAPE. To justify, if only superficially, the division of the verb ESCAPE into lexicographic senses (= into separate lexemes), let me point out the following. The major borderline—within the limits of the senses considered—is drawn between those senses of ESCAPE that do not presuppose pursuit (ESCAPE 1a,1b,1c) and the one that does (ESCAPE 2). In the first group I further distinguish the following three senses: roughly, ‘to escape from where one is confined by someone’ (= ESCAPE 1a), ‘to escape from where one is trapped by something’ (= ESCAPE 1b) and ‘to escape from where one is threatened’ (= ESCAPE 2). All those senses feature observable differences in their government patterns (syntactic structures they control) and lexical functions (paradigmatic and syntagmatic lexical connections). Note, for instance, such a subtle distinction as the one between Pilot McQueen escaped all their missiles by sheer chance—he wasn’t even aware that they had been fired at him, where we have ESCAPE 1c [‘the missiles simply missed him or he moved out of the dangerous zone’], and A brilliant pilot, McQueen escaped from all their missiles, with ESCAPE 2, which governs FROM [‘he outmaneuvered the pursuing missiles’]; cf. also McQueen escaped their bullets vs. *McQueen escaped from their bullets [because bullets cannot pursue you].

2. Definition in the ECD. The propositional form; the equivalence principle; the semantic decomposition and the corresponding rules; absence of logical circles and semantic primitives.

3. Government Pattern in the ECD. Semantic, deep-syntactic and surface-syntactic actants and their expression.

4. Lexical Functions in the ECD. Semantic derivations; collocations.

5. General discussion of the lexicon in linguistics.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

„Stereotype Sprechakte“ auf Deutsch und Französisch : Fragen zur Erstellung eines phraseologischen Wörterbuchs online

Anja Kotsch-Smith (ATILF/CNRS – Université de Lorraine)

5 avril 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Ausgehend von der Definition Stereotyper Sprechakte als einer Untergruppe pragmatischer Phraseologismen wird das Projekt der Deutsch-französischen lexikografischen Forschungsgruppe (« GLFA ») einer Erstellung eines zweisprachigen Online-Wörterbuchs vorgestellt. Ein solches Projekt stellt uns vor die Schwierigkeit, Fragen nach einem angemessenen Kategorisierungs- und Beschreibungsinventar mit Fragen der Benutzerorientierung und der Anpassung an eine digitale Umgebung zu verbinden. Hierbei führt die Notwendigkeit, Normierungen bei den Beschreibungsmitteln vorzunehmen, gelegentlich zu Konflikten angesichts des Anspruchs einer möglichst adäquaten Beschreibung der sprachlichen Phänomene. Die im Vergleich zum « klassischen » Wörterbuch stark erweiterten Nutzungsmöglichkeiten bieten die Chance, bisher kaum oder unzureichend berücksichtigte Aspekte einzubeziehen, wie zum Beispiel die Verbindung zwischen gesprochener und geschriebener Sprache oder die Vernetzung zwischen sprachlichen Ausdrücken untereinander sowie ihren Funktionen in verschiedenen Kontexten. Bei alledem stößt der Lexikograf/ die Lexikografin jedoch auch an Grenzen, welche an Fragen der Machbarkeit gekoppelt sind …

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Reference tools for language learners : dictionaries, corpora, web

Alex Boulton (ATILF/CNRS – Université de Lorraine)

4 avril 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Experts provide language learners with invaluable help in dictionaries, grammar books, teaching materials and other resources. Inevitably though, such materials have to be designed for a broad targetbase of users and thus prioritise frequent and general forms, meanings and uses.
Sometimes, however, there may be a specific or specialised need that is not covered in such generic materials. This presentation looks at how language learners and users can find answers for themselves rather than relying on the contents of such general tools. In particular, we look at familiar tools (from MS Word to Google), then move on to language corpora, with a focus on use of existing corpora as well as building and querying one’s own corpus if the need arises. In such « data-driven learning », it is common to talk of the learners as researchers or detectives (« every learner a Sherlock Holmes »), though a question for the audience might be whether we could also think of them as amateur lexicographers.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Formal modelling of dialogue : how words interact (not only in the dictionary !)

Maxime Amblard (Loria/Université de Lorraine)

30 mars 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Title : Formal modelling of dialogue: how words interact (not only in the dictionary!)

Abstract :
This research is part of the project SLAM (Schizophrenia and Language: Analysis and Modelling),
which focuses on transcripts of interviews between patients with schizophrenia and psychologists,
applying semantics frameworks to model interactions. In this talk, we will focus on how words
interact in a formal manner.

From Tarski to Kamp, via Montague, the tradition of formal semantics for natural languages was
greatly enriched during the twentieth century. The contributions of logic for semantic modeling are
fundamental, particularly around the principles of compositionality defined by Frege. However,
semantic modeling encounters complex phenomena, especially inter-sentence ones. It is then
necessary to integrate the notions of discourse and coherence in order to propose relevant models.
This observation led to the emergence of dynamic principles in formal semantics, the founders of
Discourse Representation Theory (DRT) theories.

Titre : Modélisation formelle du dialogue : comme les mots interagissent en sémantique (et pas seulement dans un dictionnaire !)

Résumé :
Ce travail se situe dans le cadre du projet SLAM (Schizophrénie et Langage : Analyse
et Modélisation) qui s’intéresse à des transcriptions d’entretien entre des patients
schizophrènes et des psychologues, en mobilisant les cadres formels de la sémantique de
la langue pour modéliser ces interactions. Dans cette présentation nous nous focaliserons
sur les interactions formelles entre les mots.

De Tarski à Kamp, en passant par Montague, la tradition de la sémantique formelle pour les
langues naturelles s’est largement enrichie au cours du vingtième siècle. Les apports de la
logique pour la modélisation sémantique sont fondamentaux notamment autour des principes
de compositionnalité définis par Frege. Mais la modélisation sémantique se heurte rapidement
à des phénomènes complexes en particulier ceux qui apparaissent en dehors de la seule
phrase. Il est alors nécessaire d’intégrer les notions de discours et de cohérence pour proposer
des modèles pertinents. Ce constat a conduit à l’émergence des principes dynamiques en
sémantique formelle, fondateurs des théories du type Discourse Representation Theory (DRT).

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

People, paper, online, ongoing : the Dictionnaire Étymologique de l’Ancien Français (DEAF) and its place in eLexicography

Sabine Tittel (Dictionnaire Étymologique de l’Ancien Français (DEAF)/Heidelberger Akademie der Wissenschaften)

23 mars 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
PEOPLE: A very short personal history of the dictionary project.

PAPER: An equally short history of the traditional editorial work-flow and publication channel.

ONLINE: The dictionary’s place within eLexicography – dictionary writing system, online publication, its place within the net of European lexicography.

ONGOING: Outlook on the DEAF’s future as Linked Open Data within the Semantic Web.

Séminaire ATILF

Approches théoriques et pratiques de l’anglais de spécialité dans le secteur Sciences, Technologie, Santé

Sylvain Perraud (Université Grenoble Alpes)

23 mars 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
S’inscrivant dans le cadre de ma thèse en cours sous la direction d’Alex Boulton, « Anglais de spécialité de la physique dans le contexte de l’enseignement supérieur et de la recherche : caractérisation et perspectives didactiques », mon exposé se développera suivant trois axes :

1) la contribution à la caractérisation de la variété d’anglais de spécialité concernée principalement par ma thèse : contexte de l’étude, objectifs et choix initiaux, retours et demandes spécifiques du public-cible ;

2) la démarche et les résultats préliminaires relatifs à la mise en œuvre d’une démarche type DDL en formation à la rédaction d’articles scientifiques pour doctorants du secteur Sciences, Technologie, Santé au Collège Doctoral du site grenoblois, s’appuyant en partie sur les résultats de la caractérisation décrite en (1) ;

3) les pistes pour la suite de l’étude : bilan préliminaire des besoins, rendus et retours des apprenants, ajustements prévus dans la deuxième vague de cours de rédaction d’articles scientifiques.
En conclusion, je proposerai une ouverture sur des considérations plus générales sur l’apprentissage de l’anglais écrit en contexte spécialisé.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Terminology/terminography and speech therapy : what kind of research for what kind of applications ?

Frédérique Brin-Henry (ATILF/Centre Hospitalier de Bar-le-Duc)

21 mars 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Research on speech and language Therapy (SLT) terminology focuses primarily on the precision and shared meaning of diagnostic terms and on the representations of pathology. Over the past ten years we have explored two types of written specialised texts: specialised reports and articles. The OrthoCorpus Project (2015-2017) built a 3 million-word corpus collecting 850 articles published between 1997 and 2014 in Rééducation Orthophonique. Along with the valuable creation of metadata (areas, authors, key words…), we extracted most frequent terms (“difficultés”) and strategic terms (“évaluation”) and performed linguistic analyses (concordances, specificities). We also examined key words and various linguistic phenomena such as human nominal reference and light verbs’ distribution, and found conceptual properties. With the help of an expert consortium, our ambition is to implement bigger-scale projects including the creation of a European multilingual open platform.

This presentation will show main research results on SLT terminology and how they contribute to a new conceptual representation of language pathology.

 

References:

Bishop, D. V., Snowling, M., Thompson, P. A., & Greenhalgh, T. (2017). Phase 2 of CATALISE: a multinational and multidisciplinary Delphi consensus study of problems with language development: Terminology. J Child Psychol Psychiatry, 58(10):1068-1080.

Brin-Henry F. & Knittel ML (2016).. Etude lexicosémantique du nom difficulté(s) dans les comptes rendus de bilan orthophonique : apports structuraux et conceptuels. LIDIL 53, 19-41.

Brin-Henry, F. (2011a). La terminologie crée-t-elle la pathologie? Le cas de la pratique clinique de la pose du diagnostic orthophonique (Doctoral dissertation, Université Nancy II).

Brin-Henry F., Courrier C., Lederle E., Masy V., 3e édition (2011b). Dictionnaire d’orthophonie. Isbergues : Ortho-Edition, 303 p.

Costa R. (2013). Terminology and specialized lexicography: two complementary domains. Lexicographica, 29 (1); 29-42.

Jacquey E., Kister L., Grzesitchak M., Gaiffe B., Reutenauer C., Ollinger S & Vallette M. (2010). Thesaurus et corpus de spécialité sciences du langage: approches lexicométriques appliquées à l’analyse de termes en corpus. Taln’10, Montréal.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Some typographic tools for the modern dictionary

Sarah Kremer (Atelier National de Recherches Typographiques (ANRT)/ATILF)

19 mars 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
The Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW) by Walther von Wartburg is a reference for the French and Romance historical linguistics. The ongoing conversion from 16000 printed pages into an electronic and interoperable dictionary partially depends on the design of some specific typographic tools.

This presentation will approach the design process engaged at ATILF between lexicographers and designers concerning a custom type family, from drawing to encoding, and its use in some reading and editing interfaces.
It will be introduced by an overview of the typographic diversity from a selection of general and specific dictionaries extracted from the FEW library.

Séminaire ATILF

(Réallocation de) diastratismes dans la correspondance de Gaspard-Alexis La Barre, comte poitevin et colon de Saint-Domingue (1740-1790)

Myriam Bergeron-Maguire (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

16 mars 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
Mots-clés : diastratismes, français colonial, koinéisation

 

La catégorie des diastratismes s’est avérée d’un concours précieux au cours des dernières années dans l’étude des différences et des convergences observées entre les variétés de français expatriées (Chauveau 2015). Parmi les phénomènes relevés, celui de la ‘réallocation’ des variantes diastratiques, qui évoluent d’un statut stigmatisé en métropole à un statut neutre dans les variétés d’outre-mer, a fait l’objet de travaux éclairants et novateurs (Siegel 1985 ; Thibault 2016).

La réallocation diasystémique des variantes n’a cependant jamais fait l’objet d’une étude portant précisément sur le contexte colonial, dans le cadre duquel le phénomène de koinéisation à l’origine de cette redistribution s’est mis en place.

L’éclairage que nous voudrions apporter prévoit s’appuyer sur le relevé de diastratismes lexicaux et grammaticaux contenus dans la correspondance du comte poitevin Gaspard-Alexis La Barre, colon de Saint-Domingue. La période d’écriture du comte de La Barre, qui se situe à la fin du 18e siècle, correspond à un moment où la présence française aux Antilles est vieille de plus d’un siècle et où les effets d’une koinéisation se font vraisemblablement déjà sentir (Chaudenson 2003).

Les correspondances de colons ne se font pas rares ; celle de La Barre reste néanmoins remarquable, en raison des nombreux témoignages qu’elle contient, qui fournissent un riche panorama du quotidien des colonies : plaintes de gérants, évocation de vols, conditions climatiques, récoltes, échanges des colonies entre elles et avec la France, etc.

Pour une sélection des diastratismes relevés dans les 62 lettres adressées à ses proches, nous vérifierons d’abord l’hypothèse d’une réallocation d’un statut stigmatisé à un statut neutre, en nous basant d’une part sur l’autonymie (discours métalinguistique, reformulations, gloses) et d’autre part sur les contextes (destinataires, circonstances, cotextes) dans lesquels ils apparaissent.

Nous distinguerons ensuite parmi les diastratismes ayant fait l’objet d’une redistribution diasystémique les diatopismes poitevins (pour lesquels une restriction diastratique aura été dégagée) des diastratismes à répartition métropolitaine plus vaste, afin de déterminer l’influence de leur répartition d’origine sur leur postérité dans le Nouveau Monde.

 

Références bibliographiques

Chaudenson, Robert (2003), La créolisation : théorie, applications, implications, Paris, L’Harmattan, 479 p.

Chauveau, Jean-Paul (2015). « Sur le lexique des français populaires maintenu dans les créoles antillais », dans Thibault, André (dir.), Du français aux créoles, Paris, Garnier, 43-98.

Debien, G. (1959). Un colon sur sa plantation, Dakar, Université de Dakar, Faculté des Lettres et sciences humaines, 185 p.

Siegel, J. (1985). « Koines and koinèisation », Language in Society 14, 357-378.

Thibault, A. (2016). « Diastratismes et réallocation des variantes : français d’Amérique et de Nouvelle-Calédonie », Langages 203, 71-86.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

15 mars 2018 | 11h30

Lexicography – from the clay tablet to the internet
Prototyp eines zweisprachigen Internetwörterbuchs für Deutsch als Fremdsprache

Rufus H. Gouws (Stellenbosch University) et Zita Hollós (Károli Gáspár Református Egyetem, Budapest)

Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Rufus H. Gouws (Stellenbosch University) : Lexicography – from the clay tablet to the internet

In this paper a brief account is given of the development of both the lexicographic practice and the theory of lexicography. It is shown how the lexicographic pratice reflects the user perspective and responds to the needs and reference skills of target user groups. Dictionaries developed in a pre-theoretical era. The emergence of theory went through different phases in order to produce models for dictionaries that can assist their users in the best possible way. The transfer from printed to online dictionaries confronted metalexicographers with numerous challenges to adapt their theory to the new medium. The paper illustrates the interactive relation between theory and practice in order to enhance the overall lexicographic environment

 

Zita Hollós (Károli Gáspár Református Egyetem, Budapest) : Prototyp eines zweisprachigen Internetwörterbuchs für Deutsch als Fremdsprache
Im Mittelpunkt des Vortrages steht der Prototyp eines zweisprachigen, aktiven online Lernerwörterbuchs. Erstrangiges Ziel ist es, die lexikographischen Potenziale innovativer Internetwörterbücher am neuentwickelten Protoyp des sogenannten E-KOLLEX DAF vorzustellen. Diese Potenziale sind: Aufhebung des begrenzten Druckumfangs, Hypertextualisierung, multimediale Aufbereitung lexikographischer Daten, mehrfache äußere Zugriffsstrukturen und vielfältige Suchmöglichkeiten, Interaktivität, Aufhebung eines statischen zugunsten eines dynamischen Wörterbuchs sowie Kooperation und Interaktion zwischen Lexikograph und Benutzer. Die obigen Potenziale – mit einer einzigen Ausnahme – kann man bereits eindeutig am ersten Prototyp nachweisen.

Die Präsentation bietet die ersten Einblicke ins neue Webdesign und beschreibt die Funktionsweise dieser lerner- und produktionsorientierten Internetressource.

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Goodbye to dictionaries

Sven Tarp (Aarhus Universitet)

13 mars 2018 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Séminaire ATILF

Ce que notre langue leur doit : arabe- français : au delà de l’emprunt lexical

Jean Pruvost (Université de Cergy-Pontoise)

9 mars 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
La langue arabe offre à la langue française force mots, sans que personne ne s’en doute. Que la langue arabe vienne en troisième position après l’anglais et l’italien a de quoi surprendre.

Dans l’alimentation, par exemple, une pastèque, des artichauts, des aubergines, des épinards à l’estragon, une mousseline, un sorbet arrosé de sirop, en buvant de la limonade ou une orangeade, pour finir avec un café, sans sucre, et un alcool, tout cela vient du monde arabe. Pour la mode, une jupe de coton, un gilet de satin, un caban ou une gabardine… Pour le savant, l’algèbre, les algorithmes, les chiffres…

Tous les domaines de l’existence sont ainsi répertoriés pour rappeler les mots arabes que nous utilisons, qu’il s’agisse de la flore, de la faune, des parfums et bijoux, de l’habitat, des transports, de la guerre, des couleurs, des fêtes, de la musique, des lettres et des arts, des religions, etc. Sans oublier les effets sur notre langue de la colonisation, de la guerre d’Algérie, du rap…

Pour Lavisse, « Nos ancêtres les Gaulois » étaient avant tous des barbares et sans les Romains et la civilisation arabe, qui a irrigué tous le Moyen Âge, la Renaissance aurait encore tardé.
Jean Pruvost nous offre une nouvelle fois l’occasion de nous plonger dans le grand voyage des mots de la langue française.

Séminaire ATILF

Acquisition et didactique de l’orthographe : un panorama des recherches conduites depuis deux décennies

Catherine Brissaud (Université Joseph Fourier Grenoble III, EA 609 – Lidilem)

8 mars 2018 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Je présenterai les principaux résultats des travaux conduits dans le domaine de l’acquisition et de la didactique de l’orthographe, portant sur des publics divers (du CP à l’âge adulte, en passant par le cycle 3 et le collège).

J’exposerai d’abord des résultats de recherches psycholinguistiques aux méthodologies variées, portant sur l’acquisition des marques du nombre en français et sur celle des formes verbales en/E/ ; ensuite des résultats d’expérimentation de dispositifs didactiques. Enfin, les premiers résultats de recherches en cours seront exposés, qui visent à préciser davantage les acquisitions des élèves de l’école et du collège, par exemple la constitution d’un corpus scolaire longitudinal.

 

Télécharger la présentation

Séminaire ATILF | EMLex lecture series

Die Zukunft des Wörterbuchs

Stefan Schierholz (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg)

6 mars 2018 | 18h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Nach einigen grundsätzlichen Überlegungen zu Nachschlagewerken (Wörterbüchern, Informationssystemen) soll der Frage im Titel des Vortrags auf drei Ebenen nachgegangen werden: (a) Aktueller Stand der allgemeinen einsprachigen Online-Wörterbücher und anderer Nachschlagwerke des Deutschen; (b) Die Situation der praktischen Lexikographie und der für sie zuständigen Theorien; (c) Die Lage der Wörterbuchforschung im Allgemeinen, insbesondere an deutschen Universitäten. Dabei soll die kulturelle und gesellschaftliche Verantwortung der praktischen Lexikographie, aber auch der Metalexikographie verdeutlicht werden. Zu wenig Beachtung findet die Lexikographie als kulturelle Praxis der Dokumentation sprachlicher, kultureller und gesellschaftlicher Verhältnisse. Zu wenig Beachtung findet die Metalexikographie als Gesellschaftswissenschaft, die sich mit den Zusammenhängen von Datenermittlung, Datenverwendung, Dateninterpretation und Datenpräsentation in der Internetlexikographie befasst.

Der Vortrag ist eher programmatisch angelegt. Die Ausführungen werden durch exemplarische Einzelanalysen ausgewählter Benutzungssituationen gestützt.

 

Literaturauswahl

DWDS = Digitales Wörterbuch der deutschen Sprache: https://www.dwds.de

Klosa, Annette/ Müller-Spitzer, Carolin (Hrsg. 2016): Internetlexikografie. Ein Kompendium. Berlin/Boston.

Schierholz, Stefan J. (2015): Methods in Lexicography and Dictionary Research. In: Lexikos (AFRILEX-reeks/series) 25: 323-352.

Wiegand, Herbert Ernst (1998): Wörterbuchforschung: Untersuchungen zur Wörterbuchbenutzung – Zur Theorie, Geschichte, Kritik und Automatisierung der Lexikographie. Teilbd. 1. Berlin/New York.

Séminaire ATILF

Littéracie et acquisition de la langue française après 5 ans : comment apprendre à écrire peut contribuer à la segmentation en mots.

Samantha Ruvoletto (Université de Lorraine et Université Paris 8, CNRS)

23 février 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Pendant l’acquisition, l’enfant francophone reçoit comme input une langue orale où les frontières entre les mots sont masquées à cause des deux phénomènes de resyllabation très communs : la liaison catégorique entre déterminant (mot1) et nom (mot2) comme dans la séquence les ([le]) + ours [zu?s] => les[z]ours [lezu?s]) ; l’enchaînement entre déterminant (mot1) et nom (mot2) comme dans une[yn]+araignée[a.??.?e] => une[n]araignée [y.na.??.?e]). Ces phénomènes causent un non-alignement entre les frontières lexicales et syllabiques à l’oral (Coté, 2005). Ce non-alignement est à l’origine de l’apparition de mauvaises segmentations dans les productions des enfants à partir de l’âge de 2 ans, classifiées sous les noms de « remplacements » ou « consonnes erronées » (ex. de(s)[n]éléphants [de.ne.le.f?~] pour des[z]éléphants [de.ze.le.f?~]) et de « omissions » ou « non-réalisations » (u(n)[Ø]avion [?~.a.vj?~] pour un[n]avion [?.na.vj?~]). Les études développementales (longitudinales ou transversales) observent une diminution des erreurs de « remplacements » à partir de 5 ans (Chevrot et al., 2013; Dugua et al., 2006; Nardy, 2008; Wauquier, 2009) mais une stabilité des erreurs de « non-réalisations » après cette âge (Chevrot et al., 2013). Deux explications ont été proposées pour rendre compte de ce pattern développemental : une explication lexicale-constructionniste (Chevrot et al., 2013) et une explication phonologique autosegmentale (Wauquier, 2009). Les deux explications s’accordent sur la description des premiers stades d’acquisition des séquences resyllabifiées et soulignent le rôle de la fréquence dans l’acquisition des frontières des mots : plus la combinaison de mot1+mot2 est fréquente dans le lexique de l’enfant, plus les frontières de ces deux mots seront claires et bien acquis et par conséquence les phénomènes de resyllabation seront produits sans aucune difficulté. Malgré cette explication, après 5 ans, les erreurs de non-réalisation subsistent et des recherches très récentes (Chevrot et al., en publication) montrent que l’acquisition des phénomènes de resyllabation et surtout de la liaison n’est plus influencée par la fréquence. Nous pouvons donc penser qu’après cet âge des autres facteurs entrent en jeu permettant l’acquisition et la maitrise de ces phénomènes. À partir de 5 ans, en France, les enfants commencent l’enseignement explicite de la langue écrite. Si dans la langue orale, les phénomènes de resyllabation causent un non-alignement entre les frontières syllabiques et les frontières lexicales, dans la langue écrite, les frontières lexicales sont délimitées par des marques graphiques comme l’espace blanc (<les ours>, <une ambulance>). Au moyen d’une étude longitudinale conduite sur 43 enfants francophones à partir du CP (6;3) jusqu’au CE1 (7;6), nous montrons que l’apprentissage de l’écriture et de la lecture, dénommés literacy, aide les enfants à fixer les formes lexicales et à mieux produire à l’oral. Les résultats montrent également que cette variable influence aussi le traitement cognitif des séquences resyllabifiées.

 

Bibliographie

Chevrot, J.-P., Siccardi, A., Parisse, C., & Spinelli, E (in publish). Multiword sequences and phonological variants in the lexicon: What can we learn from the acquisition of prenominal liaison in French?

Chevrot, J.-P., Dugua, C., Harnois-Delpiano, M., Siccardi, A., & Spinelli, E. (2013). Liaison acquisition: debates, critical issues, future research. Language Sciences, 39, 83-94.

Coté, M-H. (2005). Le statut lexical des consonnes de liaison, Langages, 158, 66-78.

Dugua, C., Chevrot, J.-P. & Fayol, M. (2006). Liaison, segmentation des mots et schémas syntaxiques entre 2 et 6 ans : un scénario développemental, Entretiens de Bichat : Orthophonie, 230-244.

Nardy, A. (2008). Acquisition des variables sociolinguistiques entre 2 et 6 ans : facteurs sociologiques et influences des interactions au sein du réseau social (Thèse de doctorat). Université Stendhal – Grenoble 3, Grenoble.

Wauquier, S. (2009). Acquisition de la liaison en L1 et L2 : stratégies phonologiques ou lexicales ? Aile, Lia 2, 93-130.

Séminaire ATILF

Le modèle du PhraseoFrame : une approche holistique pour décrire les phrasèmes – expérimentations dans l’application de la Grammaire de constructions à la phraséologie (italienne)

Elmar Schafroth (Université de Düsseldorf, département de romanistique)

16 février 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
La communication vise à présenter le projet de recherche « Plateforme d’apprentissage pour l’italien », réalisé à l’Institut de langues et littératures romanes de l’Université de Düsseldorf depuis 2014. Le projet comprend plusieurs axes de travail, dont la phraséologie. Le point de départ est constitué par les principes des Grammaires des constructions. Ces principes sont mis en œuvre dans un modèle lexicographique, le PhraseoFrame, capable de décrire des constructions d’une manière holistique, c’est-à-dire en considérant, du côté de la forme, les particularités phonologiques, morphologique et syntaxiques, et, du côté de la signification, les spécificités sémantiques, pragmatiques et discursives. Ce n’est qu’en décrivant tout le savoir linguistique qu’il faut avoir à propos d’un phrasème (dont la non-compositionnalité et l’idiosyncratie sont des caractéristiques importantes), qu’on réussit non seulement à le comprendre mais aussi à l’utiliser activement. Dans ma communication je présenterai l’approche théorique, les méthodes appliquées pour modéliser les phrasèmes d’une façon satisfaisante, mais aussi les problèmes qui sont apparus pendant la réalisation du projet. La langue décrite est l’italien mais je donnerai aussi des exemples pour des phrasèmes français.

Séminaire ATILF

Pistes pour la traduction des particules discursives

Carlos Meléndez Quero (ATILF, CNRS – Université de Lorraine)

9 février 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | salle G004

Résumé
La traduction des particules discursives est un aspect complexe dans l’apprentissage d’une langue étrangère dont la difficulté dépend des équivalents dans la langue maternelle des apprenants.

Ayant pour but l’étude contrastive des adverbes d’évaluation émotive pouvant fonctionner comme disjonctifs ou satellites d’attitude en français et en espagnol, dans cette communication nous nous servirons des travaux classificatoires des adverbes terminés en –ment du français et en –mente de l’espagnol, des informations contenues dans les dictionnaires unilingues (TLfi, Robert, Littré, Académie Française pour le français ; DRAE, DUE, DEA, LEMA pour l’espagnol) et des données statistiques tirées des corpus (Frantext pour le français ; CREA et CORPES XXI pour l’espagnol) pour expliquer la différence entre le répertoire d’unités fonctionnant comme adverbes de phrase évaluatifs dans chaque langue.

Considérant le choix plus large d’adverbes qui sont à disposition des hispanophones (afortunadamente, felizmente, tristemente, desafortunadamente, desgraciadamente, lamentablemente, etc.), face à l’emploi généralisé des adverbes heureusement et malheureusement en français, notre travail proposera quelques pistes ou éléments de réflexion pouvant faciliter le choix de traduction de ces deux adverbes en espagnol.

Notre proposition de traduction partira d’une réflexion comparative entre les systèmes des langues source et cible et sera fondée sur l’analyse des valeurs syntaxiques, des propriétés distributionnelles et des instructions sémantico-discursives des éléments en contraste, sans oublier leur lien avec leurs bases lexicales respectives.

Séminaire ATILF

Le suffixe */-’ur-a/ : recherches sur la morphologie dérivationnelle du protoroman

Bianca Mertens (ATILF, CNRS – Université de Lorraine)

26 janvier 2018 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
L’un des processus les plus importants dans la création lexicale d’une langue est celui de la dérivation et, plus précisément, celui de la suffixation. En effet, la création de nouvelles unités linguistiques sur base d’une racine à laquelle l’on ajoute un affixe a été très productive de tout temps et, parmi les différents processus dérivationnels, celui de la suffixation est le plus productif, car la base, qui représente la partie sémantiquement la plus saillante au niveau psychologique, reste figée au début du lexème.

Dans le cadre de notre thèse, nous avons étudié ce processus pour le protoroman et nous avons pu constater que l’un des suffixes les plus productifs de cette langue est le suffixe */-‘ur-a/. Bien que la morphologie constructionnelle représente un champ d’études particulièrement intéressant, elle reste encore largement inexplorée à l’heure actuelle et nos recherches sur la morphologie dérivationnelle du protoroman se présentent donc comme tout à fait innovantes.

Lors de notre intervention, nous présenterons, d’une part, notre méthode de travail, qui est celle de la grammaire comparée-reconstruction, employée déjà par le DÉRom, et, d’autre part, nous analyserons les propriétés morphologiques et sémantiques de quelques exemples concrets de lexèmes protoromans portant le suffixe */-‘ur-a/ pour ensuite tirer des conclusions sur le mode de fonctionnement et sur le sémantisme du suffixe */-‘ur-a/ en protoroman. De plus, nous déterminerons la variation diasystémique qui existe entre le suffixe latin -ura et le suffixe protoroman */-‘ur-a/.

Nos résultats montreront que la grammaire comparée-reconstruction fournit des analyses bien plus précises et probablement plus proches de la réalité parlée que des études basées sur la méthode traditionnelle qui combinait philologie latine et la grammaire historique.

Historique 2017 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF

Un aperçu des recherches en linguistique appliquée dans l’état de Sao Paulo au Brésil

Docteure Fernanda Galli (UNESP, São José do Rio Preto, État de São Paulo) & Docteure Cynthia Agra de Brito Neves (Université d´État de Campinas)

8 décembre 2017 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Dans le cadre du projet de coopération scientifique franco-brésilien Sh-834-15, l’ATILF reçoit deux enseignantes-chercheuses de deux universités de l’état de Sao Paulo pour son séminaire du 8 décembre 2017 intitulé « Un aperçu des recherches en linguistique appliquée dans l’état de Sao Paulo au Brésil ».

 

10h00 -> 11h00
« Le processus de production de sens sur les pratiques de lecture dans l’université »
Docteure Fernanda Galli (UNESP, Sao José do Rio Preto, Etats de Sao Paulo)
Résumé: Du point de vue théorique et méthodologique, cette présentation met l’accent sur les concepts de l’Analyse du Discours française et des «New Literacy Studies». L’objectif est de discuter le mode d’inscription du sujet dans les réseaux de lecture et les réseaux d’information, à partir d’une approche socio-historique sur les pratiques lecteurs, dont la conception de la lecture n’est pas limitée au décodage des signes (verbaux et non verbaux). Pour cette discussion, nous proposons d’analyser la production du sens dans le cadre des pratiques de lecture à l’université, dans la recherche et l’enseignement, et dans le contexte des technologies numériques.
 
******************************
 
11h00 -> 12h00
Le SLAM à São Paulo : un agent de littéracie de la ré-existence
Docteure Cynthia Agra de Brito Neves (Université d´État de Campinas)
Résumé : Les slams sont des batailles de poésie qui donnent la parole aux jeunes poètes de la périphérie: un tout nouveau phénomène de poésie orale qui se dévéloppe partout au Brésil. Le racisme, la violence, le machisme, les drogues, le sexisme, sont les thèmes principaux des vers critiques et de profondeur politique. Les slammers cherchent l´écoute des interlocuteurs, mais surtout leur réflexion et leur résistance – litéracie idéologique (STREET, 2014) – vu que la résistance c´est l´être de la poésie (BOSI, 2000). Le slam est arrivé aux écoles publiques de São Paulo en 2015 et quatre écoles de la Zone Est ont créé des championnats de poésies parlées (spoken words). En 2016, une vingtaine d´écoles ont participé aux championnats; en 2017 ce chiffre a augmenté et quarante-deux écoles s´y inscrivent. Les élèves-slammers de la périphérie de São Paulo découvrent alors un espace où ils peuvent soutenir des pratiques de littéracies situées et marquées par la résistance et la subversion – leurs modes d´existence – et devenir des agents de littéracies de la réexistence (SOUZA, 2011). Après tout, il faut résister pour exister. La poésie c´est la ré-existence.

Séminaire ATILF

Les mots des Poilus ordinaires. Approches lexicales d’un corpus de correspondances familiales de la Grande Guerre

Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry Montpellier, Praxiling, UMR 5267)

30 novembre 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Les mots des Poilus ont, pendant la Grande Guerre, fait l’objet d’une attention non dénuée d’arrière-pensées politiques ou mercantiles. Alors que cartes illustrées, articles de journaux, opuscules instancient un « argot des tranchées » (Sainéan, 1915), les linguistes-soldats Marcel Cohen et Robert Gauthiot crient à l’imposture. Certains tenteront, dans l’immédiat après-guerre, ou bien plus tard, de dresser le bilan de ce qu’a été l’« invention d’une langue de guerre » (Dauzat, 1918 ; Esnault, 1919 ; Roynette, 2011). Jusqu’à ces dernières années, les enquêtes sur corpus faisaient défaut, pour évaluer la place de « l’argot des tranchées » dans les pratiques linguistiques réelles des Poilus. Avec le Centenaire de la Grande Guerre, des corpus ont été constitués : corpus de lettrés, comme ceux qu’étudient Christophe Gérard et Charlotte Lacoste (2017), mais aussi corpus de « peu lettrés », que nous nous proposons d’explorer ici, sous l’angle du lexique. D’après « Corpus 14 » (https://www.univ-montp3.fr/corpus14/ et Steuckardt, 2015), constitué de correspondances de familles modestes pendant la Grande Guerre, que peut-on dire du lexique des Poilus ordinaires ? Une approche textométrique nous permettra de dégager les mots-clefs de ces correspondances, de situer la place qu’y occupe « l’argot des tranchées » et d’ouvrir quelques autres pistes d’exploration, telles que la place des mots savants et la nomination des collectifs humains.

 

Références bibliographiques
Cohen Marcel (1916), Bulletin de la Société de linguistique de Paris, n° 64, p. 69-75.
Gérard, Christophe, Lacoste, Charlotte (2017), « La création lexicale dans les écrits de combattants de la Grande Guerre », O. Roynette, G. Siouffi, A. Steuckardt, La langue sous le feu. Mots, textes, discours de la Grande guerre, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 175-192.
Dauzat, Albert (1918), L’argot de la guerre d’après une enquête auprès des officiers et des soldats, Paris : Armand Colin.
Esnault, Gaston (1919), Le Poilu tel qu’il se parle, Dictionnaire des termes populaires récents et neufs employés aux armées en 1914-1918 étudiés dans leur étymologie, leur développement et leur usage, Paris : Bossard.
Gauthiot, Robert (1916), Bulletin de la Société de linguistique de Paris, n° 64, p. 75-82.
Roynette, Odile (2011), Les mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre 1914-1919, Paris, Armand Colin.
Sainéan, Lazare (1915), L’argot des tranchées d’après les lettres de Poilus et les journaux du Front, Paris : Boccard.
Steuckardt, Agnès (dir.) (2015), Entre villages et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires, Uzès, Inclinaison.

Séminaire ATILF

La traduction des phraséologismes : regard contrastif (français – chinois)

Lichao Zhu (Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité)

24 novembre 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
La phraséologie, ayant connu d’importants évolutions depuis un siècle, a acquis une autonomie en tant que phénomène linguistique. Des remarques stylistiques et grammairiennes de Darmesteter, Bally, Sechehaye, Frei en passant par le lexique-grammaire de M. Gross jusqu’à une refondation du système phraséologique de Mel’cuk, les travaux de Gréciano (la sémantique des expressions idiomatiques), de G. Gross (les contraintes et les critères du figement), de Mejri (le figement lexical), de Kauffer (le figement pragmatique), etc. viennent à nourrir les débats sur tous les aspects de la phraséologie et ont apporté des éclaircissements théoriques et épistémologiques qui démontrent l’intérêt majeur de ce phénomène linguistique. Les théories telles que la grammaire de construction, la grammaire des patterns trouvent leurs légitimités avec l’appui du corpus.

Si les études sur la phraséologie des langues indo-européennes se sont développées, le regard contrastif avec d’autres familles de langues est relativement peu présent dans la théorisation. Notre intervention vise à apporter un regard contrastif français-chinois, afin de montrer quelques tentatives de théorisation et pistes de travail avec une visée de l’universalisme linguistique.

En ce qui concerne la traduction des phraséologismes, il ne s’agit pas pour nous d’un simple processus de décodage d’un signifiant polylexical de la langue de départ et sa reformulation en langue d’arrivée, notamment pour deux langues telles que le français et le chinois qui sont conceptuellement éloignées, mais d’une explicitation des axiomes et des inférences langagiers et culturels. Il est donc nécessaire de connaître les formes figées dans les deux langues afin de mieux apercevoir ce que contiennent réellement les phraséologismes.

Séminaire SIC (Seminar on Idioms and Collocations)

SIC locutions et les collocations

Alain Polguère (ATILF | CNRS – UL) et intervenants spécialistes de la phraséologie

2 novembre 2017 | 14h20
Nancy | MSH Lorraine | 91 avenue de la Libération

Résumé
Alain Polguère, professeur de l’université de Lorraine, rattaché à l’équipe de recherche Lexique ATILF [CNRS/UL] organise une après-midi scientifique dédiée à « SIC locutions et les collocations | Seminar on Idioms and Collocations.

Elle se déroulera jeudi 2 novembre 2017 à partir de 14h20 et se tiendra à la salle internationale de la MSH Lorraine, 91 avenue de la Libération à Nancy avec la présence de collègues spécialistes de la phraséologie (jury de thèse de Marie-Sophie Pausé).

Cette 1/2 journée est dédiée à toutes personnes (doctorant.es, EC, chercheur.e.s) intéressées par la lexicographie, la sémantique, la phraséologie.

L’inscription est gratuite et obligatoire pour le 31/10/2017 auprès de alain.polguere@univ-lorraine.fr afin que votre nom soit ajouté à la liste des visiteurs qui doit être signée pour entrer dans le bâtiment (! plan vigipirate)

Pour + de détails, consultez le programme :
– version française: https://apps.atilf.fr/homepages/polguere/seminarsic-fr/
– version anglaise: https://apps.atilf.fr/homepages/polguere/seminarsic/

Séminaire ATILF

Le modèle du PhraseoFrame : une approche holistique pour décrire les phrasèmes – expérimentations dans l’application de la Grammaire de constructions à la phraséologie (italienne)

REPORTÉ Elmar Schafroth (Université de Düsseldorf, département de romanistique)

6 octobre 2017 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La communication vise à présenter le projet de recherche « Plateforme d’apprentissage pour l’italien », réalisé à l’Institut de langues et littératures romanes de l’Université de Düsseldorf depuis 2014. Le projet comprend plusieurs axes de travail, dont la phraséologie. Le point de départ est constitué par les principes des Grammaires des constructions. Ces principes sont mis en œuvre dans un modèle lexicographique, le PhraseoFrame, capable de décrire des constructions d’une manière holistique, c’est-à-dire en considérant, du côté de la forme, les particularités phonologiques, morphologique et syntaxiques, et, du côté de la signification, les spécificités sémantiques, pragmatiques et discursives. Ce n’est qu’en décrivant tout le savoir linguistique qu’il faut avoir à propos d’un phrasème (dont la non-compositionnalité et l’idiosyncratie sont des caractéristiques importantes), qu’on réussit non seulement à le comprendre mais aussi à l’utiliser activement. Dans ma communication je présenterai l’approche théorique, les méthodes appliquées pour modéliser les phrasèmes d’une façon satisfaisante, mais aussi les problèmes qui sont apparus pendant la réalisation du projet. La langue décrite est l’italien mais je donnerai aussi des exemples pour des phrasèmes français.

Séminaire ATILF

INNOOO : Moteur de recherche, Réseau social et Tutoriels en langue française

Luc Rubiello (Fondateur d’Innooo)

23 juin 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Moteur de recherche web francophone, indépendant et Fabriqué en France, Innooo refuse de baser son modèle économique sur la publicité et a pour objectif de fournir les informations les plus pertinentes possible sans liens commerciaux ni publicitaires. Innooo protège les données de ses utilisateurs et ne fait pas de propositions de résultats adaptés en fonction des recherches précédentes en limitant le nombre de réponses aux 10 les plus pertinentes. Innooo intègre un proxy qui permet de ne pas être tracé ni traqué et offre la possibilité de protéger ses données personnelles et sa vie privée. Innooo est une alternative crédible aux moteurs de recherche et aux réseaux sociaux américains pour tous les francophones qui pensent que leur part de marché est excessive.
INNOOO est également un Réseau social municipal qui permet aux citoyens inscrits de communiquer et de gérer leur Personnalité numérique en mettant en avant les liens qu’ils souhaitent voir apparaître dans les premiers les concernant après une requête dans le moteur de recherche sur leur prénom et leur nom. Innooo intègre des Tutoriels conçus et validés par des contributeurs experts du domaine traité et lancés avec la CNIL.

La part d’audience des multinationales américaines (le GAFAM) en France est en effet proche de 100%.

Nous voulons alerter et faire prendre conscience de cette dépendance et de ses conséquences en demandant aux citoyens français et francophones ainsi qu’aux candidats à l’élection présidentielle 2017 et 2022 de signer le Pacte numérique pour l’indépendance internet de la France afin de s’engager en cas d’élection à mettre en œuvre ses propositions pour résister à cette colonisation sur notre territoire.

Le Pacte numérique a dépassé les 17.000 signataires francophones : http://www.mesopinions.com/petition/medias/pacte-num-rique-ind-pendance-curit/26926

Lien à transmettre aux participants avant la conférence : http://www.innovativity.org/moteur-de-recherche-innooo.php?typerecherche=tutos&item=innooo

Séminaire ATILF

Comprendre les rapports entretenus en classe entre les enseignants et les élèves du primaire allemand et français dans des moments « imprévus » (du point de vue didactique) : l’apport de la notion d’incertitude

Véronique Lemoine-Bresson (ATILF / CNRS – Université de Lorraine)

28 avril 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Vidéo et résumé
Cette présentation focalise sur les moments de rupture en classe, les « imprévus », du point de vue didactique. L’analyse se base sur un corpus construit à partir de quinze séances d’enseignement des langues en France (Académie de Lille) et en Allemagne (Land Hessen), toutes enregistrées, filmées et transcrites. Il s’agit, à partir d’événements choisis, de reconstruire les stratégies et les positionnements adoptés par l’enseignant pour faire face à l’incertitude amenée par ces « imprévus ». Les résultats de recherche montrent une possibilité, pour le chercheur, de travailler sur les relations interculturelles en classe à partir de l’étude des divers niveaux de stratégies de gestion de l’incertitude des enseignants.

 

Partie I

Partie II

Séminaire ATILF

Place de l’anglais dans la recherche en sciences du langage : observations et propositions

Alex Boulton (ATILF / CNRS – Université de Lorraine), Alain Polguère (ATILF / CNRS – Université de Lorraine)

7 avril 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
La place de l’anglais dans la recherche scientifique suscite de nombreux débats, souvent houleux, dans les pays non anglophones. Pourtant, la perception que l’omniprésence de l’anglais dans la recherche internationale est un « problème » n’a pas la même intensité d’un pays à l’autre et d’une discipline à l’autre. Nous nous intéressons dans ce séminaire à la recherche en sciences du langage, effectuée en France, par les chercheurs francophones, mais en adoptant une perspective en partie externe, fondée sur nos expériences personnelles de la question. La finalité du séminaire n’est pas tant de faire un bilan de la situation, que de proposer, de façon constructive, des solutions aux problèmes que peuvent rencontrer chercheurs, enseignants et étudiants désireux d’élargir leur champ d’activité (diffusion de la recherche, collaborations, enseignement, etc.) grâce à la langue anglaise.

 

Télécharger les diaporamas

Séminaire ATILF

Langues au pluriel et petite enfance : du quotidien familial au quotidien scolaire

Eric Castagne, Alice Fiorentino (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP EA 4299), Julia Putsche (Université de Strasbourg, LiLPa EA 1339)

31 mars 2017 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Amphi Déléage

Résumé
Séminaire de l’axe CELMI, équipe Didactique des langues et sociolinguistique

Intervention 1
Titre : Multilinguisme et inclusion : stratégies disponibles et usages opérationnels dans les familles internationales
Présenté par : Eric Castagne, Alice Fiorentino (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP EA 4299)
Résumé : Pendant longtemps, l’être humain a vécu dans l’unité spatiale : il était parfaitement en place dans son territoire de naissance, qui était souvent son territoire de vie et de mort. Mais au cours du XXe siècle, l’être humain a été « aspiré » dans l’espace élargi des marchandises. Il n’y a jamais eu autant de mobilités humaines, choisies ou subies. Cette mobilité extrême a confronté l’être humain à un problème très concret : comment envisager une inclusion sociale à court, moyen ou long terme dans une dynamique de mobilité(s) et un espace toujours plus multilingue ? Après avoir présenté le cadre de nos recherches et les diverses variables en jeu du problème posé, nous exposerons les résultats d’une enquête actuellement menée qui porte sur les stratégies de médiation linguistique disponibles et leurs usages opérationnels dans les familles qui ont adopté un enfant à l’international.

 

Intervention 2
Titre : Quelle didactique des langues pour les régions frontalières ?
Présenté par : Julia Putsche (Université de Strasbourg, LiLPa EA 1339)
Résumé : Nous présenterons nos travaux des trois dernières années qui portaient essentiellement sur la notion d’une possible « didactique des langues transfrontalière » (cf. Raasch 2005 & 2008). A partir d’un concept théorique, nous avons mené plusieurs projets de recherche et de recherche-action pour savoir comment les enseignants de langues (collège et lycée, des deux côtés de la frontière) se positionnent dans ce contexte géographique bien spécifique. Nous nous intéressons à leur perception de la frontière dans leur quotidien et dans le cadre de l’enseignement de la langue du voisin. Nous montrerons comment la logique transfrontalière dans les choix didactiques mène à une (meilleure) conscience et une plus grande sensibilité pour les approches plurilingues.

Séminaire ATILF

Quelques manières d’exprimer l’accord avec l’allocutaire en espagnol

María Antonia Martín Zorraquino (Université de Saragosse)

17 mars 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Vidéo et résumé
L’accord est défini comme une fonction pragmatique qui implique a) soit la conformité avec un jugement (une opinion, une évaluation, une information…), b) soit l’acceptation d’une proposition (une pétition, une invitation, un offre, une suggéstion…), ou du fait même du discours d’autrui (énonciation, structuration…), ou d’une situation contextuelle. Ainsi, une phrase elliptique telle que De acuerdo ‘D’accord’, par exemple, sert à exprimer que le locuteur (B) partage le même avis, la même position, etc. que son allocutaire (A) (A: Debemos admitir nuestro error ‘Nous devons admettre notre erreur’ / B: De acuerdo ‘D’accord’).

L’accord peut être exprimé au moyen de plusieurs formes linguistiques. Dans mon exposé, j’essaye de montrer quelques manières de manifester linguistiquement l’accord en espagnol, qui, en fait, peuvent être identifiées également dans beaucoup de langues: a) des procédés linguistiques qui reflètent l’accord d’une façon explicitement associée au mot acuerdo ‘accord’ (De acuerdo ‘D’accord’) ou à la réalité que celui-ci symbolise (Coincido contigo ‘Je coïncide avec toi’, Opino lo mismo ‘Je pense la même chose’, etc.); b) des procédés qui expriment l’accord au moyen de marqueurs de discours de modalité épistémique (en efecto ‘en effet’, claro ‘bien sûr’, sin duda ‘sans doute’, etc.) ou de modalité déontique (bueno ‘bon’, bien ‘bien’, etc.); c) des procédés linguistiques qui rapportent à l’énonciation proprement dite de l’allocutaire, que ce soit au moyen de certains signes linguistiques (exacto ‘exactement’, eso ‘c’est ça’, etc.), ou au moyen de la répétition de la parole d’autrui (A: Este vestido está muy corto ‘Cette robe est très courte’ / B: Está muy corto, etc.).

Dans mon exposé, je tâche de présenter tous les procédés cités, tout en décrivant: a) leur classe morphosyntaxique, b) leurs traits sémantiques, c) les effets pragmatiques qu’ils produisent et d) leur expressivité.

Télécharger la présentation

 

Partie I

Partie II

Partie III

Séminaire ATILF

Poetics of Statelessness in Twentieth-Century France and Europe (POSE) : aspects méthodologiques

Greg Kerr (ATILF / CNRS – Université de Lorraine)

10 mars 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Tout en reprenant certains aspects de la condition de l’exilé, l’apatridie (ce « vide juridique » entourant un individu qu’aucun État ne considère comme son ressortissant) soulève nombre de problématiques supplémentaires relevant de l’espace, de l’identité civile et de l’accession à la parole. L’enjeu du projet POSE est de proposer ce concept comme cadre de réflexion, en l’appliquant à une partie du champ poétique francophone, marqué par l’expérience de la migration.

Après une présentation d’ensemble de la réflexion théorique sur l’apatridie (Arendt, Altounian, Butler), nous examinerons plus spécifiquement quatre poètes qui abordent le poème non pas comme un espace neutre où un sujet écrivant saurait se réfugier afin de placer son affirmation propre, mais plutôt comme un lieu où questionner cette affirmation et la notion d’appartenance*.

Nous livrerons ensuite un bref aperçu de nos recherches sur chacun des quatre poètes, qui correspond au point d’avancement général du projet. Ainsi on s’interrogera : 1) sur la réécriture comme vecteur de la désagrégation du moi chez Armen Lubin (1903-74) ; 2) sur les performances poétiques de Ghérasim Luca (1913-94) qui témoignent d’une mise en crise radicale des opérations fondamentales du langage et de la logique ; 3) sur l’œuvre d’Edmond Jabès (1912-1991), dont l’écriture tant au plan formel que thématique rend compte de la condition diasporique 4) et enfin sur les écrits oulipiens de Michelle Grangaud (1939-), qui pratique un subtil détournement des mécanismes d’assignation identitaire, à la fois sur les plans juridique (l’état civil) et linguistique (le nom propre).

Seront traitées enfin les questions de l’intégration du corpus dans Frantext et de son exploitation possible par la textométrie, ainsi que d’autres aspects pratiques liés à la réalisation du projet.

Séminaire ATILF

Le développement de la production de langage figuré en acquisition du langage (L1) et en acquisition des langues étrangères (L2)

Justine Paris (ATILF / CNRS – Université de Lorraine)

10 février 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Vidéo et résumé
Le langage non-littéral (expressions idiomatiques, métaphores, métonymies, etc.) se révèle être très présent dans nos conversations de la vie de tous les jours (cf. rencontrer un problème, habiter sur Nancy, le pied de la table, ou encore être tête en l’air). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, et comme le suggèrent ces instances, le langage figuré ne revêt pas exclusivement une fonction ornementale. La linguistique cognitive a en effet montré qu’il est le résultat d’un certain nombre de concepts que nous nous représentons de manière métaphorique. Dans cette intervention, il sera question du domaine de l’acquisition des langues étrangères, où le langage figuré est reconnu comme l’un des paramètres de la langue cible les plus difficiles à s’approprier. Je proposerai une étude développementale de la production de langage figuré chez des apprenants francophones de l’anglais langue seconde (15, 18 et 21 ans), en comparaison d’enfants natifs anglophones (7, 11 et 15 ans) et d’adultes natifs anglophones.

&nbps;

Télécharger le diaporama

&nbps;

Séminaire ATILF

Qu’est-ce qu’un problème historiographique en histoire des idées linguistiques ?

Christian Puech (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – UMR 7597 HTL)

3 février 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Vidéo et résumé
À supposer que l’on sache en quoi consiste un « problème de linguistique », que sait-on de des problèmes historiographiques concernant l’histoire des idées linguistiques?
Sans prétendre répondre à la question – qui sous cette forme générale n’a peut-être pas de réponse – on proposera deux exemples en s’efforçant de circonscrire les questions méthodologiques qui s’y attachent.

Le premier concerne un phénomène de résurgence : celui du thème du « langage intérieur» présent dans la réflexion linguistique depuis l’Antiquité et réactivé à la fin du XIXème siècle chez les psychologues comme chez les linguistes. La prise en compte du temps long permet-elle de rendre compte d’une continuité?

Le second concerne ce qu’on peut appeler l’histoire du « récent » (avec une profondeur historique d’un siècle seulement) et la figure de F. De Saussure (dont l’anniversaire de la parution du CLG – 1916) vient d’être célébré dans le monde entier. Le récent appartient-il à l’histoire? Quel genre d’histoire?

À travers ces deux exemples on posera la question historiographique du « contexte » (valeur explicative? / histoire interne et externe?) et celle des théorisations homonymes ou quasi homonymes, des permanences et variations.

Télécharger le diaporama

 

Séminaire ATILF

Variations formelles des locutions du français : approche lexico-syntaxique

Marie-Sophie Pausé (ATILF / CNRS – Université de Lorraine), Espe de Lorraine

20 janvier 2017 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Vidéo et résumé
D’abord considérées comme la bête noire de certaines théories (Chafe, 1968), les locutions font aujourd’hui l’objet de nombreux travaux. Du fait de leur combinatoire particulière, ces dernières posent problème dans divers domaines d’application, notamment en TAL et en traductologie.

Cette présentation portera sur des travaux menés actuellement dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat, et orientés vers l’élaboration d’un modèle de description systématique des locutions françaises ; ceci dans l’objectif de prévoir leurs variations formelles — paradigmatiques et syntagmatiques. Nos recherches exploitent les données du Réseau Lexical du Français (RL-fr, voir Lux-Pogodalla et Polguère 2011 et Polguère 2014), qui contient environ 3000 locutions appréhendées sous l’angle de la lexicologie explicative et combinatoire (LEC, cf. Mel’cuk et al. 1995). La LEC offre des outils de description homogène, qui permettent une modélisation précise de la combinatoire des unités lexicales
— lexèmes et locutions. La combinatoire des unités lexicales se voit exploitée au sein de notre modèle, qui identifie les structures lexico-syntaxiques (SLS) des locutions (Pausé, 2016). Chaque locution est associée à ses unités lexicales constituantes, ainsi qu’au patron syntaxique correspondant.

La plus grosse tâche consiste alors à confronter les emplois des locutions à leurs propriétés sémantiques et à leurs SLS, afin de mettre en lumière des régularités expliquant le blocage (ou non) de certaines variations. Quelques cas de variations seront abordés afin d’illustrer nos résultats.

 

Références
Wallace Chafe. Idiomaticity as an Anomaly in the Chomskyan Paradigm. Foundations of language, 4(2):109–127, 1968.
Veronika Lux-Pogodalla et Alain Polguère. Construction of a French Lexical Network : Methodological Issues. Dans Electronic lexicography in the 21st century : New applications for new users. Proceedings of eLex 2011, 2011.
Igor Mel’cuk, André Clas et Alain Polguère. Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire. Duculot, Paris / Louvain-la-Neuve, 1995.
Marie-Sophie Pausé. Modélisation de la structure lexico-syntaxique des locu tions au sein d’un réseau lexical. Dans Yvon Kauffer, Maurice Keromnes, dir., Theorie und Empirie in der Phraseologie — Approches théoriques et em- piriques en phraséologie. Stauffenburg, 2016.
Alain Polguère. From Writing Dictionaries to Weaving Lexical Networks. International Journal of Lexicography, 27(4):396–418, 2014. ISSN 0950-3846. URL http://ijl.oxfordjournals.org/cgi/doi/10.1093/ijl/ecu017.

 

Télécharger le résumé

 

Historique 2016 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF

La part langagière de la recherche d’emploi : analyse des interactions des locuteurs en insécurité langagière

Valérie Langbach (ATILF / CNRS – Université de Lorraine)

16 décembre 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
De nombreux travaux ont traité de l’échec scolaire, la question de l’insécurité langagière des adultes natifs a en revanche été très peu étudiée. Au-delà des débats politiques et idéologiques, la question scientifique et l’enjeu d’aujourd’hui sont de comprendre si la maitrise de la langue permet d’entrer en communication de manière efficace et satisfaisante avec les autres quels qu’ils soient. Dans cette intervention, j’analyserai deux spécificités du discours des demandeurs d’emploi faiblement qualifiés qui peuvent être des freins à une communication satisfaisante.

Séminaire ATILF

Petite histoire des dictionnaires généraux de langue anglaise

Henri Béjoint (CRTT, Université Lyon 2)

2 décembre 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Vidéo et résumé
Les dictionnaires sont apparus un peu plus tard en anglais que dans d’autres langues. Les lexicographes anglais ont d’abord copié les Français, les Espagnols et les Italiens. Comme eux, ils ont commencé par des dictionnaires bilingues et multilingues. Les premiers monolingues, au début du XVIIe siècle, étaient des dictionnaires de mots difficiles, et il faut attendre le milieu du XVIIIe pour que l’anglais se dote d’un dictionnaire comparable à ce qui se faisait dans d’autres pays : ce sera le dictionnaire de Samuel Johnson, en 1755. À partir de là, l’histoire des dictionnaires anglais est semblable à celle des dictionnaires d’autres langues. Jusqu’au milieu du XXe siècle, les dictionnaires généraux seront d’une certaine manière des réactions à Johnson : en Angleterre, l’Oxford English Dictionary, commencé dans les années 1850 et dont la troisième édition est encore en cours de production, et aux États-Unis la famille nombreuse des dictionnaires de Noah Webster, commencée en 1806. À partir du milieu du XXe siècle, le fait marquant est la production de dictionnaires « pour apprenants » qui pour des raisons mi-scientifiques mi-commerciales multiplient les innovations plus ou moins originales et plus ou moins réussies. La lexicographie anglaise a été très florissante pendant plusieurs décennies, grâce à l’importance de la langue anglaise dans le monde. Les besoins existent toujours, mais ils tendent désormais à être satisfaits par des sites Internet, et la lexicographie traditionnelle est donc en crise.

 

Séminaire ATILF

Processus de textualisation verbo-visuelle dans des pratiques de littéracies universitaires : le cas des « Internet memes »

Fabiana Komesu (UNESP, Sao José do Rio Preto, Brésil)

18 novembre 2016 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A256

Vidéo et résumé
Cette discussion est située dans la question des pratiques des littéracies universitaires et de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la recherche et l’enseignement. L’objectif est de discuter le processus de textualisation verbo-visuelle dans la culture numérique, en regardant une conception de «texte» non limitée à la reconnaissance de la base sémiotique graphique. Du point de vue théorique et méthodologique, cette proposition met l’accent sur les concepts des «New Literacy Studies» et de l’Analyse du Discours française avec une approche socio-historique de l’utilisation de l’écriture. Pour cette étude, nous proposons la discussion du phénomène des «Internet memes», défini dans une dimension de transmission culturelle caractéristique de la production de la propriété des technologies Web 3.0.

 

Télécharger le diaporama

 

Séminaire ATILF

En quoi la comparaison des systèmes d’écritures illumine la compréhension de l’apprentissage de la lecture

Daniel Zagar (Université de Lorraine, Interpsy, ATILF)

4 novembre 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A123

Vidéo et résumé
Depuis les années 70 on admet que l’apprentissage de la lecture d’une écriture alphabétique débute par la connaissance des correspondances entre lettres (ou graphèmes) et phonèmes (ex : à la lettre B correspond le son /b/). Plusieurs éléments suggèrent néanmoins qu’il ne faut pas négliger le rôle central de la syllabe lors de l’acquisition de la lecture, au nombre desquels la facilité avec laquelle les jeunes coréens apprennent à lire (Kim, 2007). L’écriture principale du coréen est le Hangul qui a la particularité d’être une écriture alphabétique dont les lettres sont disposées en blocs syllabiques. Cette écriture, unique au monde, favorise l’appréhension de l’écrit par les unités syllabiques Au cours de cette intervention nous présenterons les études récentes qui montrent l’impact de ce système d’écriture sur l’acquisition de la lecture. En conclusion nous discuterons de la façon dont la syllabe pourrait être utilisée dans l’enseignement de la lecture du français et nous présenterons des propositions pour une nouvelle conception théorique de l’apprentissage de la lecture.

 

Télécharger le diaporama

 

Séminaire technique

Nouvelle catégorisation de Frantext

Sandrine Ollinger (ATILF)

3 novembre 2016 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Dans le cadre de la modernisation de la base textuelle Frantext, une nouvelle annotation automatique en partie du discours a été entreprise au sein du laboratoire. À ce jour, l’annotation automatique des 2368 textes qui composent la partie moderne de Frantext est terminée. Elle a été réalisée à l’aide d’une version de Talismane (Urieli, 2015), spécifiquement entraînée pour cet usage. Le présent séminaire présentera la méthodologie mise en œuvre pour cet apprentissage et cette annotation.

 

Urieli, A. (2015). Stratégies pour l’étiquetage et l’analyse syntaxique statistique de phénomènes difficiles en français : études de cas avec Talismane. Traitement Automatique des Langues. 2015, Vol. 56 Issue 1, p65-89. 25p.

Séminaire ATILF

Sémantique : modélisation formelle et interprétation de données empiriques

Maxime Amblard (Université de Lorraine et Loria, équipe Sémagramme)

21 octobre 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Vidéo et résumé
Dans cet exposé nous reviendrons sur nos travaux en linguistique informatique. Notre objet est de proposer des outils et méthodes pour le traitement de la langue.

Dans une première partie nous reviendrons sur la modélisation sémantique par des approches formelles et logiques. En particulier nous verrons comment à la suite de Montague la formalisation sémantique a pu prendre un caractère opératoire, puis s’est intéressé à modéliser des phénomènes dynamiques.

Dans une seconde partie, nous reviendrons sur la confrontation des modèles sémantiques et discursifs à des données extraites d’usages pathologiques de
la langue, identifiés dans des entretiens entre des patients schizophrènes et des psychologues. Ces questions sont rassemblées dans le projet SLAM – Schizophrénie et Langage : Analyse et Modélisation, que nous présenterons.

 

Télécharger le diaporama

 

Partie I

Partie II

Séminaire Langage, Travail et Formation

7ème séminaire du Réseau Langage, Travail et Formation

Claudie Péret (Université de Cergy Pontoise) et Christophe Portefin (Accentonic)

30 septembre 2016 | 09h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
9h – Accueil
9h30-10h30 Claudie Péret (Université de Cergy-Pontoise) : Un frein à l’apprentissage de la morphologie verbale: la non prise en compte de la représentation du temps dans les cultures d’origine

10h30-11h Pause café
11h-12h Christophe Portefin (Accentonic) : Public faiblement scolarisé ou non scolarisé et réforme de la formation professionnelle. Une évolution professionnelle entre possibles et impossibles ?

Séminaire technique

Projet Ortho Corpus

Frédérique Brin-Henry, Evelyne Jacquey, Sandrine Ollinger, Jessika Pérignon (ATILF)

15 juin 2016 | 09h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le projet Ortho-Corpus (2015/2016, financement Région Lorraine, ATILF et Fédération Nationale des orthophonistes) vise la construction et l’exploitation d’un corpus orthophonique composé des articles de la revue Rééducation Orthophonique (fondée par Mme Suzanne Borel-Maisonny) de 1997 à 2015 à des fins d’étude lexicologique et terminographique.
S’intégrant à moyen terme dans un projet de dimension européenne consacré à la terminologie des pathologies du langage, la démarche du projet intègre des approches sémantico-syntaxique et textuelle. La méthodologie comprend une étape de mise au format des textes, d’identification de métadonnées, de codage et d’intégration dans TXM, puis l’analyse lexicographique des termes marquants.
Le travail pluridisciplinaire permet de valider les procédures utilisées en tenant compte des intérêts linguistiques, informatiques et disciplinaires.

Ce séminaire aura pour but d’exposer le projet et les réalisations actuelles de façon synthétique, puis d’échanger avec les participants autour des méthodes choisies et des étapes ultérieures.

 

9h30-10h00 : présentation du projet et des étapes réalisées (préparation du corpus, import TXM, métadonnées, premiers résultats)
Recueil des questions des participants

10h-10h20 : pause

10h30-12h : temps d’approfondissement des points techniques et de discussion critique

Séminaire ATILF

Postcolonial Lexicography

Carsten Levisen (Roskilde University, Denmark)

27 mai 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
This talk presents a new framework: “Postcolonial Lexicography” – a recent off-shot of the Natural Semantic Metalanguage (NSM) research program, which incorporates insights from linguistic ethnography and postcolonial language studies. Postcolonial Lexicography studies the words and meaning of creoles, Englishes, urban ethnolects, and other postcolonial language varieties.

The talk explores the lexicon of Urban Bislama (bichelamar) as spoken in Port Vila, Vanuatu. Based on extensive fieldwork, explications of words in three domains will be presented: emotion words, speech act verbs, and sociality constructs. The talk discusses central questions for contemporary lexicography: the metalinguistic adequacy of all languages, the concept of semantic cryptodiversity, and the reinventions of European words in the globalizing world.

Séminaire ATILF

Modes d’intervention en orthophonie dans le cadre des troubles spécifiques du développement du langage : description et effets

Christine Da Silva (Département d’orthophonie, Université de Lorraine)

13 mai 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Cette présentation a un double objectif : d’une part, décrire les différents modes d’intervention d’orthophonistes en interaction avec des enfants d’âge scolaire présentant des troubles spécifiques du développement du langage oral et, d’autre part, analyser les effets de ces interventions.

Les pratiques orthophoniques et les processus de rééducation sont rarement décrits dans la littérature. En effet, la majorité des recherches sont centrées sur l’évaluation de l’efficacité de certaines méthodes d’intervention (e.g. méthode métalinguistique, guidance parentale) ou modes d’intervention (e.g. recast, imitation, modelage) sur l’acquisition d’une forme ou d’une structure linguistique ou de manière plus générale sur le développement de l’enfant. Or la compréhension des processus par lesquels les enfants se développent nécessite de travailler sur ce qui se passe pendant la rééducation sur le plan interactionnel et dans la façon dont émergent des pratiques orthophoniques dans l’interaction.

Pour ce faire, quatre dyades orthophoniste-enfant dysphasique ont été suivies lors de séances de rééducation pendant sept mois en situation naturelle. Ces interactions ont été analysées en considérant les formes et fonctions des interventions des orthophonistes et leurs effets sur le discours des enfants dysphasiques. Nous nous focaliserons tout particulièrement sur le cas des reformulations comme processus langagier et comme stratégie d’étayage. Les résultats montrent que les pratiques orthophoniques s’inscrivent dans la dynamique de l’échange et qu’elles sont marquées par leur efficacité dialogique. En conclusion, la question de la médiation langagière sera abordée.

Séminaire ATILF

Quel enseignement de la langue au collège ? Contenus et méthodes

Bernard Combettes (professeur émérite de l’Université de Lorraine)

27 avril 2016 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Marqueurs de variation, macro-syntaxe et cliticisation : le cas de ain’t et innit

Isabelle Gaudy-Campbell (IDEA & Département d’anglais, Université de Lorraine)

22 avril 2016 | 11h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Ain’t et innit sont identifiés comme des cas de variation emblématiques en anglais oral. Notre propos sera de les mettre en système avec les marqueurs standard auxquels ils ses substituent et de rappeler que selon leur contexte d’usage, ils sont à identifier comme des multi-opérateurs voire des méta-opérateurs. Ils importera alors de cerner en quoi ces deux marqueurs se distinguent au delà de leur identité socio-linguistique. Nous traiterons de leur différence en termes de fonctionnement macro-syntaxique et de cliticisation.

Séminaire ATILF

À venir

Jean-Charles Lamirel (Maître de Conférences, Université de Strasbourg, Equipe SYNALP – LORIA)

21 avril 2016 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Extraction de connaissances et évaluation d’annotations non langagières de documents

Bart Lamiroy (Université de Lorraine / Loria)

8 avril 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

De la construction de ressources linguistiques à leur exploitation pour l’analyse automatique de textes

Mathieu Constant (Laboratoire d’Informatique Gaspard Monge / Université Paris-Est – CNRS)

1er avril 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Dans cet exposé, nous présenterons un panorama de nos différents travaux de recherche autour des ressources linguistiques. En particulier, nous en aborderons trois aspects: leur construction, leur transformation et leur exploitation pour l’annotation automatique de textes. Chacun de ces trois points sera illustré par différents cas concrets. Concernant la construction de ressources, nous décrirons d’abord des travaux d’annotation du verbe ‘faire’ dans un corpus de transcriptions orales, et des mots composés dans un corpus parallèle. Nous présenterons ensuite des outils de transformation et de normalisation d’un lexique syntaxique existant (lexique-grammaire). Le dernier point autour de l’exploitation de ressources linguistiques sera le plus conséquent et décrira un ensemble de méthodes pour l’étiquetage grammatical et l’analyse syntaxique au moyen de techniques hybrides. Nous montrerons comment de tels outils ont été utilisés pour une étude statistique sur les disfluences et les mots composés dans des transcriptions orales.
Nous finirons notre exposé en présentant le projet ANR PARSEME-FR dédié à la construction de ressources d’expressions polylexicales et à leur exploitation pour l’analyse syntaxique et sémantique.

 

Biographie
Mathieu Constant a obtenu un doctorat en informatique de l’Université de Marne-la-vallée en 2003. Il a ensuite été chercheur dans l’entreprise Teragram aux Etats-Unis. En 2006, il a été nommé maître de conférences en informatique à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et a obtenu une habilitation à diriger des recherches en 2012. Il est actuellement en délégation INRIA dans l’équipe Alpage depuis septembre 2015. Son domaine de recherche est le traitement automatique des langues. Plus particulièrement, il s’intéresse à la construction de ressources linguistiques et à leur exploitation pour l’annotation automatique de textes. Depuis quelques années, il s’intéresse à l’interaction entre l’identification des expressions polylexicales et l’analyse linguistique au moyen de méthodes hybrides alliant méthodes statistiques et ressources linguistiques. Il est le coordinateur du projet ANR PARSEME-FR (jan. 2016 – dec. 2019) autour de cette thématique.

Séminaire ATILF

Publications scientifiques : un panorama des évolutions en cours

Karim Ramdani (Directeur de Recherche Inria – Institut Elie Cartan de Lorraine)

31 mars 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Durant cet exposé, je présenterai les différents modèles économiques en vigueur dans l’édition scientifique et dresserai un panorama des évolutions en cours. Je m’intéresserai plus particulièrement au modèle auteur-payeur (parfois appelé Gold Open Access) et je tenterai de montrer les nombreux risques qu’il présente. Enfin, je donnerai quelques pistes pour que chaque chercheur puisse dans son activité quotidienne (d’auteur, de rapporteur, d’éditeur ou d’évaluateur) contribuer à l’émergence de solutions alternatives.

Séminaire ATILF

De la diffusion de la langue et de la littérature française dans l’Italie médiévale

Fabio Zinelli (EPHE)

25 mars 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Par ‘franco-italien’ on entend habituellement l’ensemble de textes en français originaires d’Italie. La langue hybride des chansons de geste adaptées ou même composés de toutes pièces dans la Vénétie n’a pourtant rien en commun avec le français, de très bonne qualité, de Brunet Latin ou d’Aldebrandin de Sienne. Par ailleurs, la vision nouvelle de la francophonie médiévale telle qu’elle est en train de s’imposer dans nos études, est à son tour susceptible de modifier le cadre de ce qu’on entendait jusqu’ici par ‘franco-italien’. Le but de la séance est de parvenir à des définitions mieux adaptées à des ensembles textuels et linguistiques bien différents, tout en familiarisant les participants avec la bibliographie correspondante.

Séminaire ATILF

À venir

Yannick Toussaint (INRIA & Loria)

23 mars 2016 | 14h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Les compléments de la localisation spatiale : des arguments optionnels ou des adjoints obligatoires ?

Anne Carlier (Université de Lille, CNRS UMR STL)

4 mars 2016 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Dans cette conférence, je m’interrogerai sur le statut syntaxique des compléments spatiaux, souvent analysés à l’instar des compléments temporels comme des adjoints. Pourtant si nous considérons la présence obligatoire et les contraintes positionnelles comme des critères de distinction entre arguments et adjoints, les compléments spatiaux ont des traits syntaxiques atypiques. D’une part, ils sont souvent obligatoires sans être contraints quant à leur position (1). D’autre part, même quand leur position est contrainte, ils peuvent être optionnels (2). Les compléments temporels, en revanche, ne sont jamais obligatoires ni contraints quant à leur position syntagmatique (3).
 
(1) a. Des enfants se promenaient sur la digue.
b. ?Des enfants se promenaient durant l’après-midi.
c. Sur la digue, des enfants se promenaient.
 
(2) a. Pierre sortait de la cave.
b. Pierre sortait.
c. ??De la cave, Pierre sortait.
 
(3) a. Pierre est sorti à cinq heures.
b. À cinq heures, Pierre est sorti.

Ces faits empiriques soulèvent les questions de recherche suivantes :
(i) Les constituants ayant trait à la localisation spatiale doivent-ils être considérés comme des arguments, même quand ils sont optionnels ?
(ii) Peuvent-ils être considérés comme des adjoints, même quand ils sont obligatoires ?
Cette étude du statut des constituants spatiaux en français par rapport à l’opposition entre argument et adjoint voudrait aussi livrer une contribution au débat sur des questions plus générales ayant trait à la structure argumentale. La première question concerne la relation entre structure argumentale et la division entre syntaxe et lexique : la structure argumentale est-elle une propriété du verbe ou de la construction verbale (Levin & Rappaport 1996 vs Goldberg 1995, 2006), Croft (2006). La seconde question est liée à la définition de la structure argumentale par rapport à la division syntaxe / sémantique : est-ce que la structure argumentale est une notion syntaxique ou y a-t-il en dernière instance une base sémantique, comme l’affirment Van Valin & La Polla (1997 : 69).
“while syntactic structure is not identical with or completely reducible to semantic concepts, it is nevertheless derived and generalized from them”

 

Références
Croft W. (2001). Radical construction grammar. Oxford : OUP.
Goldberg A. E. & Ackerman F. (2001). The pragmatics of obligatory adjuncts. Language 77-4:798-814.
Goldberg A. E. (1995). A construction grammar approach to argument structure. Chicago: UP.
Goldberg A. E. (2006). Constructions at work.Oxford : OUP.
Grimshaw J. (1990). Argument Structure. Cambridge, Mass.: MIT Press.
Levin B. & Rappaport Hova M. (1996).Unaccusativity: At the syntax-semantics interface. Cambridge Ms: MIT Press.
Van Valin, Robert D. and LaPolla, Randy J. 1997. Syntax: Structure, Meaning, and Function. Cambridge: CUP.

 

Télécharger le résumé

Séminaire ATILF, cycle Genre et Langage

Critique du genre et pratique des discours dans les brochures anarchistes ||
Construction discursive d’une identité sexuée et genrée chez des filles allophones à l’école

Julie Abbou (Université de Lorraine / CREM) || Sandra Tomc, CELEC/PARLERS Université Jean Monnet, Saint-Etienne

12 février 2016 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Vidéo et résumé
Critique du genre et pratique des discours dans les brochures anarchistes
Julie Abbou, Université de Lorraine / CREM

 

Les brochures anarchistes, en ligne et papier, commencent souvent par un exergue annonçant la volonté de « bousculer cette bonne vieille grammaire ». Et ce qui est à bousculer, c’est en premier lieu la règle du masculin générique, voire le système de genre en général. Il s’agit donc de prendre la langue comme lieu de lutte féministe.

Après un rappel sur les particularités linguistiques de la catégorie de genre et une courte description de ces pratiques, je m’intéresserai dans cette présentation aux lieux discursifs dans lesquels elles émergent. En effet, tant le support que sont les brochures que le paysage idéologique de l’anarchisme me semblent des conditions particulières à l’apparition de ces pratiques linguistiques subversives du genre.

D’abord car anarchisme et féminisme ont en commun une critique du pouvoir et de la domination. Ensuite, car les brochures constituent un espace discursif très fluide qui se prête volontiers à l’expérimentation linguistique et politique. Enfin, et ce point nous intéressera particulièrement, car l’anarchisme entretient un rapport spécifique au discours. Celui-ci est pensé comme un espace de pouvoir, mais également comme une pratique.

Cette vision du discours et de la langue comme pratique/pouvoir n’est pas sans rappeler la rhétorique. C’est cette dernière qui permettra ainsi de saisir la critique du genre comme critique du pouvoir en discours.

 
*************
 

Construction discursive d’une identité sexuée et genrée chez des filles allophones à l’école
Sandra Tomc, CELEC/PARLERS, Université Jean Monnet, Saint-Etienne

 

L’école est, dans son ensemble, une structure sociale qui se dissimule sous l’apparente évidence de la naturalité des deux sexes et de leur hiérarchisation et dans laquelle s’exercent les rapports de domination. L’école ne dépasse pas le modèle de binarité des sexes traditionnel ; le métier d’élève consiste également à intégrer les normes de genre, apprendre à devenir un homme ou une femme. Les

« différences tiennent à une multitude de mécanismes quotidiens, parfois très fins, en général inconscients qui font que filles et garçons vivent à l’école quelque chose de profondément différent » (Duru-Bellat, 1990).

L’école tend à renforcer les stéréotypes de féminité et de masculinité à travers des pratiques mais aussi le langage :


« le genre ne se (disant) pas une fois pour toutes, ni descriptif ni déclaratif, il doit se répéter sans cesse » (Dorlin, 2008).

Si la langue permet aux individus de se définir et de définir leur rapport aux autres, elle est aussi l’outil par lequel se construit l’identité. Cette identité se bâtit en lien avec les « choix » linguistiques de l’individu et fait de lui

« un sujet historique en devenir par les langues et le langage » (Molinié, 2002).

L’école contribue donc à renforcer les identités de sexe et de genre constituées dans l’espace familial et social. Notre intervention porte sur l’impact de l’école sur l’émergence du genre et la construction discursive d’une identité sexuée chez les filles allophones. En d’autres termes, ces usages différenciés de soi ont des conséquences sur la constitution cognitive et subjective des apprenant-e-s.

Ainsi, les références du savoir peuvent-elles être revues dans une perspective non-sexiste, les outils pédagogiques révisés dans une logique de non-sexisme et de non-binarité, les pratiques de classe réorganisées pour ne pas contribuer à la reproduction sociale des stéréotypes de masculinité et de féminité, et l’apprentissage de la langue peut-il être le lieu de mise au jour de la performance genrée ? (Perry, 2003). L’idée est que des changements en matière d’effacement partiel du genre, pour réduire l’inégalité entre les filles et les garçons, et par conséquent entre les femmes et les hommes sont à l’ordre du jour.

 

Julie Abbou

 

Sandra Tomc

Historique 2015 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF

L’ancrage spatio-temporel des noms d’humains français || Comparaison entre autrui et le prochain || Du pirate d’eau douce à l’amiral de bateau-lavoir : Les noms d’humains dans les injures du Capitaine Haddock

Désirée Friedrich (Université de Bochum) || Nelly Flaux (Professeur Émérite Univ. d’Artois – Grammatica), Véronique Lagae (Université de Valenciennes – CALHISTE) || Jean-Paul Meyer (UniStra – LiLPa)

11 décembre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
10h30-11h00 : « L’ancrage spatio-temporel des noms d’humains français »
Désirée Friedrich, Université de Bochum

Le concept du STAGE- et de L’INDIVIDUAL-LEVEL développé par Carlson (1977 ; 1980) a été appliqué plusieurs fois aux catégories des adjectifs et des verbes (cf. p. ex. Kratzer 1995 ; Chierchia 1995), mais la catégorie qui a été négligée pendant tout le temps est celle des substantifs en général et des noms d’humains en particulier. Ma présentation traite ces derniers et analyse la question comment les noms d’humains sont ancrés dans l’espace et le temps.

La conférence sera divisée en deux parties : Tout d’abord, je vais traiter les noms déverbaux et je vais analyser la question si des caractéristiques verbales déjà développées par Kratzer (1995) pourraient être appliquées aux noms déverbaux humains. L’analyse sera essentielle-ment basée sur les études de Grimshaw (1990), Roy/ Soare (2012 ; 2013) et Rappaport Hovav/ Levin (1992). Par la suite, je vais parler des noms simples dénotant soit des soi-disant noms d’humains de phase (les professions, les prédicats d’âge…), soit de noms d’humains généraux (p. ex. personne, individu, homme, gens…). En me basant particulièrement sur les travaux d’Aleksandrova (2013), de Mihatsch (2015a ; 2015b) et de Martin (2008 ; 2010) je développe des sous-catégories de la différentiation initiale de Carlson. Avant tout, la question d’une détermination concrète d’un STAGE sera au centre de la discussion de cette partie. Finalement, je vais présenter un catalogue de tests qui peuvent indiquer le level carlsonien et par conséquent l’ancrage spatio-temporel de ces noms.
L’étude présentée dans le cadre du séminaire fait partie de ma thèse de Master, rendu en octobre 2015 qui va être la base d’une dissertation future.

 

Références :

ALEKSANDROVA, Angélina (2013) : Noms humains de phase – Problèmes de classifications ontologiques et linguistiques (Dissertation), consulté online : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00842220/, dernier accès : 17.11.15.
CARLSON, Greg N. (1977) : « A unified analysis of the English bare plural », in : Linguistics and Philosophy 1, 413 – 457.
CARLSON, Greg N. [1980 (1977)] : Reference to kinds in English (Dissertation), New York/ London : Garland.
CHIERCHIA, Gennaro (1995) : « Individual-Level predicates as inherent generics », in : G. N. Carlson & F. J. Pelletier (eds.) : The Generic Book, Chicago/ London : Chicago University Press, 176 – 223.
GRIMSHAW, Jane (1990) : Argument structure (Linguistic Inquiry Monographs ; 18), Cambridge/ London : The MIT Press.
KRATZER, Angelika (1995) : « Stage-level and individual-level predicates », in: G. N. Carlson & F. J. Pelletier (eds.) : The Generic Book, Chicago/ London : Chicago University Press, 125 – 175.
MARTIN, Fabienne (2008) : Prédicats statifs – Étude sémantique et pragmatique, Bru¨ssel : Ducolot.
MARTIN, Fabienne (2010) : « The semantics of eventive suffixes in French », in : M. Rathert & A. Alexiadou (eds.) : The syntax of nominalizations across languages and frameworks, Berlin/ New York : de Gruyter, 109 – 139.
MIHATSCH, Wiltrud (2015a) : « La sémantique des noms généraux ‚être humain‘ français et allemands », in : W. Mihatsch & C. Schnedecker : Les noms d’humains, une catégorie à part? (Beihefte zur Zeitschrift fu¨r französische Sprache und Literatur ; 40), Stuttgart : Steiner, 55 – 83.
MIHATSCH, Wiltrud (2015b) : « La position taxonomique et les réseaux méronymiques des noms généraux ‚être humain‘ français et allemands », in : W. Mihatsch & C. Schnedecker : Les noms d’humains, une catégorie à part? (Beihefte zur Zeitschrift fu¨r französische Sprache und Literatur ; 40), Stuttgart : Steiner, 85 – 113.
RAPPAPORT HOVAV, Malka/ LEVIN, Beth (1992) : « -Er nominals – Implications for the Theory of Argument Structure », in : T. Stowell & E. Wehrli (eds.) : Syntax and the lexicon (Syntax and semantics ; 26), San Diego [u.a.] : Academic Press, 127 – 153.
ROY, Isabelle/ SOARE, Elena (2012) : « L’enquêteur, le surveillant et le détenu – Les noms déverbeaux de participants aux événements, lectures événementielles et structure argumentale », Lexique 20, 207 – 231.
ROY, Isabelle/ SOARE, Elena (2013) : « Event related nominalizations », in : G. Iordachioaia/ I. Roy & K. Takamine (eds.) : Categorization and category change, Newcastle : Cambridge Scholars, 123 – 152.

 
 

11h00-11h30 : « Comparaison entre autrui et le prochain »
Nelly Flaux, Professeur Émérite Univ. d’Artois – Grammatica
Véronique Lagae, Université de Valenciennes – CALHISTE

 
 

11h30-12h00 : « Du pirate d’eau douce à l’amiral de bateau-lavoir : Les noms d’humains dans les injures du Capitaine Haddock »
Jean-Paul Meyer, UniStra – LiLPa

Séminaire ATILF

Reconstruction interne et comparative d’un système tonal dans des langues tibéto-birmanes du Népal

Martine Mazaudon (LACITO, Paris)

4 décembre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | salle S15

Séminaire Langage, Travail et Formation

– Langage, Travail, Formation : nouveaux espaces de pratiques et de réflexion. || – Mivoisinilimort’ quisquijidi ? Apprendre le français pour reprendre (un peu) la main dans le quotidien de la vie sociale.

Ingrid de Saint-Georges (Université du Luxembourg) || Claude Normand (Université de Lorraine)

30 novembre 2015 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment B | Salle B203

Résumé
Ingrid de Saint-Georges (Université du Luxembourg) – 14h-15h00
Langage, Travail, Formation : nouveaux espaces de pratiques et de réflexion.

 

Claude Normand (Université de Lorraine) – 15h-16h00
mivoisinilimort’ quisquijidi ?
Apprendre le français pour reprendre (un peu) la main dans le quotidien de la vie sociale.

Séminaire ATILF

C’est ici pour les constructions ?

Yvon Keromnes (ATILF)

20 novembre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Les grammaires de construction sont dans l’air du temps, mais elles constituent un domaine qui suscite autant de malentendus que de curiosité. Ma présentation s’attachera à reconstituer le cheminement théorique ayant conduit à l’élaboration de différentes théories regroupées sous le vocable « grammaires de construction », et à présenter le contexte dans lequel s’inscrit l’élaboration de ces théories. Nous verrons ce qui fait la spécificité de cette approche, ce qui réunit les différentes théories classées sous cette étiquette et ce qui les distingue. Enfin, nous verrons en quoi une discipline telle que la phraséologie peut être affectée par ce cadre théorique.

 

Références :
Croft, W. (2001) Radical Construction Grammar : Syntactic Theory in Typological Perspective, Oxford University Press.
Fillmore, C., Kay, P. & O’Connor, C. (1988) “Regularity and Idiomaticity in Grammatical Constructions : The Case of Let Alone” in: Language 64/3, 501-538.
François, J. (2008) « Les Grammaires de construction : un bâtiment ouvert aux quatre vents », in : Cahiers du CRISCO 26.
Goldberg, A. (1995) Constructions: A Construction Grammar Approach to Argument Structure, The University of Chicago Press.
Goldberg, A. (2003) “Constructions: A New Theoretical Approach to Language” in: Trends in Cognitive Sciences 7/5, 219-224.
Langacker, R. (2008) Cognitive Grammar: A Basic Introduction, Oxford University Press.

Séminaire ATILF

L’acquisition de la prosodie du français L2 chez des apprenants hispanophones

Fabian Santiago Vargas (Paris)

6 novembre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Le rôle des genres discursifs dans des recherches sur le métier d’enseignant – développement de connaissances et constitution du sujet-auteur

Maria Angela Paulino Teixeira Lopes (Université PUC Minas Gerais, Belo Horizonte, Brésil – Projet CAPES-COFECUB)

23 octobre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Dans nos recherches sur la formation et le métier professionnel de l’enseignant, l’analyse des discours occupe une fonction de grande importance. Cette importance peut être expliquée en supposant que l’exploitation des ressources et des stratégies linguistiques et textuelles saisies dans les discours nous permet de comprendre le processus constitutif du sujet en tant qu’agent par le biais des pratiques discursives imbriquées dans les pratiques sociales.

Au cours de nos recherches, nous avons souvent eu recours à des moyens et instruments fournis par les sciences du travail – l’Ergonomie de l’activité et la Clinique de l’activité (CLOT, 2006; CLOT; FAÏTA, 2001; FAÏTA, 2005) –, qui ont permis de faire émerger une série de réflexions sur le fonctionnement du genre de l’entretien (sous différentes formes) dans une situation de recherche, et ses impacts sur l’analyse.

En dialogue avec les orientations formulées dans le cadre du Cercle de Bakhtine (VOLOCHÍNOV, 2004; BAKHTIN, 2003), nous supposons que les genres utilisés (entretien, rapport de stage, groupe de discussion, mémoire et autres) doivent être assumés par l’analyste comme indices des actions par et entre les interlocuteurs. Plus précisément, pour ce qui a trait à la nature des genres en question, ce que nous voulons faire remarquer est que le discours émergent des genres a, pour ainsi dire, un double visage : d’une part, il permet la constitution de l’objet par et dans l’action discursive; d’autre part, il permet l’accès, par l’analyste, aux mouvements de cette construction.

En ce sens, un aspect important à prendre en compte par l’analyste est la relation entre le rôle des partenaires sociaux et les actions entreprises par eux dans les genres utilisés comme instruments méthodologiques. Les textes utilisés pour générer des données de recherche permettront au chercheur d’observer la construction des mouvements identitaires.

Séminaire ATILF

Approches épistémologiques et didactiques en langues et cultures de spécialité aujourd’hui : locus et focus

Shaeda Isani (Université de Grenoble)

2 octobre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Reconnu comme discipline à part entière depuis soixante-dix ans, le domaine des langues et cultures de spécialité est relativement récent. Cependant, en raison des liens symbiotiques que la discipline tisse avec le monde professionnel et spécialisé, les changements profonds induits par le phénomène de mondialisation ont fortement impacté la discipline et il en résulte qu’elle connaît d’importantes évolutions, mettant parfois en question les fondements épistémologiques mêmes de la discipline (Paltridge et Starfield 2013 ).

Après un bref rappel des principes définitoires de la discipline, cette communication se propose d’identifier et analyser, en fonction des critères discriminants de locus et de focus, trois tendances épistémologiques distinctes qui dominent – et divisent – le paysage international des langues et cultures de spécialité aujourd’hui :

— l’approche socio-discursive ou lexico-grammaticale (Belcher 2004), généralement associée aux pays relevant de l’Anglosphère et dont les objectifs sont étroitement liés aux principes fondateurs de la discipline ;
— l’approche socio-culturelle largement pratiquée dans le milieu universitaire européen et qui prône une approche systémique de l’environnement professionnel ou spécialisé définie en termes de la triangulation langue-discours-culture défini par Petit (2002) ;
— l’approche socio-idéologique dont l’émergence, depuis les années 1990 en Australie et aux Etats-Unis, remet en question la notion fondamentale de « besoins » pour y substituer la notion militante de « droits » (Benesch 2001, Pennycook 1999).

Bien que l’analyse souligne le rôle que peut jouer la spécificité du locus dans la définition du focus de chaque approche – notamment par rapport au statut endo- ou exolangue de l’apprentissage à l’instar de l’analyse de Kachru (1985) –, nous nous posons la question de savoir s’il s’agit d’entités épistémologiques cloisonnées ou si, sur le plan de la didactique et des pratiques pédagogiques d’aujourd’hui, il existe des dénominateurs communs à ces trois approches.

 

Références

Belcher, Diane. 2004. “Trends in Teaching English for Specific Purposes”. In Annual Review of Applied Linguistics, 24: 165-186). Cambridge University Press.

Benesch, Sarah. 2001. Critical English for Academic Purposes. New Jersey (USA): Taylor Francis.

Paltridge, Brian and Sue Starfield (Eds.). 2013. The Handbook of English for Specific Purposes. Boston: Wiley-Blackwell.

Kachru, Braj B. 1985. “Standards, codification and sociolinguistic realism: The English language in the outer circle”. In Quirk, R. and H. Widdowson (eds.), English in the World: Teaching and Learning the Language and Literatures. Cambridge: Cambridge University Press, 11-30.

Pennycook, Alastair. 1999. “Vulgar pragmatism, critical pragmatism, and EAP”. In English for Specific Purposes, vol. 16, issue 4: 253-269.

Petit, Michel. 2002. “Éditorial”. ASp 35-36, 57-81.

 

Télécharger le résumé

Séminaire ATILF

Terminologie médicale pour les non experts

Natalia Grabar (Université Lille 3, STL)

25 septembre 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le domaine médical a une terminologie spécifique, avec des termes comme par exemple /sanguin/, /abdominoplastie/, /hépatique/, /dermabrasion/ ou /hépatoduodénostomie/, utilisée communément par le personnel médical. Pour cette raison entre autre, la compréhension d’information de santé est souvent compliquée pour les non spécialistes et pour les patients (Patel et al., 2002; Williams et al., 1995; Rudd et al., 1999; Berland et al., 2001). La disponibilité des informations de santé en ligne peut aussi modifier le modèle de communication entre ces catégories de personnes (Tran et al., 2009; Jucks & Bromme, 2007).

Nous ferons la présentation de plusieurs travaux effectués à l’interface entre la linguistique, le TAL et le domaine médical. Ces travaux concernent l’étude de la lisibilité des mots et textes médicaux par les patients, et l’acquisition de ressources destinées à aider la compréhension des termes médicaux.

 

Patel V., Branch T., Arocha J., Errors in interpreting quantities as procedures : The case of pharmaceutical labels, International journal of medical informatics, vol. 65(3), p. 193-211, 2002
Williams M., Parker R., Baker D., Parikh N., Pitkin K., Coates W., Nurss J., Inadequate functional health literacy among patients at two public hospitals, JAMA, vol. 274(21), p. 1677-82, 1995
Rudd R., Moeykens B., Colton T., Annual Review of Adult Learning and Literacy, ch 5, 1999
Berland G., Elliott M., Morales L., Algazy J., Kravitz R., Broder M., Kanouse D., Munoz J., Puyol J., Lara M., Watkins K., Yang H., McGlynn E., Health information on the Internet. Accessibility, quality, and readability in English ans Spanish, JAMA, vol. 285(20), p. 2612-2621, 2001
Tran T., Chekroud H., Thiery P., Julienne A., Internet et soins : un tiers invisible dans la relation médecine/patient ?, Ethica Clinica, vol. 53, p. 34-43, 2009
Jucks R., Bromme R., Choice of words in doctor-patient communication: an analysis of health-related internet sites, Health Commun, vol. 21(3), p. 267-77, 2007

Séminaire ATILF

Les « Œuvres pieuses vernaculaires à succès » : modalités et facteurs de diffusion des grands textes de piété de la fin du Moyen Âge à l’échelle de l’Europe

Géraldine Veysseyre (Université de Paris 4-Sorbonne)

26 juin 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle S15

Résumé
Suite notamment aux recherches inaugurées par Frédéric Duval, qui publia en 2007 son répertoire de Lectures françaises de la fin du Moyen Âge : petite anthologie commentée de succès littéraires, la communauté scientifique est devenue plus attentive aux œuvres qui étaient les mieux représentées, sous forme de manuscrits ou d’incunables, dans les bibliothèques de la fin du Moyen Âge. À ce titre, le projet ERC Starting Grant OPVS (Old Pious Vernacular Successes ou « Œuvres pieuses vernaculaires à succès », financé de 2010 à 2016, voir www.opvs.fr) s’inscrit à l’intersection de deux domaines de recherche particulièrement dynamiques dans le panorama académique européen : l’étude des textes largement diffusés et l’histoire religieuse du Moyen Âge tardif, devenue très sensible au continuum qui unit la spiritualité des XVe et XVIe siècles. On pense notamment au livre dirigé par Sabrina Corbellini et paru en 2013 : Cultures of Religious Reading in the Late Middle Ages : Instructing the Soul, Feeding the Spirit, and Awakening the Passion.

 

Notre intervention se déploiera en deux temps, consistant à :

1) présenter le corpus du projet de recherche OPVS ainsi que ses objectifs principaux et ses méthodes. La prise en compte de traditions manuscrites particulièrement volumineuses (plus de mille manuscrits pour l’ensemble du corpus), dont l’examen a pu être direct ou indirect, pose la question de nos rapports avec les recherches menées par le groupe pionnier qui a fondé à Villejuif, dans les années 1980, la « codicologie quantitative » ;

2) montrer en quoi les outils informatiques facilitent les comparaisons entre les six textes et les quatre aires linguistiques auxquels s’est intéressée l’équipe d’OPVS. Le principal de ces outils, qui sera présenté en détail, est la base de données relationnelle « Jonas » (www.jonas.irht.cnrs.fr), créée à la section romane de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT, CNRS, UPR 841) par Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye au début des années 2000 et récemment dotée de moteurs de recherche dans le cadre du projet OPVS.

Séminaire Réseau Régional Centre-Est

Le LHS (Laboratoire de Haute Sécurité), une plateforme pour la recherche en sécurité

Bertrand Wallrich (INRIA)

25 juin 2015 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Un manuel de français langue étrangère au XVIIe siècle : la Grammaire françoise /French Grammar de Claude Mauger (1651-1688)

Valérie Raby (Paris 4 Sorbonne)

19 juin 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La Grammaire françoise/French Grammae de Claude Mauger, maître de langues blésois installé à Londres, est un des manuels de français langue étrangère les plus diffusés du XVIIe siècle. Trilingue et associant des matériaux didactiques divers, cet ouvrage composite est exemplaire du type d’objets techniques alors conçus pour délivrer l’ensemble des savoirs linguistiques jugés utiles à la maîtrise du français.

La présentation de cet ouvrage s’attachera à préciser ses enjeux linguistiques, historiques, et didactiques. On s’intéressera particulièrement aux rôles respectifs de chacune des trois langues utilisées, et à quelques analyses linguistiques remarquables suscitées par la perspective contrastive.

Séminaire ATILF

Profils plurilingues des étudiants lansad à l’Université de Strasbourg : une approche quantitative

Denyze Toffoli (Université de Strasbourg)

5 juin 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Dans un contexte où les choix plurilingues explicites de l’Union Européenne débouchent sur un cadre stratégique qui s’appuie essentiellement sur l’éducation (site officiel de la Commission Européenne), les résultats du système scolaire français demeurent faibles (Commission Européenne, 2012). De surcroit, peu d’études quantitatives ont exploré les profils plurilingues des étudiants universitaires et leurs représentations de l’apprentissage des langues.

Le contexte transfrontalier de l’Université de Strasbourg (proximité de l’Allemagne et de la Suisse) devrait favoriser particulièrement le bilinguisme germano-français d’autant plus que plusieurs accords et programmes internationaux vont dans ce sens. Par ailleurs, près de 20% de la population étudiante est étrangère (essentiellement européenne, puis africaine et asiatique). L’apprentissage de 23 langues différentes est proposé, avec la possibilité d’études diplômantes pour 18 d’entre elles. Tous ces éléments incitent aux hypothèses de profils plurilingues particulièrement diversifiés et d’un intérêt accru pour l’apprentissage des langues en général.

Ainsi, un sondage à grande échelle (1400 étudiants, représentatifs de toutes les facultés et écoles) a été réalisé afin de déterminer les profils plurilingues des étudiants, mais également leurs attitudes et préférences d’apprentissage. Les résultats comportent l’identification et le nombre de langues parlées, l’intérêt pour l’apprentissage des langues, y compris « modimes », ainsi que le désir d’essayer différentes méthodes d’apprentissage. Les conclusions suggèrent des adaptations de politique afin de promouvoir et valoriser les compétences plurilingues dans le contexte universitaire.

Séminaire ATILF

BaTelÒc (Base de textes en langue occitane) : état des lieux et perspectives

Myriam Bras & Marianne Vergez (Université de Toulouse)

29 mai 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
BaTelÒc est un projet visant la construction d’une Base de Textes pour la langue Occitane (sur le modèle de Frantext). Nous présenterons les différentes étapes de la constitution de la base (rassembler des œuvres écrites de différentes époques, de différents genres et représentatives des différents dialectes et graphies; créer des outils et une interface pour la sélection des corpus et l’interrogation des textes ; enrichir avec des annotations morphosyntaxiques) les difficultés rencontrées et les perspectives envisagées.

Séminaire ATILF

La cinquième partie du discours (travail en collaboration avec Nicolas Mazziotta, Université de Liège)

Sylvain Kahane (Université de Paris X-Modyco)

22 mai 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Ce travail trouve son origine dans la découverte à la BNF d’un manuscrit inédit de 80 pages écrit par Lucien Tesnière. Ce texte consacré aux mots-phrases aurait pu être intégré à son ouvrage majeur (Eléments de syntaxe structurale, 1959), mais il n’en a gardé que quelques bribes. S’en suit une enquête pour comprendre pourquoi les mots-phrases n’ont pas été intégrés à son système de parties du discours réduit finalement à 4 catégories majeures (verbe, nom, adjectif, adverbe), auxquelles s’ajoutent les jonctifs et les translatifs permettant de passer d’une catégorie à l’autre. Nous défendrons pour notre part l’existence d’une cinquième partie du discours, les locutifs, qui se caractérisent par la présence d’une visée illocutoire inhérente (Gardiner 1932). Cette catégorie comprend les interjections, mais aussi un grand nombre de locutions et divers marqueurs de l’exclamation et de l’interrogation, dont Bally (1909) avait déjà souligné l’unité. Nous montrerons comment la catégorie du locutif peut être intégrée au système de la translation de Tesnière, résolvant peut-être ainsi le point qui semble avoir bloqué Tesnière. Il y sera question au passage des délocutifs de Benveniste (1955), des mots qu- et des marqueurs de discours.

Séminaire ATILF

Les modalités intrinsèques aux noms d’humains

Laurent Gosselin (Université de Rouen)

10 avril 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Je présenterai une recherche en cours conduite dans le cadre du projet franco-allemand NHUMA, dirigé par C. Schnedecker et W. Mihatsch, et consacré à l’analyse des noms d’humains (désormais NH).

Les NH sont des noms dénominatifs qui renvoient à des classes d’individus. Ce faisant, ils fournissent une représentation de ces individus. En discours, le choix du NH et de la représentation qu’il véhicule a des effets immédiats sur la valeur argumentative et persuasive du propos. Cette problématique rejoint la question du choix des mots dans l’Elocution (comme partie de la Rhétorique classique). Ainsi, selon l’abbé Girard (Préceptes de Rhétorique, III, 2), « les mots sont le portrait des choses », et ce « portrait » (représentation) contient à la fois la pensée des choses et les sentiments que le locuteur veut communiquer à leur égard. De sorte que le choix du NH construit non seulement une représentation des individus dénotés, ainsi que de l’idéologie du locuteur (termes racistes, sexistes, etc.), mais aussi des pensées, opinions, comportements qui sont attribués aux individus dénotés.

Pour étudier ces phénomènes de façon systématique, je me propose d’utiliser la théorie des modalités intrinsèques aux lexèmes, développée dans Gosselin : Les modalités en Français, Rodopi, 2010. L’idée générale, reprise de Brunot et Bally, est que les lexèmes contiennent des modalités associées. Je proposerai un système de classement de ces modalités, et un ensemble de tests pour les identifier. La mise en œuvre de ces tests me conduit à un classement des NH en fonction de leurs modalités intrinsèques. Se trouvent ainsi précisés des aspects de la signification des noms usuellement caractérisés comme « connotations péjoratives », entre autres.

Séminaire ATILF

Les « Œuvres pieuses vernaculaires à succès » : modalités et facteurs de diffusion des grands textes de piété de la fin du Moyen Âge à l’échelle de l’Europe

REPORTÉ Géraldine Veysseyre (Université Paris IV-Sorbonne, UFR de langue française)

3 avril 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Suite notamment aux recherches inaugurées par Frédéric Duval, qui publia en 2007 son répertoire de Lectures françaises de la fin du Moyen Âge : petite anthologie commentée de succès littéraires, la communauté scientifique est devenue plus attentive aux œuvres qui étaient les mieux représentées, sous forme de manuscrits ou d’incunables, dans les bibliothèques de la fin du Moyen Âge. À ce titre, le projet ERC Starting Grant OPVS (Old Pious Vernacular Successes ou « Œuvres pieuses vernaculaires à succès », financé de 2010 à 2016, voir www.opvs.fr) s’inscrit à l’intersection de deux domaines de recherche particulièrement dynamiques dans le panorama académique européen : l’étude des textes largement diffusés et l’histoire religieuse du Moyen Âge tardif, devenue très sensible au continuum qui unit la spiritualité des XVe et XVIe siècles. On pense notamment au livre dirigé par Sabrina Corbellini et paru en 2013 : Cultures of Religious Reading in the Late Middle Ages : Instructing the Soul, Feeding the Spirit, and Awakening the Passion.

 

Notre intervention se déploiera en deux temps, consistant à :

1) présenter le corpus du projet de recherche OPVS ainsi que ses objectifs principaux et ses méthodes. La prise en compte de traditions manuscrites particulièrement volumineuses (plus de mille manuscrits pour l’ensemble du corpus), dont l’examen a pu être direct ou indirect, pose la question de nos rapports avec les recherches menées par le groupe pionnier qui a fondé à Villejuif, dans les années 1980, la « codicologie quantitative » ;

2) montrer en quoi les outils informatiques facilitent les comparaisons entre les six textes et les quatre aires linguistiques auxquels s’est intéressée l’équipe d’OPVS. Le principal de ces outils, qui sera présenté en détail, est la base de données relationnelle « Jonas » (www.jonas.irht.cnrs.fr), créée à la section romane de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT, CNRS, UPR 841) par Anne-Françoise Leurquin et Marie-Laure Savoye au début des années 2000 et récemment dotée de moteurs de recherche dans le cadre du projet OPVS.

Séminaire ATILF

Parfait périphrastique et datation en anglais contemporain : assiste-t-on à une dérive aoristique du Present perfect ?

Marc Fryd (Université de Poitiers, FORELL EA3816)

27 mars 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le principe est posé, depuis au moins Meillet 1909 que, dans un système fondé sur l’articulation de deux temps verbaux –un passé aoristique et un parfait résultatif– la relation se tend inéluctablement au détriment du premier, au point que le second en vient à empiéter sur les fonctions de l’aoriste et, à terme, à le remplacer. Cette grammaticalisation par laquelle le parfait périphrastique accède à des fonctions de référence à une antériorité disjointe du moment de l’énonciation est présentée dans la littérature sous la forme d’une progression unidirectionnelle, et synthétisée ainsi par Kurylowicz (1966) :
Kurylowicz (1966: 59)
1. état présent (résultant d’une action antérieure);
2. action antérieure au moment où l’on parle (avec résultat présent);
3. action passée rapportée au moment où l’on parle (antériorité);
4. action passée.

L’objet de cette communication est de présenter l’état dans lequel se trouve le present perfect anglais relativement à une évolution parfois appelée « dérive aoristique » (Boulle 1987, Fryd 1998, Squartini & Bertinetto, 2000: 404).
Si l’on se fie aux grammaires, une telle évolution échapperait à l’anglais :
Jespersen (1924: 270) :
“English (…) does not allow the use of the perfect if a definite point in the past is meant, whether this be expressly rnentioned or not. Sentences containing words like yesterday or in 1879 require the simple preterit, so also sentences about people who are dead (…).”

Il semble toutefois qu’il y ait lieu de pondérer le caractère catégorique d’une telle affirmation, tant elle se trouve mise à mal, d’une part, par un ensemble de faits de langue diachroniques et, d’autre part, par une masse d’exemples relevés dans diverses variétés d’anglais (cf. Cox 2005, Engel & Ritz 2000, Fryd (à paraître)), et dont la structure formelle –événements aspectuellement bornés et disjoints de T0, compatibilité avec l’expression d’une successivité ordonnée– atteste de façon patente d’une évolution notable dans le fonctionnement du present perfect.

 

Bibliographie sélective :
Boulle, Jacques (1987) « Aspect et diathèse en basque ». Actances 3: 86-121.
Cox, Rebecca (2005). Preterite uses of the present perfect in New Zealand English narratives: A case study. MA Dissertation, University of Canterbury.
Engel, Dulcie M. and Marie-Eve A. Ritz (2000) ‘The Use of the Present Perfect in Australian English’, Australian Journal of Linguistics 20: 2, 119-40.
Fryd, Marc 1998: ‘Present perfect et datation: une dérive aoristique’. Cahiers Chronos 2: 29–50.
Fryd, Marc [à paraître] ‘The Narrative Present Perfect in English.’ In: Juan Rafael Zamorano-Mansilla, Carmen Maíz, Elena Domínguez and Ma Victoria Martín de la Rosa (eds.), Thinking Modally: English and Contrastive Studies on Modality. Cambridge Scholars Publishing.
Kurylowicz, Jerzy (1966) L’évolution des catégories grammaticales. Problèmes du langage Collection Diogène. Gallimard. 54–71.
Meillet, Antoine (1909) Sur la disparition des formes simples du prétérit. Germanisch-Romanische Monatsschrift, 1: 149–158.
Squartini, Mario, & Bertinetto, Pier Marco. (2000) The simple and compound past in Romance languages. In Östen Dahl (ed.), Tense and aspect in the languages of Europe. Berlin: Mouton de Gruyter. 403–439.

 

Télécharger le résumé

Séminaire ATILF

Le problème de l’opacité sémantique dans les verbes préfixés à base verbale : Pour une approche sémantique constructiviste. L’exemple du préfixe DÉ- en français actuel.

Pierre Jalenques (Université de Rouen)

20 mars 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le problème abordé ici est au carrefour de la morphologie dérivationnelle, de la sémantique synchronique et de la sémantique diachronique. Nous examinerons un ensemble de faits généralement marginalisés dans les études de morphologie synchronique sur les préfixes verbaux, à savoir les cas où la contribution sémantique d’un préfixe dans un verbe apparaît intuitivement opaque.

D’un côté, on relève en français actuel des verbes comme dénouer, découdre, désapprendre, où le sens du préfixe semble transparent. Le préfixe signifie ici « annuler le résultat de l’action exprimée par la base verbale » ; découdre signifie « annuler le résultat de l’action de coudre ». D’un autre côté, on relève des verbes comme découper, délaisser, déverser, détourner où la contribution sémantique de l’élément préfixal au sens global du verbe apparaît intuitivement opaque (déverser ne signifie pas « le contraire de verser »). De même, à côté de verbes comme redemander, redire, réorienter dont le sens apparaît intuitivement compositionnel par rapport au préfixe et à la base, on relève des verbes comme recopier (une adresse dans son carnet), retranscrire (ses émotions), retrancher (le beurre de son alimentation), où la contribution de l’élément préfixal au sens global du verbe apparaît beaucoup moins net. En effet, à côté de reprendre du gâteau, qui signifie intuitivement « prendre une deuxième fois du gâteau », recopier l’adresse d’un restaurant dans son carnet ne signifie pas « copier une deuxième fois l’adresse ».

Dans notre présentation, nous nous intéresserons en particulier au préfixe DÉ- (nous regroupons sous cette notation les deux allomorphes dé-/dés- du préfixe). En raison de l’opacité sémantique perçue dans des verbes comme découper ou détourner, ces verbes sont généralement écartés des études synchroniques de ce préfixe (cf. Gerhard (2000), Apothéloz (2007). Plus profondément, cette mise à l’écart repose sur une hypothèse diachronique souvent implicite : au départ, le sens d’un verbe comme découper serait transparent par rapport à la présence du préfixe DÉ-, puis au fil du temps, la compositionnalité du sens par rapport au préfixe se serait perdue.

Dans un premier temps, nous réinterrogerons les raisons, en particulier diachroniques, de cette mise à l’écart. A l’issue de ce parcours, nous verrons qu’une partie des verbes considérés ne peut pas être écartée d’une analyse synchronique du préfixe DÉ-. En effet, l’opacité du sens du préfixe dans ces verbes est manifeste dès les premiers emplois attestés. Dans un deuxième temps, nous proposerons une analyse sémantique de ces verbes rendant compte de leurs valeurs sémantiques en lien avec le préfixe DÉ- et proposant une explication, en synchronie, de l’opacité même du sens du préfixe dans ces emplois. Cette analyse propose ainsi d’élargir le champ des observables en morphologie dérivationnelle synchronique et de montrer la régularité de fonctionnement de données à première vue idiosyncrasiques.

 

Références citées :

Apotheloz, D. (2007). Procès centrifuge et procès centripète : RE- DÉS- et l’antonymie directionnelle en français. In Hathout N. & Montermini F. (éds), Morphologie à Toulouse. Actes du colloque international de Morphologie “4èmes Décembrettes”. München : Lincom Europa (LSTL), 149-169.

Gerhard-Krait, F. (2000). La préfixation en dé(s)- : formes construites et interprétations, thèse de doctorat, Université Marc Bloch, Strasbourg II.

Séminaire ATILF

Les dictionnaires numériques : l’exemple du Petit Robert et du Grand Robert de la langue française

Laurent Catach (Directeur des éditions numériques, dictionnaire Le Robert)

13 mars 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Cette présentation concernera les dictionnaires numériques et les enjeux concernant les questions d’ergonomie et d’interface utilisateur. Au travers des exemples concrets des différentes versions successives du Petit Robert et du Grand Robert de la langue française, on montrera comment leurs dernières évolutions ont pu considérablement améliorer et faciliter les consultations de ces dictionnaires, les ouvrant ainsi à un public plus large.

 

Biographie
Laurent CATACH a été durant plus de 20 ans directeur des éditions numériques aux Dictionnaires Le Robert. Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de mathématiques, docteur en informatique (intelligence artificielle), il a d’abord travaillé comme ingénieur-chercheur linguiste au CNRS dans l’équipe de Nina Catach, avant de rejoindre les éditions Le Robert en 1993. Il a créé et développé depuis l’ensemble du catalogue numérique des dictionnaires Robert, notamment : le Petit Robert (langue française et noms propres), le Grand Robert de la langue française, le Grand Robert & Collins, le Robert Collège, le Robert Junior, Le Robert Illustré & Dixel, sur toutes plateformes (web, logiciels PC/Mac, applications mobiles, livres numériques, etc.). Il est aujourd’hui consultant en édition numérique.

Séminaire ATILF

La terminologie médicale pour les non experts

REPORTÉ Natalia Grabar (Université Lille 3, STL)

6 mars 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le domaine médical a une terminologie spécifique, avec des termes comme par exemple /sanguin/, /abdominoplastie/, /hépatique/, /dermabrasion/ ou /hépatoduodénostomie/, utilisée communément par le personnel médical. Pour cette raison entre autre, la compréhension d’information de santé est souvent compliquée pour les non spécialistes et pour les patients (Patel et al., 2002; Williams et al., 1995; Rudd et al., 1999; Berland et al., 2001). La disponibilité des informations de santé en ligne peut aussi modifier le modèle de communication entre ces catégories de personnes (Tran et al., 2009; Jucks & Bromme, 2007). Nous ferons la présentation de plusieurs travaux effectués à l’interface entre la linguistique, le TAL et le domaine médical. Ces travaux concernent l’étude de la lisibilité des mots et textes médicaux par les patients, et l’acquisition de ressources destinées à aider la compréhension des termes médicaux.

 

Patel V., Branch T., Arocha J., Errors in interpreting quantities as procedures : The case of pharmaceutical labels, International journal of medical informatics, vol. 65(3), p. 193-211, 2002 Williams M., Parker R., Baker D., Parikh N., Pitkin K., Coates W., Nurss J., Inadequate functional health literacy among patients at two public hospitals, JAMA, vol. 274(21), p. 1677-82, 1995 Rudd R., Moeykens B., Colton T., Annual Review of Adult Learning and Literacy, ch 5, 1999 Berland G., Elliott M., Morales L., Algazy J., Kravitz R., Broder M., Kanouse D., Munoz J., Puyol J., Lara M., Watkins K., Yang H., McGlynn E., Health information on the Internet. Accessibility, quality, and readability in English ans Spanish, JAMA, vol. 285(20), p. 2612-2621, 2001 Tran T., Chekroud H., Thiery P., Julienne A., Internet et soins : un tiers invisible dans la relation médecine/patient ?, Ethica Clinica, vol. 53, p. 34-43, 2009 Jucks R., Bromme R., Choice of words in doctor-patient communication: an analysis of health-related internet sites, Health Commun, vol. 21(3), p. 267-77, 2007

Séminaire ATILF

L’Apport du latin vulgaire à l’exégèse du lexique roman

Romain Garnier (Université de Limoges et Institut universitaire de France)

6 février 2015 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le lexique roman recèle un assez grand nombre de formes qui ne coïncident pas avec le lexique du latin scripturaire et classique. L’étude du latin vulgaire ou plutôt du latin ‘plébéien’ (sans présumer du caractère tardif de cet idiolecte) permet de rendre compte de plusieurs étymons problématiques du roman, qui – dans la doctrine reçue – semblent avoir été produits par génération spontanée. J’entends démontrer qu’il n’en est rien, et que des formes romanes énigmatiques comme *bu´ttis f. (ML : 1427) « récipient, tonneau » et son diminutif *butti´-cula f. (ML : 1426) « bouteille » possèdent une famille étymologique en latin même, et ne requièrent point le postulat d’un Wanderwort ou bien d’un emprunt au grec. Il en va de même – selon moi – pour le verbe ‘expressif’ *krakkáre « cracher » (ML : 4752), où l’on voit d’ordinaire une onomatopée, mais qui se rattache en fait au lat. ex-cernere « expulser ».

 

Télécharger le résumé

Historique 2014 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF

Le rôle des littéracies académiques dans le processus d’internationalisation de l’université brésilienne

Inës Signorini (Université de Campinas, Brésil)

12 décembre 2014 | 09h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
Au Brésil et ailleurs, l’avènement des TICE sous l’essor de la mondialisation économique et marchande a favorisé un mouvement accru de rationalisation et de décontextualisation du langage dans des genres scientifiques valorisés du point de vue institutionnel (la politique du «publish or perish») et marchand (stratégies marchandes de l’industrie éditoriale). Dans le cas brésilien, depuis les années 2000, on observe une reprise du modèle traditionnel graphocentrique des littéracies scientifiques selon lequel le texte scientifique a un statut d’artefact linguistique, c’est à dire d’objet autonome, par rapport à tout contexte de production ou de réception, et transparent pour une audience supposée universelle et anonyme. Universelle dans le sens de non située dans un espace-temps historique déterminé, et anonyme dans le sens de non marquée du point de vue ethno-socioculturel, de classe, genre, religion, ou autre.

 

Comme ces artefacts doivent circuler dans des réseaux toujours plus élargis et plus hétérogènes – y compris des réseaux internationaux en langue anglaise – l’enseignement des littéracies universitaires, vu comme stratégique dans le processus d’internationalisation de l’université brésilienne, se trouve sous l’influence de deux lignes de force simultanées et contradictoires: d’un côté les demandes de reproduction des modèles textuels des sciences dures, notamment ceux approuvés para l’industrie éditoriale mondialisée; et de l’autre les demandes d’appropriation créative des genres académiques comme moyen d’éviter la copie et, partant, les différentes formes de plagiat, celui-ci étant devenu une pratique délinquante aux yeux de l’industrie d’abord et des institutions universitaires par la suite. Ce séminaire portera, donc, sur cette réduction du genre au texte, et du texte au «produit» de l’activité scientifique brésilienne dans le marché mondial et ses conséquences pour l’enseignement des littéracies universitaires.

Séminaire ATILF

Amorçage lexical et exploitation de corpus

Sascha Diwersy (Université de Cologne)

10 décembre 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Notre communication présentera une plate-forme d’analyse lexico-statistique conçue pour fournir un support méthodologique à des études menées dans le cadre de la Théorie de l’Amorçage lexical (de l’angl. : lexical priming) proposée par Hoey (2005). Nous exposerons d’abord le modèle descriptif lié à la théorie ainsi que sa mise en œuvre au moyen de différents procédés lexicométriques. Par la suite, nous illustrerons l’utilisation de la plate-forme d’analyse par des requêtes portant sur des bases textuelles telles que le Corpus des variétés nationales du français (Diwersy 2013) et le volet français du corpus Emolex (Diwersy, Kraif & Hatier 2013).

 

Références

Diwersy, S. (2013). Corpus des variétés nationales du français (CoVaNa-FR). Institut des Langues Romanes, Université de Cologne [accessible dans le cadre de la plateforme Varitext : http://syrah.uni-koeln.de/varitext/].

Diwersy, S., Kraif, O. & Hatier, S. (2013). Corpus multilingue Emolex (français, anglais, espagnol, allemand, russe). Institut des Langues Romanes, Université de Cologne; LIDILEM, Université Stendhal-Grenoble 3 [accessible dans le cadre de la plateforme EmoBase : http://emolex.u-grenoble3.fr/emoBase/].

Hoey, M. (2005). Lexical priming: A new theory of words and language, London : Routledge.

Séminaire ATILF

Traduire le Décameron au Moyen Age tardif : le cas des premières versions françaises et catalanes de l’oeuvre de Boccace

Simone Ventura (Queen Mary University of London)

5 décembre 2014 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La première traduction catalane du Decameron (1429) est l’objet du projet Marie Curie Intra-European Fellowships (IEF) The 1429 Catalan Translation of Giovanni Boccaccio’s “Decameron:” Tracing the Making of a European Classic (= DecameronTranslated). Pour cette traduction, la tradition manuscrite des premières versions françaises de l’œuvre de Boccace joue un rôle fondamental.
 
En premier lieu le seul manuscrit survivant de la traduction catalane, d’un côté, et, de l’autre, la tradition textuelle du Livre des cent nouvelles de Laurent de Premierfait (1411-14) partagent un trait structurel majeur : le Décameron catalan et, dans douze des quinze exemplaires du Livre, la version de Premierfait, remplacent la dernière nouvelle du recueil, celle de l’histoire de « Griselda », par une traduction en catalan et en français d’après la réfection latine de Pétrarque (1374). En deuxième lieu, la traduction catalane de la nouvelle de « Griselda », rédigée par Bernat Metge vers 1388, utilise, outre le texte de Pétrarque, un exemplaire contenant la version de la « Griselda » de Pétrarque faite par Philippe de Mézières (1384-7).
 
À l’aide d’exemples tirés du texte catalan en comparaison avec les textes source – ‘original’ italien, mais aussi latin et français pour ce qui est de la nouvelle de « Griselda » – je voudrai illustrer, en forme d’une réflexion qui se voudrait aussi méthodologique, les questions que les traductions médiévales d’un texte tel le Decameron posent à l’éditeur.

Séminaire ATILF

Approche interactionnelle et authenticité dans l’enseignement-apprentissage des langues. Pistes théoriques et pratiques

Christian Ollivier (Université de La Réunion)

2 décembre 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Dans cette conférence, nous reviendrons, d’une part, sur les limites des situations d’enseignement-apprentissage des langues et, d’autre part, sur la notion de compétence de communication qu’il semble nécessaire de repenser pour tenir pleinement compte du primat des contraintes relationnelles. Sur cette base théorique, nous présenterons des perspectives pour une évolution de la didactique des langues vers une approche interactionnelle et une « extension du domaine de la tâche » exploitant les potentialités du web 2.0 et renforçant les authenticités: celle de l’inter/action et celle de l’enseignement-apprentissage.

 

Télécharger le résumé

Séminaire Réseau Régional Centre-Est

Présentation de Firefox OS

Jan Keromnes (Developpeur chez Mozilla)

17 novembre 2014 | 13h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé

Séminaire Réseau Régional Centre-Est

Le Cert Renater

Michelle Danho (Cert Renater)

27 mai 2014 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF, cycle Histoire de la linguistique romane

Dualisme et diachronie : avatars d’un artefact en linguistique latine et romane, et remodélisation

Michel Banniard (Université de Toulouse)

23 mai 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Il ne s’agira pas cette fois de réexaminer les points de vue séculaires sur la question de la chronologie et des modalités du passage du latin aux langues romanes, notamment sur le territoire de l’ancienne Gaule romaine, mais de poser franchement les bases d’une nouvelle histoire de ce procès langagier. A cet effet seront soulignés les effets négatifs du dualisme qui a présidé et préside encore aux enseignements et aux travaux traditionnels, toujours englués dans des distinctions absolues de type « latin littéraire/ latin vulgaire », « langue écrite/langue parlée », « époque classique/ époque barbare », « monde ecclésial/ monde laïc », etc.. Le clou de ce dualisme est qu’il ignore absolument les testimonia des contemporains, se désintéresse des réalités de la communication, et place la genèse des langues romanes sous le signe d’une pathogénèse généralisée. Il s’agit de donner accès à une modélisation, une chronologie et une terminologie neuves qui font l’économie de l’ « exception romane » au profit des règles de la linguistique générale, confortée par la sociolinguistique synchronique, afin d’ouvrir sur une description complexe, mais dynamique et cette fois moderne, de la parole 5e-8e siècle, en prenant spécialement soin d’historiciser les étapes de sa métamorphose du latin parlé classique en roman parlé archaïque.

 

Rappel bibliographique :

Banniard M., 2013, 2013b, The Transition from Latin to the Romance Languages, in Maiden M., Smith J. Ch. (dir.), The Cambridge History of Romance Languages, Cambridge, p. 129-239.

Séminaire ATILF

Présentation du FDTB (French Discourse Treebank)

Laurence Danlos (Professeur à l’Université Paris 7 et à Alpage (Inria))

18 avril 2014 | 14h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Comment rendre compte de l’allomorphie radicale dans la dérivation ?

Michel Roché (ERSS, Toulouse)

11 avril 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
La phonologie seule est incapable de rendre compte de l’allomorphie radicale des lexèmes, question centrale de la morphophonologie. Les notions de thème et d’« espace thématique », qui la replacent dans le cadre de la morphologie, ont fait leurs preuves pour ce qui concerne la flexion. Leur application à la dérivation est plus problématique. On se propose de montrer (i) qu’il faut distinguer les notions de thème et de radical, généralement confondues ; (ii) que la question ne se pose pas de la même façon pour les verbes, les noms et les adjectifs, en raison du poids inégal de la flexion dans chaque catégorie ; (iii) que l’approche via les espaces thématiques reste pertinente, en particulier la distinction entre un thème présuffixal « populaire » et un thème présuffixal « savant » pour les nominaux ; (iv) que chaque case de l’espace thématique peut contenir plusieurs formes ; (v) que la sélection du thème et de l’une de ses formes n’est pas automatique mais obéit à une série de contraintes dont les principales sont d’ordre lexical.

Séminaire ATILF

La liaison

Marc Plénat (ERSS, Toulouse)

21 mars 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé

Séminaire ATILF

Le projet « Lexique musical de la Renaissance » : Un nouvel outil pour un nouveau savoir musical

Cristina Pacheco

28 février 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La pensée musicale s’appréhende, en bonne partie, par le langage qui lui est propre. Or ce syllogisme apparent n’a jamais fait l’objetd’une réflexion commune entre musicologues et linguistes, malgré ses enjeux et sa portée. Le projet que nous présentons a pour objectif de proposer une étude interdisciplinaire des origines du terme musical en langue vernaculaire (définitivement détachée du latin), processus qui culmine à laRenaissance. De cette approche originale à la musique découlent des résultats visant à mieux comprendre la création des concepts et idées musicales dont nous sommes les héritiers, ainsi que leur transmission et leurs transformations. Présenté sous forme de base de données alphabétique à partir de textes théoriques, littéraires ou pratiques sur la musique, et muni d’un moteur de recherche développé (alphabétique, chronologique, etc.), le projet LMR a pour vocation de fournir un outil précieux aux musicologues, linguistes, historiens, littéraires et musiciens désireux de mieux connaître la musique ancienne et ses mots.

Séminaire ATILF

Misère et décadence de la linguistique romane ?

Michael Metzeltin (professeur émérite à l’Université de Vienne, Autriche)

31 janvier 2014 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Du potentiel explicatif de la méthodologie du DERom au-delà de l’étymologie

Michael Metzeltin (professeur émérite à l’Université de Vienne, Autriche)

31 janvier 2014 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
– Le REW est consultatif, le DERom est inspirateur
– La reconstruction est encyclopédiste
– La reconstruction est virtuose et virtuelle
– La reconstruction est circulaire
– Le roumain est une base piégeuse
– La reconstruction des suffixes
– La reconstruction du pluriel
– De la comparaison lexicale à la comparaison grammaticale

Séminaire Réseau Régional Centre-Est

Sensibilisation à la Protection de l’Information

Sandrine Becker (Ministère de l’Intérieur)

24 janvier 2014 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Historique 2013 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF

Médecine et langue de spécialité au Moyen Age : réussites et échecs des traducteurs

Michèle Goyens (Professeur au département de linguistique de l’Université de Leuven)

20 décembre 2013 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire Langage, Travail et Formation

L’ « épistémologie complexe », un indispensable outil d’analyse critique en didactique des langues-cultures

Christian Puren (Professeur émérite à l’Université de Saint-Etienne)

13 décembre 2013 | 09h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire Langage, Travail et Formation

– Les interactions verbales dans le conseil en insertion professionnelle : ajustements, négociations, renoncements.
– Etre conseiller dans les systèmes d’apprentissage autodirigé en langues étrangères…

Valérie Langbach (ATILF / Université de Lorraine et CNRS), Maud Ciekanski (ATILF / Université de Lorraine et CNRS)

6 décembre 2013 | 09h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF, cycle Histoire de la linguistique romane

Les enjeux de l’histoire des théories linguistiques

Sylvain Auroux (Directeur de recherche émérite CNRS, Laboratoire d’Histoire des théories linguistiques)

29 novembre 2013 | 15h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Les sciences du langage figurent, avec le droit, les mathématiques et l’astronomie, parmi les plus anciennes disciplines scientifiques de l’humanité (tournant III°-II° millénaire avant notre ère). Elles ne concernent pas seulement la représentation des phénomènes, mais constitue un outillage technique des langues (grammaires et dictionnaires) qui affecte l’écologie de la communication. La grammatisation des vernaculaires européens est un phénomène qui doit être pris en compte si nous voulons comprendre leur histoire et même déterminer en quoi consiste une langue.

 

Sylvain Auroux est l’auteur entre autres ouvrages La révolution technologique de la grammatisation (1994), La philosophie du langage (1996), La question de l’origine des langues, suivi de L’historicité des sciences (2007). Il a dirigé les trois volumes d’Histoire des idées linguistiques (1989-1992-2000).

Séminaire ATILF

L’influence des dialectes franciques sur le français mosellan

Günter Schmale (Université de Lorraine & ATILF)

26 novembre 2013 | 11h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire ATILF

Surdité et monde professionnel

Georgette Dal (Université Lille 3)

22 novembre 2013 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La question du rapport de la surdité et du monde professionnel peut être abordée de deux points de vue : celui de l’insertion des personnes sourdes dans le monde du travail, celui des travailleurs en charge de l’accompagnement des personnes sourdes, dans le monde professionnel ou ailleurs.
 
C’est ce double aspect qu’abordera la présente intervention. Après quelques rappels introductifs (loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; plan en faveur des personnes sourdes et malentendantes de février 2010 lancé par le ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville ; éléments de l’enquête 2007 de la DREES « Le handicap auditif en France : apport de l’enquête Handicaps, incapacités, dépendance, 1998-1999 » ; données chiffrées sur les étudiants sourds dans les universités françaises), la discussion, alimentée des travaux, seule ou en collaboration, de Sophie Dalle cités ci-dessous, portera sur les sourds au travail. Un aperçu sera ensuite donné des métiers en lien avec l’accompagnement des personnes sourdes.

 

Dalle-Nazébi Sophie (2013), « Récits d’une violence ordinaire – Les sourds au travail », L’expérience de la surdité: reconnaissances culturelles et soutien à la participation sociale. http://www.ripph.qc.ca/node/1042

Dalle-Nazébi Sophie & Kerbourc’h Sylvain (2013), « L’invisibilité du ‘travail en plus’ de salariés sourds. Partager les espaces d’échanges professionnels pour être reconnu dans son travail ». http://www.unapeda.asso.fr/IMG/pdf/SophieDalle.pdf

Séminaire ATILF

La LSF, une langue gestuelle, iconique et spatiale

Annie Risler (Université Lille 3)

12 novembre 2013 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Nous reviendrons en détail sur les particularités induites par la modalité gestuelle, que l’on retrouve dans toutes les langues signées : la motivation du lexique et de la syntaxe, à travers la composition des unités lexicales et leur variation, puis la spatialisation des relations sémantiques et des positionnements énonciatifs.

Séminaire ATILF

Vocabulary in language learning

Marie Nordlund & Catherine Norberg (Luleå University of Technology)

4 octobre 2013 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Despite the centrality of vocabulary in language learning, so far, research has had little impact on how textbooks are structured and how teachers work with vocabulary in the classroom. It has, for instance, been shown that many textbooks do not help pupils see relations between words, such as synonymy and collocation (Rixon 1999), and that many words presented in them appear without thoughts of frequency and relevance (Cameron 2001: 90). There also seems to be a lack of agreement as to what words are regarded as constituting a basic vocabulary (Carter & McCarthy 1988; Cameron 2001; Nation 2001).
 
We are currently involved in a project studying the correlation between textbooks used in Swedish elementary schools and vocabulary learning, and exploring what teaching methods are used to enable pupils to gain a sizeable vocabulary. To our knowledge, no extensive study so far has focused on vocabulary acquisition based on textbooks in a Swedish setting. This is a research gap that the present study aims to fill.
 
The project is divided into two parts. The purpose of the first part is to map how vocabulary is presented in seven Swedish textbooks for young learners of English. More specifically, it aims at showing how vocabulary is structured in the textbooks, what kind of vocabulary is included and to what extent words are recycled.
 
The purpose of the second part is to shed light on how vocabulary is taught in elementary classes. The specific aims are to illustrate how teachers work with vocabulary, how they test their pupils’ knowledge of vocabulary and ascertain that acquisition and long-term retention actually take place, and how well their choice of methods when working with vocabulary is related to learning strategies in second language acquisition and research within the field.

Séminaire ATILF

La versification chez Raymond Queneau, approche statistique à partir d’une base de données

Anne-Sophie Bories (Université Paris 3 & Université de Leeds)

13 septembre 2013 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire Langage, Travail et Formation

Le langage dans les apprentissages et dans la formation professionnelle || Texte oral et texte écrit en situation de travail : des analyses linguistiques et discursives aux perspectives didactiques

Patrick Mayen (Agrosup Dijon) || Jacques Delorme (ALPES Lyon), Marie-Cécile Guernier (IUFM Univ. Lyon 1 – LIDILEM Univ. de Grenoble), Marie-Hélène Lachaud (LIDILEM Univ. de Grenoble), Laure Seyvet (ALPES Grenoble)

14 juin 2013 | 09h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
PROGRAMME
9h30 – 10h30
Patrick Mayen (Agrosup Dijon, Institut national supérieur des sciences agronomiques, de l’alimentation et de l’environnement)
Le langage dans les apprentissages et dans la formation professionnelle
 
10h45 – 12h30
Jacques Delorme (ALPES Lyon)
Marie-Cécile Guernier (IUFM Université Claude Bernard Lyon 1 – LIDILEM Université de Grenoble)
Marie-Hélène Lachaud (LIDILEM Université de Grenoble)
Laure Seyvet (ALPES Grenoble)
Texte oral et texte écrit en situation de travail : des analyses linguistiques et discursives aux perspectives didactiques

 

Télécharger l’affiche

Séminaire Réseau Régional Centre-Est

Le Chiffrement

Pierrick Gaudry (LORIA), Jean Perruchaud (DNE)

4 juin 2013 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Programme :

Rappel des concepts et fondamentaux sur le chiffrement
Pierrick GAUDRY (LORIA), responsable de l’équipe CARAMEL (Cryptologie, arithmétique : matériel et logiciel)
 
Note du CNRS sur le chiffrement
Jean PERRUCHAUD (DNE)
 
Retour d’expérience
– Délégation Nord-Est : Chiffrement disque chiffrant portable DELL / Mickaël MARTIGNON (DNE)
– LORIA : Solution de chiffrement SSD SED de DELL avec windows / linux en dualboot et chiffrement de répertoire avec EncFS / Patrick ETIENNE
– INIST : dm-crypt (linux) / Fabien PASCALE
– UTINAM : Table ronde sur l’organisation et mise en œuvre / Françoise GAZELLE

 

Télécharger le programme

Séminaire ATILF

La transcription et l’analyse de l’intonation

Piet Mertens (Professeur en linguistique française & computationnelle, Université Catholique de Leuven en Belgique)

19 avril 2013 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La diversité des propositions pour la transcription de l’intonation du français soulève la question de ses fondements scientifiques. Dans la communication parlée, le décodage de la prosodie repose sur l’information sonore, mais aussi sur la perception auditive et sur la grammaire intonative de la langue. Il importe donc de préciser le niveau d’observation représenté : acoustique, perceptif ou phonologique.
 
Les exercices de transcription auditive nous permettent d’identifier les propriétés prosodiques que l’auditeur moyen est en mesure de percevoir et les formes mélodiques qu’il est capable de discriminer. Ces formes perçues diffèrent jusqu’à un certain niveau de leur manifestation acoustique. L’outil d’analyse prosodique Prosogram, qui simule la perception de la hauteur, fournit de façon automatique une représentation quantifiée de la mélodie perçue, permettant de repérer les variations audibles (glissandi) et d’évaluer les intervalles mélodiques utilisés par le locuteur. Des travaux plus récents ont permis de passer automatiquement de cette forme perceptive
à une représentation proche de la transcription phonologique, basée sur les niveaux de hauteur, définis en fonction de la tessiture du locuteur et des intervalles mélodiques employés.
 
Le séminaire illustrera toutes ces formes de transcription et les outils utilisés pour les obtenir.

Séminaire ATILF

L’interface prosodie-syntaxe

Piet Mertens (Professeur en linguistique française & computationnelle, Université Catholique de Leuven en Belgique)

18 avril 2013 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
On présentera le modèle de l’interface prosodie-syntaxe proposé dans Mertens (2006, 2008, 2009, 2012). Il vise à expliciter le rôle de la prosodie dans la communication parlée : le découpage de la chaîne parlée en tronçons, leur organisation hiérarchique, les fonctions communicatives des contours, le lien avec la structure informationnelle et la relation avec l’organisation et la construction syntaxique.
 
Cette approche repose sur une procédure reproductible et contrôlable, explicitant toutes les contraintes prévisibles portant sur l’intonation d’un énoncé. Il s’agit des contraintes liées à l’accentuabilité des éléments lexicaux, aux aspects phonétiques et métriques (le nombre de syllabes, leur caractère contigu), à la structure syntaxique, ou aux constructions syntaxiques. Pour la séquence de mots à analyser on obtient ainsi une spécification de l’intonation par défaut ou non marquée. Il s’agit de la spécification de la forme prosodique obtenue après l’application des contraintes lexicales, syntaxiques et métriques. Ensuite, cette intonation par défaut est mise en regard avec l’intonation utilisée par le locuteur. Tout écart entre ces deux réalisations constitue une forme marquée non prévisible et dès lors significative.
 
Notre approche présente plusieurs spécificités. D’abord, elle s’appuie sur une description détaillée des formes intonatives du français, qui à son tour repose sur l’analyse de corpus oraux. Ce modèle intonatif ne se limite pas aux variations mélodiques sur la dernière syllabe pleine du groupe intonatif, mais explicite aussi l’accent initial, la hauteur de la syllabe pénultième, la taille des intervalles mélodiques (majeurs et mineurs), le phénomène du changement de registre, et la tessiture du locuteur. Pour toute forme mélodique identifiée (signifiant prosodique) aux différentes positions (accent final, accent initial, pénultième, appendice…), on retient un signifié à la suite de l’étude de ses emplois dans plusieurs corpus.
 
La deuxième particularité concerne la caractérisation de la structure syntaxique, qui repose sur les notions de dépendance, de construction et de macro-syntaxe (au sens de Blanche-Benveniste et al. 1990). Alors qu’avec l’analyse en constituants on se retrouve parfois devant des cas de désaccord entre syntaxe et prosodie difficiles à expliquer, l’analyse de dépendance permet de rapprocher des phénomènes apparemment hétérogènes et de formuler une explication générale et concise.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

« Définis forts », « définis faibles » : quelques enseignements du créole martiniquais

Anne Zribi-Hertz (Université de Paris 8)

8 mars 2013 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Cet exposé présentera certains aspects de la morphosyntaxe et de la sémantique du syntagme nominal en créole martiniquais — un créole à base lexicale française, dont la grammaire est pourtant assez différente de celle du français. Le martiniquais se révèle avoir développé trois morphèmes pouvant être identifiés comme des marqueurs de « définitude ». La distribution et les effets sémantiques de ces morphèmes révèlent que l’un des trois signale ce qu’on peut appeler la définitude « forte » (« pragmatique », selon le terme de Loebner 1985, 2011), impliquant l’identification non ambiguë d’un référent par le biais d’un ancrage au contexte ou à la situation, et les deux autres un certain type de définitude « faible » (« sémantique », selon Loebner), impliquant la pré-identification d’un concept individuel, en amont du contexte et de la situation d’énonciation. La description linguistique de ces trois déterminants nous conduit à rapprocher les « définis faibles » du martiniquais des noms propres argumentaux — interprétés par défaut comme « définis’ — et à séparer la distinction « commun »/ »propre » de la question de l'(in)définitude. L’étude synchronique d’un créole à base française invite par ailleurs à s’interroger sur les contrastes français/créole, et les conditions qui ont rendu possible l’émergence des propriétés du créole.

 

Références

Löbner, Sebastian. 1985. ‘Definites’. Journal of Semantics 4: 279–326.

Löbner, Sebastian. 2011. ‘Concept types and determination’. Journal of Semantics 28: 279-333.

 

Télécharger l’exemplier

Séminaire ATILF

Prédire l’agglutination de l’article en mauricien

Olivier Bonami (Université Paris 4 et Laboratoire de Linguistique Formelle-Paris 7)

8 février 2013 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Les noms hérités du français en mauricien ont souvent une forme analogue à la séquence article + nom du français; une forme qui, sans doute, résulte d’une interprétation erronée de frontières de mot (fr. « dos » > mau. « ledo »; fr. « plage » > mau. « laplaz »; fr. « pain » > mau. « dipin »; etc.). La fréquence particulièrement élevée de ce phénomène en mauricien (en comparaison avec ce qui se passe dans les autres créoles à base française) est réputée être due à l’influence des langues bantoues ayant participé à sa formation (Baker, 1984; Strandquist, 2003). La présente étude est consacrée à une question légèrement différente : quels sont les facteurs qui favorisent ou défavorisent l’agglutination en mauricien, dans la mesure où tous les noms mauriciens d’origine française ne sont pas sujet à l’agglutination (fr. « fleur » > mau « fler »; fr. « marche » > mau. « mars »; etc.) ? Nous identifions certains facteurs qui sont susceptibles de jouer un rôle :
 
(i) L’identité du segment initial de l’étymon
(ii) La longueur en syllabes de l’étymon
(iii) Le genre de l’étymon
(iv) La fréquence de collocation de l’étymon avec l’article donnant lieu à agglutination
(v) La fréquence brute de l’étymon
(vi) L’age de l’étymon dans le lexique du français

 

Toutes ces propriétés ont été codées dans un lexique de 7325 noms mauriciens d’origine française, constitué à partir du dictionnaire mauricien de Carpooran (2011), du lexique phonétisé du français flexique (Bonami et al., en préparation), des informations de fréquence contenues dans la base lexique.org (New et al., 2007), et de dates d’attestation tirées du Trésor de la Langue Française. On a ensuite procédé à une série de régressions logistiques qui permettent de confirmer le rôle de ces différents facteurs et d’évaluer leur poids relatif.

 

Baker, P. (1984). ‘Agglutinated french articles in creole french: Their evolutionary significance’. TeReo.

Bonami, O., Caron, G., and Plancq, C. (in preparation). ‘Flexique: a large scale phonetized inflectional lexicon for French’. Laboratoire de Linguistique Formelle.

Carpooran, A. (2011). Diksioner Morisien. Sainte Croix (Mauritius): Koleksion Text Kreol, 2nd Edition.

New, B., Brysbaert, M., Veronis, J., and Pallier, C. (2007). ‘The use of film subtitles to estimate word frequencies’. Applied Psycholinguistics, 28:661–677.

Strandquist, R. E. (2003). Article Incorporation in Mauritian Creole, Master Thesis. University of Victoria.

Historique 2012 des séminaires de l’ATILF

Séminaire Langage, Travail et Formation

Deuxième séminaire du Réseau Langage, Travail et Formation

Eve Lejot (Universités Paris 3 La Sorbonne nouvelle et Hambourg), Dao Mercier et Josianne Veillette (Université de Fribourg)

16 novembre 2012 | 10h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment G | Salle G004

Résumé
Eve Lejot (Universités Paris 3 La Sorbonne nouvelle et Hambourg)
Langues officielles, langues officieuses en tension au travail : quelles pratiques observables ? Quels réinvestissements dans la formation ?
Résumé: Les sites principaux d’un constructeur aéronautique européen sont implantés en Allemagne et en France. Cependant, comme le stipulent certains documents internes l’anglais est la langue officielle de l’entreprise. Les déclarations des salariés deviennent plus flottantes quand on en vient au fonctionnement par département. L’équipe de travail est présentée par les personnes interviewées comme une zone à part par ses propres règles linguistiques. Nous avons analysé les tensions entre le prescrit et l’observable notamment grâce à l’étude du « mais » des entretiens. Lorsqu’ils abordent le sujet de la dimension personnelle, les salariés sont souvent tentés de se justifier de certains choix qui sont faits pour accomplir leurs tâches de travail au mieux. Ces choix dépendent de la compétence plurilingue et sont parfois mal assumés si cette dernière est limitée. Cette constatation nous invite à repenser les schémas de formation encore employés aujourd’hui.

 

Dao Mercier et Josianne Veillette (Université de Fribourg)
« Intégration par la langue » en Suisse : quelles recommandations officielles ? Quelles réalités dans les milieux professionnels ?
Résumé : À l’heure où les politiques migratoires exigent « l’intégration par la langue » des étrangers dans une Suisse constitutionnellement plurilingue, nous nous interrogeons sur la réalité linguistique d’étrangers qui habitent et qui travaillent dans les cantons de Neuchâtel et de Fribourg. Plus précisément, nous souhaitons jeter un regard sur la façon dont s’articulent l’application des recommandations officielles via les offres de cours de langue(s) et les pratiques sociolinguistiques observées dans certains milieux professionnels.

 

Télécharger le programme

Séminaire ATILF

La reconstruction des attaques de mots en chinois archaïque : comment une approche comparative peut renouveler la question

Laurent Sagart (CRLAO, CNRS/EHESS)

26 octobre 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Séminaire Langage, Travail et Formation

Le français professionnel : le nommer, le penser, agir || Perceptions et définitions des salariés en insécurité langagière dans le milieu professionnel

Florence Mourlhon-Dallies (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3) || Groupe Langage, Travail et Formation
(ATILF, Université de Lorraine & CNRS)

29 juin 2012 | 09h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Florence Mourlhon-Dallies (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3)
Le français professionnel : le nommer, le penser, agir
Résumé: En une dizaine d’années, la question du développement des compétences langagières à des fins professionnelles a connu de considérables évolutions dans notre pays : en témoigne la multiplication des différentes appellations (Français Langue Professionnelle, Français Compétence Professionnelle, français professionnel, français des professions). On peut, aujourd’hui, avec le recul, opérer une traçabilité des différentes dénominations qui ont été plus ou moins mises en avant selon les acteurs et les opérateurs du champ (politiques, universitaires, praticiens de terrain, éditeurs) et se demander ce qui est activé au travers de ces mots et expressions du point de vue des positionnements épistémologiques, idéologiques et pratico-pratiques. Nous nous attacherons à identifier un petit ensemble de lignes de force, en opérant une analyse exploratoire de quelques discours tenus en différents lieux ces quinze dernières années.

 

Groupe Langage, Travail et Formation (ATILF, Université de Lorraine & CNRS)
Perceptions et définitions des salariés en insécurité langagière dans le milieu professionnel
Résumé : Si les définitions des différents publics en insécurité langagière (analphabètes, illettrés, migrants faiblement scolarisés, etc.) ont peiné à se stabiliser, celles des mêmes publics en milieu professionnel sont encore plus difficiles à établir en raison de situations contextuelles professionnelles et de parcours sociolangagiers très complexes. Nous analyserons les perceptions et les définitions des salariés en insécurité langagière dans le milieu professionnel en nous basant sur la façon dont ils sont nommés et évoqués dans les documents professionnels (appels d’offre, cahiers des charges des formations, etc.) pour tenter de comprendre la façon dont les besoins, les perceptions et les demandes sont articulés.

 

Télécharger le programme

Séminaire technique/informatique

Journée « Exploitation de Corpus »

Serge Heiden (ENS Lyon) et Cécile Bertrand-Dagenbach (Université de Lorraine)

21 juin 2012 | 09h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salles Paul Imbs et 105

Résumé
La journée « Exploitation de Corpus », organisée conjointement par l’axe 2 de la MSH et l’ATILF, vise à fournir une initiation sur deux logiciels : TXM et Hyperbase.

Tous deux permettent de réaliser plusieurs tâches courantes pour les chercheur(e)s qui utilisent des corpus : concordances, analyses de vocabulaire(s) et analyses textuelles.

 

TXM (http://textometrie.ens-lyon.fr/) par Serge Heiden (slh@ens-lyon.fr)

  • Présentation salle Imbs 9h00
    TXM a été développé dans le cadre du projet ANR Textométrie et est basé au laboratoire ICAR, Lyon (Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations, http://icar.univ-lyon2.fr/).
     
    La plateforme TXM combine des techniques puissantes et originales pour l’analyse de grands corpus de textes au moyen de composants modulaires et open-source (Heiden, 2010 ; Heiden et al., 2010 ; Pincemin et al., 2010) et en en synergie avec les technologies de corpus et de statistique actuelles (Unicode, XML, TEI, TAL, CQP et R).
     
    L’une des particularités de la plateforme est qu’elle aide couramment, et de manière appropriée et progressive, les utilisateurs à réaliser les différentes tâches possibles sur un corpus ou bien à le construire (TXT, XML, Transcriber, BFM pour les principaux formats pris en charge). Elle est téléchargeable sous la forme d’un logiciel et installable sous Windows, Linux ou Mac (basée sur la technologie RCP). Par ailleurs, elle est accessible en ligne via un portail web.
     
    La plateforme TXM est couramment utilisée par des projets de recherche de différentes disciplines de lettres, sciences humaines et sociales comme l’histoire, la littérature, la géographie, la linguistique, la sociologie et les sciences politiques. Les publications scientifiques de textométrie sont présentées pendant la conférence internationale des « Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles » (JADT http://jadt.org), voir aussi Heiden and Pincemin, 2008).
     
    Enfin, un dernier aspect qui a motivé le choix de TXM vient de sa genèse même : le projet sous-jacent, Textométrie, a rendu possible l’articulation des logiciels existants du même type parmi les plus utilisés (Hyperbase, Etienne Brunet ; Xaira, Lou Burnard ; Weblex, Serge Heiden ; Lexico3, André Salem, etc.).
  • Travaux pratiques salle 105 de 10h30 à 12h30 (12 à 15 places maximum)

 

Hyperbase (http://www.unice.fr/bcl/rubrique38) par Cecile Bertrand-Dagenbach (cecile.bertrand-dagenbach@univ-nancy2.fr)

  • Présentation salle Imbs 14h00
    Hyperbase a été développé par Etienne Brunet au laboratoire BCL, Nice (Bases, Corpus, Langage, http://www.unice.fr/bcl/rubrique1).
     
    Comme TXM, Hyperbase permet d’analyser des corpus sous forme électronique avec des fonctionnalités proches (cf Annexes). Hyperbase utilise la technique classique de l’indexation et s’affranchit des limites de mémoire centrale (où d’autres logiciels doivent trouver la place pour contenir le texte entier). Voué ainsi au traitement des gros corpus, il a été appliqué à des textes de très grande ampleur : le journal Le Monde, le journal portugais Publico, l’Encyclopédie Encarta, et dernièrement l’intégrale de la revue Europe, grosse de 60 millions de mots. Au total les textes qu’Hyperbase a traités au laboratoire représentent une masse équivalente à celle que Gallica propose en mode texte, soit 1500 titres, et la moitié de Frantext.
     
    L’intérêt d’Hyperbase pour cette journée vient en partie de son utilisation par le LASLA (http://www.cipl.ulg.ac.be/Lasla/index.html, Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes). A ce titre, Dominique Longree, le directeur de ce laboratoire, fera une présentation d’Hyperbase relativement à l’utilisation qui en est faite, notamment avec les textes anciens et en relation avec les projets principaux du laboratoire : (1) Développements de la banque de données de textes latins, (2) Grammaticométrie et classification des textes historiques latins, (3) Motifs syntaxiques et topologie textuelle, (4) Lemmatisation assistée par ordinateur et analyse syntaxique automatisée. En sus, Dominique Longree profitera de son expérience en la matière pour initier les chercheur(e)s intéressé(e)s à l’utilisation du logiciel en général, avec des corpus contemporains comme anciens.
  •  

  • Travaux pratiques salle 105 de 15h45 à 17h45 (12 à 15 places maximum)

 

Pour des raisons d’organisation (TP et pauses), si vous envisagez de participer à cette journée, inscrivez-vous en vous abonnant à https://courrier.atilf.fr/sympa/info/exploitcorpus

Séminaire technique/informatique

Les outils et les corpus de la base CHILDES

Christophe Parisse (Université Paris X)

15 juin 2012 | 09h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle 105

Résumé
Cet atelier a pour but de présenter à des utilisateurs novices l’interface et les principes d’utilisation du logiciel CLAN.
 
Les deux fonctions principales de CLAN seront abordées:
 
– alignement de la vidéo ou du son avec du texte.
– outils de traitement des corpus et d’analyse quantitative des énoncés transcrits ou des annotations créées par le chercheur (calcul de fréquences : nombre d’énoncés, nombre total de mots, nombre de mots différents, fréquence de certaines formes d’annotations ; calcul de la LME ; repérage automatique de mots ou de constructions dans le texte et dans leur contexte etc., modifications, édition, lien avec feuilles de calcul Excel)
 
La base CHILDES, large base de données de corpus qui peut servir d’exemple à l’utilisation de corpus pour l’étude du langage, sera également présentée.
 
Enfin, les liens et passerelles entre le système CLAN/CHILDES et d’autres logiciels et systèmes seront décrits.

Séminaire ATILF

Construal and Verbal Semantics

William Croft (University of New Mexico, Albuquerque,USA)

25 mai 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
An important theoretical construct in cognitive linguistics is conceptualization or construal. Construals are alternative ways of conceptualizing a particular experience to be communicated in language. Many grammatical constructions exist in order for a speaker to express alternative construals of human experience. I will offer a definition of construal and general principles of how construal operates in language and how construal is constrained. The theory of construal will be illustrated using a geometrical model of the aspectual and causal structure of events as they are expressed in verbs (more generally, predicates). This model is described in detail in Verbs: aspect and causal structure (Oxford University Press, 2012). Tense-aspect constructions conceptualize events unfolding over time as having certain properties that can be represented neatly in a two-dimensional geometric model. Argument structure constructions conceptualize the causal structure of events as (at least prototypically) a directed acyclic nonbranching causal chain.

Séminaire ATILF

« …pour le prouffit et utilité de vostre royaume… » : Le programme iconographique du manuscrit de dédicace de la Cité de Dieu (BnF, Français, 22912-22913)

Valérie Fraissinet (Université Paris Ouest-Nanterre)

4 mai 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Souhaitant diffuser dans son royaume un corpus de textes d’auteurs antiques, le roi Charles V avait commandé à l’un des ses légistes, Raoul de Presles, la traduction en français du De civitate Dei de saint Augustin. Le manuscrit de dédicace de la Cité de Dieu fut orné d’un programme iconographique qui vient renforcer la dimension pédagogique d’un texte copié et enluminé avec soin. En effet, un cycle de 23 miniatures articule le propos et en souligne la structure. Raoul de Presles a-t-il été le concepteur de ce programme ? Quel rapport le texte et la glose du traducteur entretiennent-ils avec les images ? Quelles évolutions présentent les nombreuses copies enluminées de cette traduction, et le codex originel a-t-il exercé une influence sur l’iconographie postérieure de la Cité de Dieu ? Autant de questions auxquelles il sera tenté d’apporter quelques éléments de réponse.

Une fois la tradition iconographique établie, la conférence s’efforcera de déterminer le rôle exact joué par l’imagerie du manuscrit réalisé pour le souverain ainsi que la place qu’elle tient dans le projet didactique. La confrontation avec les cycles ultérieurs, et notamment avec un témoin du dernier cycle enluminé, le Français 18-19 daté autour de 1471-73, permettra d’en souligner les évolutions, et de réfléchir aux intentions des commanditaires et aux choix mis en œuvre par les artistes.

Séminaire ATILF

Texte et grammaire

Pierre Le Goffic (Université Paris 3)

27 avril 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | Salle A29A

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

Les propriétés du discours électronique médié

Jan Lazar (Université d’Ostrava – République Tchèque)

26 avril 2012 | 16h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Notre époque est inséparablement liée aux nouvelles formes de communication électronique. Après le phénomène du téléphone portable, c’est l’Internet qui notamment commence à conquérir nos foyers (Uvírová, 2003, 324). Le monde de l’Internet ouvre à ses internautes de nouvelles formes de communication, parmi lesquelles il faut mentionner la messagerie, les forums de discussion et les tchats. Les sites de rencontre, les tchats ne cessent de croître, car à n’importe quelle heure on peut y toujours trouver un internaute prêt à discuter. Parmi ces services se répand une activité langagière particulière qui se caractérise entre autres par les nouvelles formes scripturaires du langage parlé. Ce discours électronique particulier a engendré la création de quelques expressions néologiques qui essayaient de le dénommer. Mentionnons les termes tels que « cyberl@ngue » (Dejond, Mercier, 2002), « Communication éléctronique scripturale – CES » (Anis, 1998, 1999,2002, 2006) ou « Discours électronique médié – DEM » (Panckhurst, 2006, 345).

 

Télécharger le résumé complet

Séminaire ATILF

Pour une édition complète et une étude linguistique globale du Mariale lyonnais du ms. de Paris, BNF, fr. 818 (XIIIe siècle)

Stefania Maffei-Boillat (Université de Lausanne, Suisse)

30 mars 2012 | 10h15
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le manuscrit de Paris, BNF, fr. 818 renferme dans sa première partie l’une des plus amples collections de miracles de Notre-Dame en langue vulgaire du XIIIe siècle. Composée vers 1220-1230 dans la région de Lyon, cette compilation anonyme compte parmi les rares textes littéraires produits au Moyen Âge dans l’espace francoprovençal, et sa langue, qui se présente comme un savant mélange de formes françaises et de formes lyonnaises, intéresse les dialectologues et les lexicologues depuis plus d’un siècle. Ce précieux témoignage linguistique n’a cependant fait l’objet que d’études fragmentaires, et demeure à ce jour partiellement inédit.
 
Dans le cadre de la préparation de l’édition des pièces non encore publiées de ce « Mariale en langue vulgaire » (P. Meyer) et de l’étude linguistique de l’ensemble du recueil, nous nous proposons de revenir sur les principaux éléments qui font la singularité de ce corpus (profil linguistique de l’auteur et du copiste, complexité de la scripta), de dégager quelques principes méthodologiques, et, enfin, de présenter un échantillon des riches matériaux lexicaux francoprovençaux offerts par ce recueil, matériaux qui demeurent en partie méconnus et se trouvent parfois répertoriés dans les dictionnaires sous la fausse étiquette « française ».

Séminaire ATILF

L’annotation des expressions référentielles et de leurs relations. Introduction et suivi des personnages dans « L’occupation des sols » de Jean Echenoz

Michel Charolles et Frédéric Landragin (LATTICE)

23 mars 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le suivi des référents est une des taches essentielles dans la compréhension, notamment des récits, où on s’attend à ce que les lecteurs identifient et réidentifient précisément les personnages au fur et à mesure de leurs apparitions et disparitions tout au long de textes qui peuvent être longs et faire allusion à un vaste personnel.
 
Les nombreux et riches travaux de linguistique, de psycholinguistique et de traitement automatique, consacrés aux expressions référentielles, anaphoriques et aux chaînes de référence, permettent, comme on s’attachera à le montrer à partir d’une nouvelle de Jean Echenoz intitulée « L’occupation des sols »
 
– d’analyser finement la façon dont un auteur peut introduire et reprendre les personnages au fil du texte et exploiter les ressources sémantiques qu’offrent les différentes formes de reprise éligibles à tel ou tel point de l’histoire,
 
– d’annoter systématiquement ces expressions à l’aide d’un système dévolu à cette tâche pour suivre précisément leur destin.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

La grammaticalisation des possessifs dans les langues romanes

Marleen Van Peteghem (Université de Ghent)

9 mars 2012 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Cette conférence présentera une analyse des paradigmes du possessif dans quatre langues romanes (français, espagnol, italien, roumain), dans le but d’examiner dans quelle langue la grammaticalisation du système possessif est la plus avancée.
 
Comme l’ont montré plusieurs auteurs, les paradigmes des possessifs des langues romanes contiennent trois types de possessifs : des adjectifs, des déterminants et des pronoms (voir Cardinaletti 1998, Schoorlemmer 1998, Zribi-Hertz 1999, Ihsane 2000, Alexiadou 2004). Lorsqu’on compare le système possessif de chacune de ces langues avec le système latin, dont tous les possessifs romans dérivent, deux tendances dominent: (i) les pronoms possessifs tendent à être éliminés, et (ii) les adjectifs possessifs sont devenus soit des déterminants, soit des adjectifs défectifs, avec une distribution restreinte.
 
L’étude approfondie de chaque type disponible dans les quatre langues montre que le système possessif de chacune de ces langues est différent. Il s’agira donc d’examiner dans quelle mesure ces différences sont le résultat de processus de grammaticalisation. De cet exposé il ressortira que le système possessif français présente le système le plus grammaticalisé puisqu’aucun de ses deux paradigmes ne présente des propriétés adjectivales. Le système le moins grammaticalisé est celui de l’italien, tandis que l’espagnol et le roumain occupent une position intermédiaire. L’espagnol combine le système français des formes clitiques avec le système italien des formes fortes. Quant au système roumain, la dépendance de la forme possessive de l’article défini ou de son substitut AL montre qu’il est plus grammaticalisé que le système italien.

 

Télécharger l’exemplier

Séminaire ATILF

Une approche « formulaire » pour l’analyse des discours institutionnels : l’exemple de la formule « développement durable »

Alice Krieg-Planque (Céditec (EA 3119) et Université Paris-Est Créteil (UPEC))

9 mars 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Cette conférence s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire fortement ancrée en sciences du langage, et qui vise à appréhender certains aspects des discours politiques, médiatiques et institutionnels contemporains.
 
Dans ce cadre, la notion de « formule » est considérée comme particulièrement heuristique : s’appuyant sur du linguistiquement descriptible et sur du discursivement observable, elle permet de saisir la façon dont les acteurs sociaux organisent, par le moyen des discours, les rapports de pouvoir et d’opinion.
 
L’intervention permet de rappeler la généalogie et la définition de la notion de « formule », et de souligner les relations multiples qu’un tel type d’entrée entretient avec des questionnements essentiels des sciences du langage (lexique, figement, néologie, métalangage, métadiscours, sentiment linguistique…).
 
Au cours de l’exposé, une place particulièrement importante est ménagée à l’exemple de la formule « développement durable », dont on montre qu’elle constitue un opérateur de neutralisation de la conflictualité, contribuant à l’élaboration de discours de consensus. Là aussi, le soubassement profondément linguistique des phénomènes observés se fait jour, par exemple lorsqu’il s’agit d’identifier la concessive comme type d’opération syntaxique constitutive des définitions et paraphrases de « développement durable », avec lesquelles cette formule continue de maintenir, dans l’interdiscours, le contact.

Séminaire ATILF

Langues visuo-gestuelles : Conséquences de la motivation du lexique sur la morphologie lexicale.

Annie Risler (UMR 8163 STL, CNRS et Université Lille3 & Lille 1)

27 janvier 2012 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Les Langues Signées (LS) sont caractérisées par leur lexique motivé : la forme même des unités lexicales est profondément contrainte par l’iconicité inhérente à la modalité visuo-gestuelle. En conséquence, le lien entre le signe et ce à quoi il réfère est conventionnalisé, mais non arbitraire.
Ma volonté de repenser le cadre d’analyse des LS à partir des contraintes induites par leur modalité m’a amenée à étudier la structure des unités du lexique, non pas à partir du rapport motivé entre le signe et son référent, mais à partir du lien entre la face signifiante et la face signifiée du signe.
 
Tout signe résulte d’un mouvement, qui met en saillance une forme manuelle relativement à un support. Il en résulte un trace signifiante. Il est possible de déterminer différents types de mouvements (tracé, trajectoire, mise en mouvement..), de formes (reprise de forme, reprise de frontière, main) et d’ancrages (spatial, corporel, manuel), en lien direct avec les procédés d’imagerie cognitive.
 
Cette catégorisation des formes et des mouvements s’émancipe des formes physiques qui permettent de les articuler. Elle trouve son intérêt dans l’étude de la variation des signes, au plan flexionnel et dérivationnel, car celle-ci s’appuie sur le jeu qui consiste à retrouver la pertinance du lien de motivation entre signifiant et signifié.
Je mettrai ainsi en évidence les liens entre la structure nécessairement iconique du signe notionnel et ses potentialités de variation contraintes, à partir du paramètre de mouvement.

 

Références bibliographiques
LANGACKER R. 1991 “Noms et verbes”, in Sémantique cognitive, Communications n° 53, Seuil, Paris.
RISLER A. 2000, La langue des signes française, langue iconique : ancrage perceptivo-pratique des catégories du langage et localisme cognitif à travers l’étude de la motivation des signes et de la spatialisation des relations sémantiques, Thèse de doctorat, Université Toulouse Le Mirail.
RISLER A. 2002, “Point de vue cognitiviste sur les espaces en LSF”, in Lidil n°26, Grenoble, Lidilem, pp.45-61.
WILCOX S. 2004. “Cognitive Iconicity: Conceptual spaces, meaning, and gesture in sign languages”. Cognitive Linguistics 15-2, pp119-147.

Historique 2011 des séminaires de l’ATILF

Séminaire ATILF

Énonciation et narratologie : la question du savoir et de l’‘omniscience’ du narrateur

Alain Rabatel (Université de Lyon 1)

2 décembre 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment A | salle A104

Résumé
La question du savoir des personnages ou du narrateur implique un cadrage préalable sur les instances énonciatives du point de vue (notion qu’on préfère utiliser, plutôt que celle de ‘focalisation’) (1). Ce cadrage permettra de revenir dans un deuxième temps de façon critique sur les thèses essentielles de la narratologie genettienne relativement au savoir : la thèse de l’ominiscience du narrateur et son pendant, avec de celle de la restriction de champ de la focalisation interne et du degré minimal de savoir de la soi-disant focalisation externe (2). Dans un troisième temps, on discutera, à partir de textes, pour voir quand et dans quelle mesure il y a ‘omniscience narratoriale’, ou plutôt supériorité manifeste du savoir du narrateur, tant il est vrai que la question de l’omniscience ne doit pas être posée en termes ontologiques, mais en termes linguistiques (3). Dans les autres cas, on proposera des pistes pour traiter de ces questions en termes de co-énonciation ou, selon les cas, de sur-énonciation et de sous-énonciation (4).

Séminaire ATILF

Universal semantic primes surface in human languages : French and English perspectives

Anna Wierzbicka (Australian National University, Canberra)

7 novembre 2011 | 15h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
The search for conceptual primes in language began in the 17th century with Leibniz. He posited the existence of an alphabetum cogitationum humanarum, an alphabet of human thoughts, which he believed could be discovered by experimental semantic analysis, i.e. by attempting a large number of definitions of ordinary words in order to discover which meanings can be defined without circularity and which cannot. It was a conception closely akin to Descartes’s, Pascal’s and Arnauld’s pursuit of “clear ideas” and indefinable words.
 
After Leibniz’s death the project fell of the linguistic and philosophical agenda, until the second half of the 20th century, when it was taken up again by the Polish semanticist Andrzej Boguslawski. It was subsequently turned into a large-scale research program in the work of linguists in the Natural Semantic Metalanguage paradigm program, initiated in my l972 book Semantic Primitives and later developed jointly with my Australian colleague Cliff Goddard.
 
Leibniz never proposed anything like a complete list of the elements making up the presumed “alphabet of human thoughts”. As of 2010, however, NSM researchers have advanced a complete and testable set of fundamental human concepts that surface in all languages.
 
Thus, this talk will report on the culmination of a long search: the discovery of a set of sixty four elementary meanings common to all languages and presumably innate.
 
Two versions of this set, English and French will be presented in my talk. The potential of this set as a precise tool for investigating meanings and as a common measure for comparing meanings and ideas across languages and cultures will be illustrated with French and English examples.
 
In particular, I will focus on the French words douleur and bonheur and their putative English equivalents pain and happiness. I will also talk about the English cultural keyword empirical and I will show how it differs in meaning from the French word empirique. More broadly, I will discuss the cultural underpinnings of such differences in the meaning of words and the new vistas that the discovery of universal conceptual primes opens for lexicography, language teaching and the scientific investigations of languages, cognition and culture.

Séminaire ATILF

Modalisateurs à effets dialogiques – polyphoniques

Laurent Perrin (Université Paul Verlaine – Metz)

14 octobre 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Cette présentation a deux objectifs. Sous un angle à la fois diachronique et sémiotique ou sémiologique d’abord, nous observerons que les expressions énonciatives, quelles que soient leurs catégories lexico-grammaticales originelles, correspondent toutes à une même sorte d’expressions linguistiques à l’arrivée, délivrées des contraintes de rection (au plan syntaxique) et de dénotation (au plan sémantique) associées à la fonction symbolique du langage. Qu’il s’agisse d’interjections, d’adverbes d’énonciation, de formules verbales parenthétiques ou autres locutions analogues, les expressions énonciatives ne sont pas des symboles, mais des indices (ou symptômes) consistant à coder les opérations pragmatiques susceptibles d’être effectuées dans le discours.
 
Sous un angle synchronique, ces opérations seront ensuite définies sur la base de deux principales distinctions segmentales au plan discursif, qui correspondent à deux niveaux d’opposition entre formules énonciatives. La première distinction, entre modalisateur de proposition simple et connecteur, a souvent été étudiée sous l’angle de ce qui oppose les plans énonciatif et respectivement textuel à l’intérieur du sens (chez Combettes, par exemple) ; ce qui a trait d’un côté à la subjectivité du locuteur ou énonciateur dans l’acte d’énonciation, et ce qui a trait d’un autre côté aux relations discursives entre différents actes à l’intérieur d’interventions (au sens Roulet) ou périodes discursives complexes (macro-syntaxiques, selon Berrendonner). Quant à la seconde opposition, elle repose sur ce qui sépare le niveau monologique d’une part, relatif à la construction des interventions ou périodes dont il vient d’être question, et le niveau dialogique d’autre part, qui concerne la construction des échanges (selon Roulet), et corrélativement les formules modales que nous dirons précisément dialogiques et parfois polyphoniques (par opposition aux simples modalisateurs ou connecteurs).

Séminaire ATILF

Sociolinguistique de l’oral et de l’écrit dans le Dictionnaire de Richelet (1680)

Christine Cuet (Université de Nantes)

3 juin 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La position de Richelet concernant la variation du français est très moderne car elle fait état de la variation sociolinguistique sans pour autant être prescriptive : « l’un et l’autre se dit » ou « l’usage est pour… » reviennent constamment dans les remarques de prononciation, qui nous renseignent sur les alternances vocaliques et consonantiques. Richelet recueille la prononciation des corps de métier, du parler populaire de Paris, du parler provincial qui « écorche les oreilles » (Normandie et Dauphinois)… Il y a « ceux qui parlent mal » et ceux qui ont le « bel usage » sans que ce dernier terme soit clairement défini. Richelet exprime surtout un constat, influencé probablement et reprenant certainement des remarques des prescripteurs de l’époque, mais sa propre formulation est rarement prescriptive, et les moqueries sont souvent dues à ses conflits personnels qu’il souligne nommément dans ses articles.
 
Richelet relève les variations sociolinguistiques et est en cela un témoin exceptionnel de la langue de la fin du 17ème siècle. Comme il l’exprime dans la Préface du Dictionnaire, son souci est de rendre compte au mieux de la langue de ces contemporains et d’aider les étrangers qui apprennent le français (sa source la plus importante de revenu ayant été l’enseignement du français aux étrangers). Outre sa valeur en tant que lexicographe, s’appuyant sur des citations d’auteurs contrairement à l’Académie qui s’appuie sur des exemples construits, Richelet apporte beaucoup à la connaissance des variétés du français à l’époque de Louis XIV, sur les plans de la prononciation et de l’orthographe, par ses remarques très nombreuses.
 
Je propose dans ma communication d’argumenter sur ce propos. Pour ma thèse (1987), j’avais relevé toutes les remarques concernant la prononciation et l’orthographe dans mon corpus. J’ai récemment traité statistiquement le corpus (environ 30 pages) qui concerne la formulation des remarques de prononciation. Je présenterai les alternances vocaliques et je comparerai les observations de Richelet à celle de Ménage.
Richelet s’inscrit dans une perspective ouverte, dans la lignée qui va de Vaugelas à Littré, par un mélange de citations d’auteurs et de références à la langue courante. Le principe de Richelet est d’enquêter et d’observer tout ce qui se dit ou s’écrit et de clarifier cette somme importante de données en délimitant précisément les différents usages.

Séminaire ATILF

De la variété lexicographique : analyse de trois dictionnaires contemporains

Christine Jacquet-Pfau (Collège de France)

27 mai 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Le dictionnaire d’usage est, pour un grand nombre d’utilisateurs, tous publics confondus (ou presque !), « la » référence, qui inscrit tel ouvrage précis (référencé notamment par son éditeur et son millésime) dans une perspective normative.
 
Contrairement à une certaine tradition qui a figé le dictionnaire comme « hors-discours », nous considérons au contraire le dictionnaire comme un des nombreux lieux discursifs. Il doit en effet être lu et analysé comme une description originale de la langue, d’un éditeur à l’autre, d’une époque à une autre, voire d’une année à l’autre chez un même éditeur. Or, que l’on analyse un dictionnaire donné dans une édition donnée ou, au contraire, plusieurs dictionnaires publiés la même année, nous constatons que la variété comme la variation y sont bien présentes.
 
Nous proposons d’analyser trois dictionnaires contemporains dans leur édition la plus récente (Le Petit Robert, Le Petit Larousse illustré et le Dictionnaire Hachette) et de montrer, d’une part, que la langue – le français en l’occurrence – est loin d’être figée et, d’autre part, que la description lexicographique qui en est faite donne place à des points de vue différents, exprimés à la fois par les lexicographes et par les éditeurs (dictionnairique) sur la langue, mais aussi sur la société. Seront abordés le discours sur la langue et sa description dans les préfaces et documents annexes, ainsi que quelques points particuliers tels que les choix opérés lors de la constitution de la nomenclature, la variation orthographique (y compris les propositions de réforme de 1990) et la féminisation.
 
Notre objectif est de montrer qu’un dictionnaire ne doit pas être enfermé dans une seule dimension normative ou prescriptive (trop souvent exprimée par une affirmation péremptoire telle que : « c’est écrit dans “ le ” dictionnaire »), mais qu’il doit être appréhendé par une lecture et une pratique ancrées dans la notion de variété / variabilité.
 
Notre réflexion s’appuie largement sur les pratiques exprimées et attestées par nos étudiants de premier cycle universitaire, voire de master. Elle se trouve plus largement confortée, au-delà de l’enseignement, par d’autres lectures, de celle de la documentaliste à celle de l’usager qui utilise un dictionnaire pour trouver la réponse à une interrogation orthographique, sémantique, voire grammaticale.
 
Nous considérons donc comme fondamental de développer, notamment dans le cadre de l’apprentissage, une lecture critique, multiple et, finalement, raisonné des dictionnaires.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

La structure prosodique dynamique : une reformulation fonctionnelle-cognitive

Philippe Martin (Professeur à Paris 7 et directeur de l’EA ARP)

20 mai 2011 | 14h00
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Que ce soit la théorie autosegmentale-métrique qui associe les formes générées par une grammaire aux événements prosodiques, ou les analyses basées sur des relations de dépendance, la plupart des modèles théoriques de l’intonation ont en commun une vision statique de la relation prosodie-syntaxe, dans laquelle les deux organisations, syntaxique et prosodique, sont analysées sans tenir compte de l’aspect dynamique du processus d’encodage et de décodage nécessairement réalisé au cours du déroulement de l’énoncé par l’auditeur lors de l’acte de parole.
 
Or, dans la parole spontanée, tout ne se passe pas comme si locuteur et auditeur connaissaient à l’avance tous les détails du déroulement et de l’élaboration des structures syntaxique et prosodique. L’émergence relativement récente de transcriptions et d’analyses de corpus spontanés a montré au contraire que de telles conditions ne se rencontrent en réalité que pour des énoncés lus, et que la production de parole spontanée implique des constructions dynamiques et non pas statiques des différentes structures.
 
Pour tenir compte de cette caractéristique dynamique, nous proposons une reformulation du concept de structure prosodique selon un mécanisme fonctionnel-cognitif qui rend également compte des nombreuses variantes observées dans les corpus de parole spontanée.

Séminaire ATILF

Combien faut-il de dictionnaires pour décrire le français ?

Nadine Vincent (Université de Sherbrooke, Canada)

29 avril 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Depuis le 17e siècle, la France a produit la presque totalité des dictionnaires de langue générale de la francophonie, d’abord pour des raisons de monopole, ensuite pour des raisons de démographie et de marché.
 
Au cours des dernières décennies, l’intégration dans les dictionnaires français de mots « régionaux » des français de Belgique, de Suisse, du Québec et d’Afrique s’est multipliée, au point de donner aujourd’hui l’illusion que tout francophone peut s’y retrouver.
 
Pour décrire les différentes variétés de français, peut-on se contenter de l’ajout de mots extra-hexagonaux dans les dictionnaires français ? Et même, en poussant l’exercice un peu plus loin, serait-il envisageable de regrouper en un seul ouvrage l’ensemble des variétés de français, en tenant compte des variations tant diatopiques que sociolectales ? Non. Parce que le français n’est pas constitué d’un tronc commun dont seules les ramilles et les feuilles varient d’un territoire à l’autre. Et parce qu’un dictionnaire n’est pas un recensement objectif des ressources d’une langue.
 
Passons rapidement sur la question de la nomenclature, qui a été maintes fois traitée. Cet apport cosmétique qui sert d’argument de vente hors de France n’est en fait qu’un appât pour convaincre les utilisateurs qu’ils pourront y trouver leur compte.
 
Nous avons consacré à ces variantes, en les indiquant par une marque spécifique, une place réduite mais suffisante pour que chacun, où qu’il soit, ait une relation de complicité avec son Petit Larousse (préface du Petit Larousse 1999 citée dans Garnier, 2005 : 226).
 
Intimement liée à la question de l’enrichissement de la nomenclature, se pose la délicate question de la description de ces spécificités, question qui a, elle aussi, été amplement débattue (voir notamment Boulanger 2005, Mercier 2008, Verreault et Galarneau 2009).
 
Une fois prise la décision d’inclure des mots des français hors de France, se pose le problème de leur traitement. C’est en effet tout un défi pour le lexicographe que de parler de l’identité de l’autre dans sa langue à lui [?] à la satisfaction des deux parties (Poirier, 2003 : 211)
 
En effet, au-delà des éléments différentiels identifiables et perfectibles, c’est toute la métalangue d’un dictionnaire qui est marquée par la variation, tout le tissu idéologique aussi, qui est propre à une société dont le dictionnaire se veut le miroir, et qui ne peut satisfaire des locuteurs occupant des espaces culturels, géographiques et politiques distincts.
 
À partir de l’expérience concrète du Dictionnaire de la langue française : le français vu du Québec[1] , actuellement en cours de production[2] , nous nous proposons d’analyser quelques-unes de ces dimensions profondes de la variation qui rendent illusoire la description objective d’un français « partagé ».
 
Cette « québécisation » d’un dictionnaire élaboré au Québec se manifeste aussi bien dans la politique éditoriale (choix des indicateurs, traitement des anglicismes, féminisation des titres, etc.) que dans la différence de perspective (rapport à l’histoire, à l’espace, à la langue, nordicité, américanité, etc.).
 
Ultimement, comme l’outil servant à décrire la langue est la langue elle-même, on retrouve la « variété » québécoise dans les définitions, les exemples et les citations d’emplois non marqués.
 
À l’évidence, une seule image ne peut suffire à illustrer l’ensemble des usages de la francophonie. C’est plutôt une mosaïque qu’il faut s’atteler à construire, et dans cette oeuvre collective, chacun doit polir sa pierre.

 

BIBLIOGRAPHIE
BOULANGER, Jean-Claude (2005) « L’épopée du Petit Larousse au Québec de 1906 à 2005 », dans Monique Cormier et Aline Franoeur (dir.), Les dictionnaires Larousse, genèse et évolution, Les Presses de l’Université de Montréal, p. 249-276.

GARNIER, Yves (2005) « Les francophonismes dans le Petit Larousse », dans Monique Cormier et Aline Francoeur (dir.), Les dictionnaires Larousse, genèse et évolution, Les Presses de l’Université de Montréal p. 219-248.

MERCIER, Louis, (2008) « Travailler depuis le Québec à l’émancipation de la lexicographie du Français », dans Claudine Bavoux (dir.), Le français des dictionnaires. L’autre versant de la lexicographie française, De Boeck éditeur, p. 289-308.

POIRIER, Claude (2003) « Variation du français en francophonie et cohérence de la description lexicographique » dans Monique Cormier, Aline Francœur et Jean-Claude Boulanger (dir.), Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution , p. 189-226

VERREAULT, Claude et Annie Galarneau (2009) « L’inclusion des particularismes extra-hexagonaux dans la dernière édition du Grand Robert : réalité ou mirage de la francophonie ? » dans International Journal of Lexicography, Oxford University Press, Vol. 22(3) : 259-280.

 

1. Le projet s’inscrit dans le cadre des travaux du Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ), et plus particulièrement du groupe de recherche FRANQUS (Français Québécois : Usage Standard) de l’Université de Sherbrooke. Pour plus d’informations, consulter le site du projet : franqus.ca.

2. Près de 35 000 articles sont déjà consultables en ligne, gratuitement, sur inscription.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

Les contours montants non terminaux du Français : contraste, opposition et distribution

Elisabeth Delais-Roussarie (CNRS, UMR 7110 / Laboratoire de Linguistique formelle, Université Paris-Diderot)

15 avril 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | Salle A

Résumé
L’intonation du français se caractérise par l’utilisation de nombreux contours montants et montants-descendants. Ces derniers apparaissent en fin d’énoncés, comme, par exemple, en fin de questions déclaratives (cf. contour d’interrogation chez Delattre (1966)) ou en fin d’énoncés assertifs avec une valeur particulière (cf. contour d’implication).
(1) Pierre est venu ?
(2) A : Qui est le père ?
B : Julien ! évidemment !
 
Les contours montants apparaissent aussi en fin d’unités prosodiques non-terminales. Ils sont alors souvent regroupés dans la « catégorie » des contours de continuation.
(3) Chaque après-midi, les enfants viennent.
(4) Le fils ainé de mon voisin est venu.
(5) Elle est jeune, elle habite dans la banlieue lyonnaise, et elle s’appelle Melodine.
 
Nous nous intéressons plus particulièrement à cette dernière catégorie de contours montants. Notre interrogation est double :
– savoir si ces contours peuvent tous être regroupés dans une même classe phonologique, leur réalisation étant alors liée à leur position, ou s’il est pertinent de distinguer, comme le fait Delattre (1966), le contour de continuation mineur et le contour de continuation majeur ;
– savoir si la distinction entre ces contours et les contours montants et montants-descendants de fin d’énoncé (cf. (1) et (2)) peut être établie comme catégorielle sur les plans phonétique et phonologique, ou si la distinction naît essentiellement de leur distribution.

 
Tenter de répondre à ces questions nous semble essentiel non seulement pour avancer vers la construction d’un inventaire structuré des contours intonatifs du français, mais également pour mieux appréhender l’opposition phonologie/ phonétique en intonation.

Séminaire ATILF

Genèse et développement de la catégorie du neutre

Tania Paciaroni (Universität Zürich)

15 avril 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La recherche sur les langues romanes est depuis longtemps traversée par un débat, toujours vif, sur la manière dont le système du genre, et en particulier le neutre latin, s’est développé du latin au roman. Dans presque toutes les langues romanes modernes, les noms appartiennent soit au masculin, soit au féminin, tandis que les noms neutres du latin ont été réaffectés principalement au masculin, et en partie au féminin. Pour cette raison, de nombreux chercheurs (probablement la majorité) ont supposé que cette réduction d’un système tripartite à un système bipartite doit s’être produite au stade proto-roman. Dans cette communication qui reprend l’analyse proposée dans Loporcaro & Paciaroni (2011), nous montrerons que cette idée largement répandue néglige l’existence d’une quantité considérable de preuves venues de tous les rameaux de la famille romane, voire l’existence de systèmes à quatre genres dans une partie non négligeable de la Romania – fait passé inaperçu jusqu’ici. Nous nous livrerons à une analyse des données romanes pertinentes, à une comparaison sommaire avec d’autres systèmes de genre décrits dans la recherche en typologie linguistique, ainsi qu’à une reconstitution détaillée de la façon dont les systèmes de genre en question pourraient s’être développés durant la transition du latin au roman.

 

LOPORCARO Michele & Tania PACIARONI, 2011, « Four-gender systems in Indo-european ». Folia linguistica, 45/2.

Séminaire ATILF

Les dictionnaires et l’emprunt : métalexicographie et histoire d’une idée linguistique

Agnès Steuckardt (Université de Provence)

8 avril 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
La définition linguistique de l’emprunt n’est pas, aujourd’hui encore, absolument stabilisée : la notion de xénisme en particulier prête à des interprétations différentes. A fortiori, si l’on remonte vers les périodes où la linguistique n’est pas constituée en tant que discipline autonome dans le champ de la connaissance, l’emprunt linguistique apparaît comme une notion en cours de constitution. C’est cette émergence, depuis les premiers dictionnaires, d’une notion linguistique que nous proposons de suivre, en nous appuyant sur les travaux présentés lors du colloque « Les dictionnaires et l’emprunt » (Aix-en-Provence, mai 2009), et publiés en 2011 aux Publications de l’Université de Provence.
 
Le caractère non standardisé de la rédaction, dans les plus anciens dictionnaires de la langue française – auxquels nous nous intéresserons plus particulièrement ici –, s’il peut apparaître, au regard de l’art lexicographique, comme une insuffisance, devient un avantage lorsqu’il s’agit de comprendre un processus de conceptualisation en cours. On montrera dans un premier temps combien variées sont, du XVIe au XVIIIe siècle, les manières d’indiquer l’emprunt. Pris de, tiré de, écorché de, mot latin, mot italien, anglicisme : autant d’indicateurs dont on ne sait au juste si la fonction est de fournir au lecteur curieux une information érudite, ou de mettre en garde sur une intégration imparfaite dans la langue française. Cette équivoque du discours lexicographique révèle une hésitation sur le concept même : relève-t-il de la pure description diachronique, ou bien doit-il aussi être appréhendé, en synchronie, comme un point fragile de la norme lexicale ?
 
L’entrée de la lexicographie dans l’ère de la modernité, à laquelle on viendra ensuite, n’a pas véritablement résolu la question. La standardisation du discours lexicographique a, apparemment, confiné l’indication d’emprunt dans la rubrique consacrée à l’étymologie. Cependant, les sélections de la nomenclature, les choix et informations phonétiques et graphiques impliquent, de fait, l’existence d’une réflexion sur l’intégration du mot emprunté. Méfiance à l’égard d’un concept imparfaitement théorisé ? Réticence à prononcer des jugements d’intégration sujets à caution ? Les dictionnaires contemporains laissent, pour une large part, dans l’ombre la question de l’emprunt.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

Les conversions de nom à verbe et de verbe à nom en français

Delphine Tribout (docteur, LLF)

25 mars 2011 | 14h15
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Mené dans le cadre de la morphologie lexématique ce travail est consacré à deux procédés de formation de lexèmes en français : la conversion de nom à verbe et la conversion de verbe à nom. Les aspects à la fois formels et sémantiques des deux procédés sont présentés. Dans un premier temps les deux propriétés caractéristiques de la conversion sont discutées, à savoir l’appartenance des deux lexèmes à des catégories lexicales différentes, et l’identité phonologique des deux lexèmes, puis les données qui relèvent ou non d’une conversion de nom à verbe ou de verbe à nom au regard de ces deux propriétés sont circonscrites. Dans un second temps la question de l’orientation de la conversion est traitée et les critères qui sont traditionnellement utilisés pour déterminer l’orientation d’une paire nom/verbe en relation de conversion sont évalués. Je montre que ces critères ne sont pas satisfaisants et je propose un nouveau critère plus fiable, qui repose sur l’analyse morphologique des lexèmes. Sur la base de ce critère d’autres indices de l’orientation de la conversion sont recherchés, mais la conclusion qui s’impose est que, dans la plupart des cas, l’orientation ne peut être établie sur la base de critères linguistiques. Dans un troisième temps les propriétés morphophonologiques et sémantiques des deux conversions sont étudiées.

 

Télécharger l’exemplier

Séminaire ATILF

Expression de mouvement en L1 et en L2. Etudes sur un corpus de productions orales

Urszula Paprocka-Piotrowska (Université Catholique de Lublin, Pologne)

18 mars 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
L’approche fonctionnelle (comprenant la langue comme instrument de communication opérant à des niveaux différents et dans sa relation au contexte), où nous nous situons, a donné la vie à toute une suite de travaux empiriques en acquisition, centrés explicitement sur le verbe, le plus souvent dans une des deux optiques complémentaires : morphologie temporo-aspectuelle (i) et sémantique lexicale des procès (ii) ou interaction entre conceptualisation et formulation. De son côté, des études du domaine de la sémantique lexicale des procès (ii) et/ou différences typologiques entre langues dans le traitement linguistique des événements ont abouti à de nombreuses conclusions dont quatre sont particulièrement intéressantes pour notre propos :

  • des locuteurs de langues différentes parlent d?une manière différente du même contenu informationnel à transmettre ; ils sélectionnent systématiquement des éléments différents pour la mise en mots, si la sélection porte sur des éléments identiques, ils les présentent dans des perspectives différentes ;
  • le lexique verbal est central dans le développement de la langue ; l?organisation du lexique verbal est variable selon les langues et les langues se caractérisent typologiquement par des schèmes différents de lexicalisation des procès ;
  • l’aspect verbal est une propriété structurelle qui influe fortement sur les schèmes de construction d?événements ;
  • selon les langues et leurs caractéristiques internes, un petit nombre de verbes spécifiques (p. ex. verbes de base), peuvent occuper une place importante du fait de leur emploi fréquent par les locuteurs natifs et par leur mobilisation dans les productions des apprenants.

L’étude que nous souhaitons présenter se situe donc au croisement des deux domaines d?investigation (le système temporo-aspectuel et la sémantique du verbe) et constitue une tentative de rapprochement de ces deux orientations de recherches, pour deux langues typologiquement différentes : le français (langue romane) et le polonais (langue slave).

Séminaire ATILF

Lexique et inscription générique du songe dans la littérature française du XIe au XIVe siècle

Alain Corbellari (Université de Lausanne, Suisse)

4 mars 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Les rêves insérés dans la littérature narrative du Moyen Age ont la fâcheuse réputation d’être répétitifs. Cependant, il existe presque autant de types de rêve qu’il y a de genres littéraires aux XIIe et XIIIe siècles. On peut même dire que la position que les narrateurs adoptent face à la représentation onirique est un indice souvent très fiable de leur volonté d’inscription au sein de tel ou tel genre. A l’aide d’un corpus d’à peu près 250 rêves, pour la seule littérature en ancien français et en ancien occitan, on aimerait proposer ici de décrire dans le détail de leur fonctionnement quelques-uns de ces types, d’en examiner les marges de manoeuvres, voire les distorsions, et de suggérer quelques propositions synthétiques permettant d’articuler une théorie linguistique et littéraire du rêve inséré dans la littérature médiévale.

Séminaire ATILF

English lexical borrowing from French : some neglected aspects

Philip Durkin (Oxford English Dictionary)

25 février 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
It is well known that English borrowed very many words from French in the Middle English and early modern English periods (c1150-c1500 and c1500-c1700). Histories of English normally focus on borrowing from French in the centuries following the Norman Conquest, and on borrowing directly from Latin in the early modern period. However, the continuing lexical influence of French in later centuries is often neglected.
 
Recent research has identified that a large proportion of the words which came into English from Latin or French could theoretically have come from either language. Close attention to the lexicographical record for French and English suggests that in many cases borrowing was partly from French and partly from Latin.
 
Additionally, even in the sixteenth century French translations of Latin and Greek works often acted as the intermediary for borrowing into English.
 
Traditionally scholarship has focused on dates of first attestation. Even by this measure, the level of borrowing from French remained very high right through the early modern period. Borrowing directly from Latin increases dramatically, but the level of borrowing from French remains fairly constant.
 
Paying attention only to dates of first attestation can sometimes give a distorted picture. Many borrowed words show a very gradual increase in frequency : this could result from internal spread in English, between dialects, and between registers, stylistic levels, etc. ; or it could result from reinforcement from the donor language. Reinforcement from French is clearly shown when we find continuing borrowing of forms and/or senses from French, often centuries after the initial borrowing of a word into English.
 
The rich lexicographical resources available today for English and French enable etymologists of English to give a much more rounded picture of French lexical influence on English.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

Quelques aspects de la préfixation en anti-

Nabil Hathout (CLLE-ERSS, Toulouse)

4 février 2011 | 14h15
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Je m’intéresserai dans cet exposé aux aspects catégoriel, sémantique et formel de la préfixation en anti-. Le premier point abordé est celui de la catégorie de anti-. On trouve en effet, parmi les séquences qui apparaissent après anti-des noms communs au singulier ou au pluriel, des noms propres, des composés VN lexicalisés ou non, des syntagmes nominaux sans déterminant ou avec déterminant, des pronoms, des interjections, des groupes propositionnels, des adjectifs et des verbes à l’infinitif. Cette variété soulève plusieurs questions : anti- est-il un préfixe ou une préposition ? Existe-t-il une préposition anti similaire à contre ? Si c’est un préfixe, quel est le statut des radicaux syntaxiques et des radicaux au pluriel ? Je détaillerai ce petit inventaire des objets qui apparaissent après anti- et je les comparerai à ceux que l’on trouve devant différents suffixes.
 
Je proposerai ensuite une description de la sémantique de la préfixation en anti- basée sur deux critères : l’alternance entre les interprétations endocentriques et exocentriques et les types d’emplois, spatiaux, logiques et adversatifs. Je montrerai que ces deux critères sont indépendants et qu’il est possible d’exhiber des exemplaires pour cinq des six configurations possibles.
 
J’aborderai pour finir la question des dérivés dits parasynthétiques comme antiparlementaire ou antigrippal. Ces dérivés sont traditionnellement analysés comme des mots construits par parasynthèse, c’est-à-dire par une opération qui comporte simultanément une préfixation (en anti-) et une suffixation (en -aire, resp. -al). J’en propose une analyse différente formulée en termes d’emprunt de radicaux. Cette analyse s’inscrit dans le cadre d’un modèle théorique à quatre niveaux dont je présenterai les grandes lignes.

Séminaire Syntaxe, Morphologie et Sémantique

L’enquêteur, le surveillant et le détenu : étude des noms déverbaux de participants aux événements

Elena Soare (Université Paris 8)

28 janvier 2011 | 14h15
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | salle B

Résumé
Cette présentation étudiera les noms déverbaux dénotant des participants aux événements (agent, patient, siège, etc.) en français. Nous allons d’abord montrer que les noms en –eur, soi-disant des noms d’ « agent », se classent en trois catégories : des noms épisodiques, des noms dispositionnels et des noms d’objet référentiels. Les classifications bipartites (qui opposent [inanimé] vs. [événementiel] comme Levin & Rappaport-Hovav (1992), ou [épisodique] vs. [dispositionnel] comme Alexiadou & Schäfer à paraître), ne sont pas adéquates pour capturer les propriétés de ces noms, au moins en français. Nous montrerons également que l’interprétation événementielle de ces noms est en rapport direct, non seulement avec la présence, mais plus particulièrement avec la nature spécifique / non-spécifique de la structure argumentale qu’ils réalisent, ce qui est un raffinement des prédictions faites dans les études classiques sur les déverbaux événementiels (à commencer par Grimshaw 1990). Cette contrainte fonctionne, cependant, seulement pour les nominalisations d’arguments : les noms en –ant, en compétition apparente avec les –eur, présentent un fonctionnement différent lié dans ce cas à la nominalisation d’une structure phrastique entière. Cela implique un héritage des propriétés aspectuelles propres au groupe verbal interne, mais aussi un changement aspectuel induit par le fait qu’il s’agit de la nominalisation d’une prédication, contribuant de la stativité. Les noms d’argument interne, à savoir les noms en –é/-i/-u nominalisant des participants passifs aux événements, confirment la généralisation dérivée pour les –eur, puisque ceux-ci réalisent par défaut une structure argumentale spécifique et ne peuvent être qu’épisodiques. Le tableau général auquel nous aboutissons permet d’expliquer la manière dont les propriétés des prédicats nominalisés sont héritées dans les noms de participants aux événements, en montrant comment la généricité et l’épisodicité sont structuralement héritées ou contribuées dans ces nominalisations.

Séminaire ATILF

Présentation du dictionnaire des Associations Verbales du français

Michèle Debrenne (Université d’Etat de Novossibirsk, Russie)

21 janvier 2011 | 10h30
Nancy | Campus Lettres et Sciences Humaines | ATILF | Bâtiment CNRS | Salle Paul Imbs

Résumé
Ces dernières années l’auteur a participé à l’élaboration d’un nouveau dictionnaire, le Dictionnaire des Associations verbales du Français. Après les premiers travaux sur l’anglais [Kiss 1974], au cours des vingt dernières années le concept de « dictionnaire d’association » a été mis au point par les psycholinguistes de l’Institut de Linguistique de Moscou et réalisé pour le russe, plusieurs langues slaves, l’espagnol [Русский… 1994, Санчес 2001, Славянский… 2004]. De novembre 2008 à décembre 2009, 5500 étudiants francophones de 600 villes de France ont participé sur Internet à l’expérience psycholinguistique suivante : D’après une liste de 1100 stimuli, formée des mots pleins les plus fréquents du français, chaque participant à l’expérience s’est vu proposer 100 mots, auxquels il devait donner en 15 minutes maximum la première association apparue à son esprit : par exemple, le mot « politique » a pu évoquer pour les uns « gouvernement » ou « président » mais pour d’autres « parler », « mensonge », voire « pff » ou certains noms propres. Le dictionnaire direct présente la liste alphabétique des stimuli et des réponses qu’ils ont provoquées, accompagnées du nombre de fois où chaque réponse a été citée ; A la fin de chaque article on indique le nombre de fois où ce mot à été présenté, le nombre de réponses différentes, celui des refus de réponse et des réponses uniques (citées par une seule personne). Ainsi, pour le stimulus « chien » on obtient : chat (391), animal (26), aboyer (10), niche (8), os (8), aboiement (7), compagnon (6), laisse (6), compagnie (5), poil (5), aboie (4), labrador (4), chienne (3), collier (3), ami (2), berger (2), domestique (2), fidèle (2), poils (2), adoré (1), amour (1), attachant (1), battu (1), belle (1), bonté (1), bruyant (1), caca (1), caniche (1), canidé (1), canin (1), chatte (1), chienchien (1), con (1), courant (1), croc (1), dalmatien (1), dangereux (1), de garde (1), dents (1), dogue (1), dromadaire (1), encore! (1), épagneul breton (1), et chat (1), facteur (1), fidélité (1), fou (1), frère (1), galeux (1), gentil (1), grogner (1), gueule (1), iggy pop (1), joie (1), langue (1), loup (1), loyal (1), méchant (1), meilleur ami de l’homme (1), merde (1), mot (1), non (1), promenade (1), puanteur (1), queue (1), restreint (1), teckel (1), temps (1), tishka (1), truffe (1) (550, 70, 3, 51).
 
Le dictionnaire inverse est formé de la liste des réponses obtenues au cours de l’expérience, avec les stimulis auxquelles elles sont associées, par exemple la réaction « langue » a été donnée aux stimuli suivants : français (158), bouche (41), goût (49), parole (25), parler (22), signe (20), embrasser (17), lèvre (13), palais (12), expression (8), un étranger (8), mot (6), étranger (5), pays (5), cheveu (5), comprendre (6), dent (4), tirer (3), mot (3), prononcer (3), joue (3), voix (3), conversation (2), cours (2), phrase (2), cheveu (1), ton (1), chanter (1), caractère (1), accord (1), courant (1), connaissance (1), chien (1), connaître (1), conversation (1), discours (1), ton (1), tenir (1), mêler (1), poésie (1), système (1), nez (1), usage (1), manier (1), lettre (1), prononcer (1), un anglais (1), vue (1) (443, 48). Les chiffres accompagnant chaque stimulus indiquent le nombre de fois où cette réaction est apparue, les chiffres de la fin de l’article – le nombre total d’occurences de la réaction donnée et le nombre de stimuli différents auxquels elle est associée.
 
Environ la moitié des réponses sont individuelles, ce qui concorde avec les chiffres obtenus par les collègues dans les autres expériences d’associations verbales. Contrairement à l’impression première selon laquelle nous sommes tous différents et les associations seraient foncièrement individuelles, au cours de l’expérience on a pu rapidement mettre en évidence un noyau très stable de mots le plus souvent cités comme association avec un très grand nombre de stimuli. On peut afffirmer que ces mots sont les plus importants de la langue française, puisqu’ils viennent le plus souvent à l’esprit de ses locuteurs. Ce « noyau de la langue » est comparable à celui obtenu pour d’autres langues pour lesquels ce genre de recherche a été effectué et commence par les mots suivants : vie (378) ; amour (312) ; homme (212) ; joie (196) ; mort (196) ; temps (192); travail (187) ; argent (182) ; enfant (182) ; donner (180) ; ami (178) ; bonheur (178) etc.
 
Toutes ces données sont accessibles en ligne sur un site où les utilisateurs peuvent faire des recherches par critères croisés (d’après les données de chaque formulaire rempli en ligne (âge, ville, formation, sexe etc.) et en version papier, éditée par l’Université d’Etat de Novossibirsk ;
 
Les dictionnaires d’associations verbales offrent une source inépuisable de données pour les études les plus diverses : études de sémantique, bien sûr, mais aussi de psycho- et sociolinguistique, offrant un portrait instantané de l’état de la langue à un moment donné de son histoire, ou bien chez un locuteur donné. Elles permettent d’améliorer la qualité des traductions et celle des comparaisons socio-culturelles. Nous sommes par ailleurs persuadés qu’ils sont indispensables dans l’étude du FLE. Le dictionnaire inverse permet, mieux que les listes de fréquences établies il y a longtemps sur un corpus écrit, de déterminer quel lexique enseigner en premier lieu car c’est celui-là qui sera le plus important dans la communication avec les locuteurs francophones. Le dictionnaire direct permet, quant à lui, de savoir quels mots enseigner ensemble – pour que les locuteurs étrangers et les locuteurs français se comprennent, il est indispensable qu’ils sachent quelles associations évoque tel ou tel mot. Ainsi l’apprenant devra savoir, qu’en premier lieu « pain » évoque pour un Français mie, et seulement ensuite vin, baguette, beurre , farine, ou manger, tandis que le mot « fromage » (qui ne figure pas dans la liste de stimuli) vient à l’esprit des locuteurs français à propos des mots pain, frais, morceau, président, odeur etc. Il semble important de tenir compte de ces données lors de l’établissement de nouveaux manuels de FLE et d’exercices de vocabulaire.

 

Bibliographie

Kiss, G.R., Armstrong, C., Milroy, R., and Piper, J. (1973) An associative thesaurus of English and its computer analysis. In Aitken, A.J., Bailey, R.W. and Hamilton-Smith, N. (Eds.), The Computer and Literary Studies. Edinburgh: University Press.

Русский ассоциативный словарь. (Ассоциативный тезаурус современного русского языка.) Кн. 1: Прямой словарь: от стимула к реакции. М., 1994; Кн. 2: Обратный словарь: от реакции к стимулу. М., 1994;

Санчес Пуиг, М. Ассоциативные нормы испанского и русского языков = Normas asociativas del espanol y del ruso / М. Санчес Пуиг, Ю. Н. Караулов, Г. А. Черкасова ; Рос. акад. наук, Отд-ние лит. и яз., Мадрид. гос. ун-т Комплутенсе. – М. ; Мадрид : Азбуковник, 2001. – 493 с. – Парал. тит. л. исп.

Славянский ассоциативный словарь: русский, белорусский, болгарский, украинский / Н.В. Уфимцева, Г.А.Черкасова, Ю.Н.Караулов, Е.Ф.Тарасов. М., 2004. 792 с.